Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Lundi 23 décembre 2013

Sud-Soudan : Le pouvoir central perd le contrôle d’une ville stratégique

Alors que le pouvoir central a perdu le contrôle de Bentiu, une ville stratégique par sa production pétrolière, capitale de l’Etat de l’Unity, l’ancien Vice-Président Riek Machar, accusé par le Président Salva Kiir d’avoir fomenté un coup d’Etat, a déclaré qu’il voulait être le prochain dirigeant du pays.

Machar a nié toute implication dans la préparation du coup d’Etat, tout en accusant Kiir d’une purge draconienne et injustifiée. Il a également annoncé que ses troupes contrôlaient désormais la ville de Bentiu et qu’un gouvernement militaire y avait été établi.

Le coordinateur humanitaire des Nations Unies pour le Sud-Soudan, Toby Lanzer, a donné le chiffre de plus de 1000 morts en une semaine, depuis le déclenchement des violences, dimanche dernier. Le nombre de déplacés est susceptible de dépasser 100 000 personnes. Lanzer a également dénoncé les exécutions sommaires qui ont lieu dans le pays.

Espagne : La législation sur l’avortement recule

Le gouvernement espagnol a approuvé vendredi un projet de loi restreignant drastiquement l’accès à l’avortement pour les femmes en Espagne. Il revient ainsi sur la loi de 2010, l’une des grandes réformes du gouvernement socialiste. Le projet de loi, qui va maintenant être débattu au Congrès, prévoit que le recours à l’avortement ne soit plus possible qu’en cas de mise en danger de la vie de la mère et en cas de viol. La malformation du foetus ne permettra plus de faire un avortement. Les mineures devront être accompagnées de leurs parents et avoir leur autorisation. Enfin, tout le personnel médical concerné par l’opération pourra formuler une objection de conscience, ce qui n’était possible auparavant que pour le médecin pratiquant l’avortement, l’anesthésiste et la sage-femme.

Le projet de loi ne prévoit pas de sanction conte les femmes qui pratiquent l’avortement hors des cas prévus par la future loi ; les professionnels au contraire encoureraient jusqu’à trois ans de prison.

Les associations féministes et la gauche espagnole ont dénoncé un projet de loi rétrograde qui fait reculer l’Espagne alors que les autres pays progressent sur le droit à l’avortement. Le droit à l’avortement fait partie des droits des femmes, ont rappelé les féministes face aux parlementaires du Parti Populaire du Premier Ministre Mariano Rajoy (droite) qui ont, pour certains, comparé l’avortement aux violences de genre.

Thaïlande : Les manifestants tentent d’empêcher les élections

En Thaïlande, les manifestants qui s’opposent au pouvoir de la famille Shinawatra, du nom de la Première Ministre Yingluck Shinawatra et de son frère Taksin, en exil aujourd’hui mais accusé d’avoir toujours la mainmise sur la vie politique du pays, tentent d’entraver l’organisation des élections. Ils ont essayé d’empêcher les candidats de s’enregistrer. Le Parti Démocrate, principal parti d’opposition, n’a pas gagné d’élection depuis près de deux décennies, et a annoncé qu’il boycotterait les élections prévues le 2 février, une mesure décidée par la Première Ministre en réponse aux manifestations qui se sont multipliées depuis plus d’un mois dans le pays.

L’échéance fixée pour l’enregistrement des candidats est le 27 décembre. Neuf partis ont réussi à entrer dans le stade où se déroulaient les opérations d’enregistrement, mais les procédures n’ont pas toujours pu être menées à leur terme, ont déclaré les responsables.

Le Comité de la réforme démocratique du peuple, un organe auto-proclamé issu des rangs des manifestants, appelle à l’instauration d’un Conseil du peuple, non élu, afin de mettre en oeuvre des réformes dans un premier temps, puis d’organiser des élections d’ici 18 mois. L’opposition estime qu’organiser des élections en février va seulement reconduire au pouvoir un gouvernement allié de Taksin et ne changera pas en profondeur le fonctionnement politique du pays.

Désarmement syrien : La Russie envoie des camions

La Russie a envoyé 75 camions en Syrie pour participer aux opérations de destruction de l’arsenal chimique syrien. Les véhicules seront utilisés pour aider au transport des armes chimiques jusqu’à un port de la Méditerranée où ils doivent être chargés à bord de navires.

La Syrie a accepté de se débarrasser de ses armes chimiques pour échapper à des frappes américaines, après une attaque au gaz sarin en août, qui avait provoqué un discours interventionniste de la part des Etats-Unis.

Des satellites américains et des caméras de surveillance chinoises doivent permettre de suivre le transport des armes chimiques par les camions russes. Une fois déposées dans le port, les armes chimiques seront chargées sur des navires danois et norvégiens qui les transporteront dans un port en Italie.

Evening Edition France ne paraîtra pas les 24 et 25 décembre.

Share on Twitter    Share on Facebook