Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Vendredi 20 décembre 2013

Ouganda : Les homos passibles de la prison à vie

Les parlementaires ougandais ont adopté une loi qui durcit la législation contre les lesbiennes et les gays, désormais passibles de la prison à vie en raison de leur orientation sexuelle. La loi prévoit aussi une sentence de prison contre les personnes qui ne dénonceraient pas les pratiques homosexuelles. La loi interdit également la “promotion de l’homosexualité”.

Le Premier Ministre a tenté de s’opposer au vote en arguant qu’un nombre insuffisant de députés étaient présents. On ignore encore si le Président ougandais Yoweri Museveni la promulguera.

Depuis qu’elle est l’objet de discussion (2009), la proposition de loi a été critiquée par la communauté internationale, et le Président américain Barack Obama l’a qualifiée d’”odieuse”.

La proposition de loi initiale prévoyait la peine de morts dans certains cas, si un mineur était impliqué ou que l’un des deux partenaires était séropositif. Ces sentences ont été remplacées par la prison à vie.

Le parlementaire à l’origine de cette proposition de loi, David Bahati, a déclaré à l’AFP : “C’est une victoire pour l’Ouganda. Je suis heureux que le Parlement ait voté contre Satan” ; il a fait référence à son pays comme à “une nation qui craint Dieu”.

Turquie : Purge sans précédent dans la police

14 officiers de police et plusieurs hommes d’affaires réputés proches du Premier Ministre Recep Tayyip Erdogan ont été arrêtés lors de raids anti-corruption, ainsi que les fils de trois membres du gouvernement. Ce mouvement fait suite à plusieurs arrestations qui ont eu lieu mardi dans des enquêtes anti-corruption et qui ont pris pour cible des proches du Premier Ministre.

Erdogan a dénoncé l’enquête anti-corruption comme “une opération sale” qui vise directement son gouvernement et a pour objet d’établir “un Etat dans l’Etat”. Il n’est pas allé jusqu’à nommer comme responsable Fethullah Gulen, une figure religieuse de l’Islam qui réside aux Etats-Unis, mais a conservé une forte influence dans les réseaux policiers et judiciaires du pays.

Le leader de l’opposition Kemal Kilicdaroglu a accusé Erdogan et son gouvernement de chercher à couvrir le scandale. Les tensions autour de ces scandales de corruption menacent la stabilité même du gouvernement.

Grèce : Amnesty International demande une enquête sur les pratiques anti-migrants de la police

L’ONG Amnesty International a enjoint aux autorités grecques d’ouvrir une enquête pour tirer au clair les accusations formulées à l’encontre du chef de la police : celui-ci est soupçonné d’avoir ordonné la détention de migrants sans papier “aussi longtemps que possible afin de leur rendre la vie insupportable”.

Ces instructions ont été rapportées dans le magazine Hot Doc et semblent avoir été données lors d’une réunion avec les responsables de la police.

“Dans un contexte où la police grecque a fait l’objet d’une attention accrue en raison de ses liens allégués avec le parti d’extrême-droite Aube Dorée, ces remarques telles qu’elles ont été rapportées et de la part d’un des responsables les plus haut placés des services d’application de la loi ne peuvent pas être balayées d’un revers de main”, a estimé le directeur Asie et Europe Centrale d’Amnesty International.

Yémen : Le pays toujours dans l’instabilité

Deux ans après le changement de régime sous l’effet des mouvements de rébellion au Yémen, le pays connaît une situation toujours instable. Le Président Ali Abdullah Saleh a quitté le pouvoir en novembre 2011 à l’issue d’un accord entre les Nations Unies et les Etats du Golfe qui prévoyait la remise du pouvoir au Vice-Président Abdrabuh Mansur Hadi. Celui-ci a ensuite été élu à la tête d’un gouvernement provisoire, chargé d’organiser les élections, qui doivent se dérouler en février 2014.

Mais les dirigeants n’ont pas réussi à se mettre d’accord sur les réformes à mettre en oeuvre, et les élections ne pourront finalement se dérouler en février. Al-Qaïda dans la Péninsule arabique a multiplié les attaques contre les forces de sécurité, le gouvernement et les étrangers.

Share on Twitter    Share on Facebook