Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Jeudi 19 décembre 2013

Disparitions en Syrie

Les Nations Unies et l’ONG Amnesty International font toutes deux le constat de l’enlèvement et de la disparition de civils en Syrie, enlevés par des groupes rebelles islamistes et par le gouvernement. Des activistes syriens et des civils ont disparu dans des centres de détention secrets, “dans une vaste campagne de terreur contre la population civile”, menée par le gouvernement de Damas, estiment les Nations Unies. Les enquêteurs de l’ONU parlent de crimes contre l’humanité commis par le régime.

La commission de l’ONU accuse aussi des groupes rebelles islamistes de se livrer à ces pratiques, notamment l’Etat islamique de l’Irak et du Levant : le groupe est accusé d’enlèvement et de rançons, ce qui constitue un autre crime de guerre. Ce groupe rebelle, le plus puissant qui ait émergé depuis les trois ans de guerre civile qui ravagent le pays, est accusé d’avoir mis en place des prisons clandestines.

De son côté, l’ONG Amnesty International a aussi documenté des enlèvements par ce groupe rebelle : l’ONG a identifié sept centres de détention sous contrôle du groupe dans le Nord du pays.

Sud Soudan : Poursuite des combats

Depuis la tentative de coup d’Etat déjouée dimanche, les combats se poursuivent au Sud Soudan : l’armée a déclaré que les rebelles sud-soudanais avaient pris possession de Bor, une ville stratégique. Le porte-parole de l’armée a imputé la prise de la ville aux partisans de Riek Machar, l’ancien Vice-Président accusé par le pouvoir d’avoir fomenté un coup d’Etat contre le Président en exercice, Salva Kiir. Riek Machar a nié toute implication.

Selon les Nations Unies, qui craignent une guerre civile dans le pays, plus de 500 personnes ont été tuées depuis dimanche. Le Président ougandais a été sollicité pour organiser une médiation. Etats-Unis et Royaume-Uni ont envoyé des avions pour rapatrier leurs résidents expatriés dans le pays.

L’UE attaque le Brésil devant l’OMC

C’est la première fois depuis une dizaine d’années que l’Union Européenne (U.E.) s’en prend au Brésil devant l’organe de réglement des différends de l’Organisation Mondiale du Commerce (O.M.C.) : l’U.E. accuse le Brésil d’imposer des taxes trop élevées sur les voitures et d’autres produits d’importation. Le Brésil est le premier partenaire commercial de l’U.E. et le dossier est monté alors que les craintes de voir le pays devenir de plus en plus protectionniste sont fortes.

Parmi les exemples cités figure une taxe de 30% imposée en 2011 sur les voitures et les camions importés alors que les voitures brésiliennes y échappent.

L’affaire intervient aussi alors que des efforts pour rouvrir les négociations entre l’U.E. et le Mercosur, l’organisation régionale, ont à nouveau été entrepris.

Poutine va grâcier Khodorkovsky

Le Président russe Vladimir Poutine a annoncé qu’il allait grâcier Mikhail Khodorkovsky, un magnat industriel connu pour avoir été l’homme le plus riche de Russie et qui est en prison depuis plus de dix ans : “Le décret sera signé très bientôt”, a déclaré Poutine, qui a indiqué avoir reçu une requête du prisonnier lui demandant à être libéré car sa mère est malade.

Khodorkovsky et l’un de ses co-accusés, Platon Lebedev, ont été condamnés à la prison pour blanchiment d’argent en 2010 ; ils étaient déjà en prison pour fraude fiscale. Pour les partisans de l’ancien géant pétrolier Yukos, Khodorkovsky est un prisonnier politique et les accusations sur lesquelles il a été condamné sont sans fondement.

L’annonce faite par Poutine intervient alors que les parlementaires russes ont voté hier une loi d’amnistie qui s’appliquera à 20 000 prisonniers, dont les deux membres du groupe punk féministe des Pussy Riots, toujours en détention.

Il semble qu’à l’approche des Jeux Olympiques de février à Sochi, pour lesquels la Russie a déjà été plusieurs fois critiquée en raison notamment de sa législation homophobe, le Président russe veuille donner des gages aux pays étrangers.

Share on Twitter    Share on Facebook