Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Vendredi 13 décembre 2013

Violents affrontements après l’exécution du mollah au Bangladesh

L’exécution au Bangladesh du mollah Abdul Quader, 65 ans, du parti islamiste d’opposition Jamaat-e-Islami, a déclenché une vague de manifestations violentes. Le mollah a été pendu aujourd’hui à Dhaka, après que le maintien, par la Cour Suprême, de la sentence d’exécution qui le frappait : il a été condamné à mort pour des crimes de guerre commis pendant la guerre d’indépendance de 1971. Trois millions de personnes étaient mortes et 200 000 femmes avaient été violées durant cette période.

Des membres ou sympathisants du parti Jamaat-e-Islami ont fait explosé des bombes dans des stations de train et bloqué des routes. Deux activistes du parti au pouvoir, la Ligue Awami, ont été tués ; une autre personne est morte lors d’affrontements entre la police et des soutiens du parti Jamaat-e-Islami.

Tunisie : Accord trouvé entre le parti au pouvoir et l’opposition

En Tunisie, le parti islamique modéré au pouvoir et les partis d’opposition ont trouvé un accord pour nommer un Premier Ministre qui conduira un gouvernement intérimaire jusqu’à la tenue des prochaines élections.

Selon un accord obtenu par l’Union Générale Tunisienne du Travail (U.G.T.T.), le parti islamiste modéré au pouvoir, Ennahda, a accepté de démissionné une fois un accord trouvé sur le nouveau Premier Ministre, une date pour les élections, et une nouvelle constitution.

Le gouvernement doit annoncer le nom du nouveau Premier Ministre le 14 décembre.

Cet accord ouvre la voie à une transition plus apaisée vers un régime démocratique alors que le déficit du pays et l’assassinat de deux dirigeants de l’opposition, plus tôt dans l’année, ont accru la pression pour trouver un accord en raison de l’inquiétude des bailleurs de fonds internationaux.

L’Ukraine va amnistier les manifestants

Le Président ukrainien Viktor Yanukovich a annoncé que les manifestants qui sont actuellement en prison vont être libérés, répondant à une demande-clé de l’opposition. Il a déclaré que les manifestants allaient être amnistiés et qu’il allait proposer une table ronde aux opposants.

Depuis fin novembre, la capitale ukrainienne a vu se multiplier les manifestations où des centaines de milliers de personnes ont défilé dans la rue. L’opposition a accepté l’offre de pourparlers faite par Yanukovitch. Elle avait dans un premier temps déclaré qu’elle refusait toute négociation. Elle a toutefois appelé à une autre manifestation dimanche.

Des douzaines de manifestants ont été blessés lors de la répression par les forces de l’ordre.

Thaïlande : L’opposition veut 12 mois pour mener à bien les réformes

Le leader de l’opposition en Thaïlande, Suthep Thaugsuban, un juriste qui a démissionné du Parlement pour rejoindre les manifestations, a déclaré que la Première Ministre devait soit démissionner soit être chassée du pouvoir, et que son mouvement aurait besoin d’un an pour mener à bien les réformes.

La Première Ministre Yingluck Shinawatra a appelé à des élections anticipées le 2 février pour mettre fin aux manifestations, mais Suthep Thaugsuban, qui sait que des élections conduiraient à une victoire probable des partisans de Shinawatra et de son frère Taksin, en exil à l’étranger, mais accusé d’avoir toujours la main sur les politiques menées, souhaite la mise en place d’un “conseil du peuple” non élu.

Share on Twitter    Share on Facebook