Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Mardi 10 décembre 2013

Cambodge : Des centres pour toxicomanes utilisés pour la détention abusive

Dans un rapport publié hier, l’ONG Human Rights Watch (H.R.W.) dénonce l’utilisation par le Cambodge de centres destinés aux personnes toxicomanes, et en réalité utilisés pour détenir abusivement toute une série de personnes jugées “indésirables” par le gouvernement (sans-abri, mendiants, enfants des rues, travailleurs du sexe ou personnes handicapées).

Le rapport “They treat us like animals” révèle des conditions de détention proches de la torture où les gens sont passés à tabac avec tuyaux en caoutchouc, sont régulièrement battus et humiliés, et subissent des agressions sexuelles et des viols de la part des gardiens. De nombreux détenus sont contraints de travailler sans rémunération dans les centres.

Le rapport s’appuie sur 33 entretiens menés avec d’anciens détenus. Il fait suite à un premier rapport publié en 2010, “Skin on the Cable” qui avait pour la première fois alerté l’opinion publique sur les centres de “traitement” obligatoires de la toxicomanie dans le pays.

H.R.W. demande une enquête impartiale du gouvernement cambodgien sur les sévices infligés dans ces centres, ainsi que leur fermeture et la libération de toutes les personnes qui y sont détenues.

L’islamiste Abu Qatada plaide non coupable

Devant le tribuanl en Jordanie, l’islamiste palestino-jordanien Abu Qatada a plaidé non coupable des accusations de terrorisme qui pèsent contre lui. Condamné in absentia pour son implication dans un attentat en 1998 et dans un projet d’attaque terroriste en 2000, il avait tenté par tous les moyens de rester au Royaume-Uni, avant d’être finalement extradé en juillet dernier, après une bataille juridique de huit ans.

Abu Qatada a toujours déclaré qu’il ne pourrait pas bénéficier d’un procès équitable en Jordanie. Il a dit ne pas reconnaître le tribunal devant lequel il était jugé, car l’un des juges avaient été choisi par les militaires. Or la Jordanie avait promis au Royaume-Uni un procès où les juges seraient des civils.

C’est cette promesse ainsi que la signature d’un traité qui interdit l’usage de la torture pour extorquer des preuves à un prisonnier qui avait convaincu Londres d’extrader l’islamiste. S’il est condamné, il pourrait encourir jusqu’à 15 ans de prison.

L’échange de données privées entre agences américaines : un “chaos organisé”

C’est le Brennan Center for Justice, un institut de politique publique rattaché à l’école de droit de l’Université de New York, qui dénonce des pratiques d’échanges de données privées totalement désorganisées de la part des agences américaines.

Connu pour être très sceptique vis-à-vis de la surveillance de la vie privée des citoyens, le Brennan Center for Justice estime que “ce système mal organisé ne fait pas que gaspiller des ressources et du temps ; il masque aussi d’autres données qui pourraient être indispensables dans le cadre d’une enquête”. Trop d’information collectée et un contrôle sur la qualité des informations insuffisant. Les agences américaines enregistrent ainsi des données du type : “Il a commandé de la nourriture au restaurant et est parti avant qu’on le serve”.

Pour son étude, le Brennan Center a passé en revue 16 centres policiers à travers les Etats-Unis, rattachés à 19 “centres de fusion” affiliés, des structures controversées censées partager les données entre niveau national, étatique (régional) et local.

Mort de deux soldats français en Centrafrique

Il s’agit des premiers soldats français morts depuis le début de l’intervention française et l’arrivée de 1600 troupes la semaine dernière en République Centrafricaine (R.C.A.). Les deux soldats français ont été tués à l’issue d’un affrontement près de l’aéroport de Bangui, la capitale. “Ils ont été blessés et ont rapidement été emmenés vers une unité chirurgicale, mais malheureusement, ils n’ont pas pu être sauvés”, a commenté le Président de l’Assemblée Nationale, Claude Bartolone.

Les troupes françaises ont été envoyées vendredi dernier en R.C.A. après le vote d’une résolution du Conseil de Sécurité des Nations Unies (C.S.N.U.) leur donnant mandat de restaurer l’ordre “par tous les moyens nécessaires”.

Ce vote est intervenu à la suite d’affrontements entre milices chrétiennes et combattants majoritairement musulmans faisant partie des anciens groupes rebelles, officiellement dissous après la prise de pouvoir de Michel Djotodia, en mars dernier.

Share on Twitter    Share on Facebook