Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Lundi 9 décembre 2013

Ukraine : Les manifestants démontent une statue de Lénine

Les manifestations se poursuivent en Ukraine : il s’agit des plus grosses mobilisations depuis la Révolution Orange en 2004. Hier les manifestants ont démonté une statue de Lénine de 3,5 mètres de haut, pour symboliser leur critique du rapprochement de l’Ukraine avec la Russie. Les manifestations ont commencé après le refus par le gouvernement ukrainien de signer un accord d’association avec l’Union Européenne, refus témoignant d’une volonté de rapprochement avec Moscou, où le Président ukrainien Viktor Yanukovich s’est rendu la semaine dernière. Certains manifestants ont arraché des morceux de la statue pour les ramener chez eux en guise de souvenir.

“Yanukovich, tu es le prochain !”, pouvait-on lire sur des pancartes brandies par des manifestants. Le porte-parole du Premier Ministre Mykola Azarov a qualifié le démontage de la statue d’acte de barbarie.

De son côté, l’opposition a tenu à garder ses distances avec cet acte. Elle a néanmoins réitéré son message de rejet de la corruption dans ce pays de 46 millions d’habitants.

Thaïlande : Elections anticipées

Bien qu’elle ait remporté un vote sur une motion de défiance au Parlement, la Première Ministre thaïlandaise Yingluck Shinawatra a décidé de dissoudre le Parlement et d’appeler à des élections anticipées pour tenter d’apaiser les manifestants : ”A ce stade, il y a trop de gens de courants différents qui s’opposent au gouvernement ; le mieux est de rendre le pouvoir au peuple thaïlandais”, a déclaré la Première Ministre. Les manifestants sont mobilisés depuis plus d’un mois, d’abord en réaction à un projet de loi d’amnistie aujourd’hui retiré ; ils demandent toujours la fin d’un système, celui de la domination de Thaksin Shinawatra, le frère de Yingluck, sur la vie politique. Les élections anticipées auront sans doute lieu le 2 février 2014.

Mais Suthep Thaugsuban, l’un des leaders des manifestations, a déclaré que les mobilisations continueraient, car “la dissolution du Parlement n’est pas notre but”. Les manifestants veulent le départ total de la vie politique de toute la famille Shinawatra, a commenté un correspondant d’Al Jazeera sur place.

Les manifestations aujourd’hui ont lieu alors que 153 députés du principal parti d’opposition ont démissionné en masse du Parlement hier pour rejoindre les manifestants.

Venezuela : Maduro conforté par les élections locales

Il s’agissait du premier test politique d’envergure pour le Président vénézuélien Nicolas Maduro qui avait pris la suite, il y a sept mois, d’Hugo Chavez, mort d’un cancer en avril. Les socialistes sortent vainqueurs du scrutin local. L’opposition de centre-droit a remporté les cinq plus grandes villes, dont Caracas. Au total, les socialistes remportent près de 50% des suffrages tandis que l’opposition atteint 43%.

Le résultat des élections “envoie un message très clair”, a reconnu le leader de l’opposition Henrique Capriles. Mais il a aussi mentionné des problèmes avec les machines de vote.

“Cette semaine, nous allons approfondir notre offensive économique pour aider la classe ouvrière et protéger la classe moyenne”, a déclaré Maduro. Les résultats pourraient aussi permettre au Président de mettre en place des réformes économiques impopulaires comme une dévaluation monétaire que demandent les investisseurs à Wall Street.

Début de l’intervention française en Centrafrique

1600 troupes françaises sont arrivées en République Centrafricaine où elles ont commencé le désarmement de milices rebelles de la Seleka, dont le chef, Michel Djotodia, a pris le pouvoir en mars dernier. Même si la Seleka a officiellement été dissoute, des combattants continuent d’oeuvrer. Selon la Croix Rouge, les massacres ont fait plus de 400 morts en trois jours.

Le Ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a indiqué que les combattants loyaux envers Djotodia devraient regagner leurs barraquements et déposer les armes. De son côté, Djotodia a déclaré qu’il n’avait aucun contrôle sur ceux qui n’étaient pas “ses hommes”, en référence aux combattants qui n’avaient pas rejoint l’armée lorsqu’il a pris le pouvoir.

La France a annoncé que l’Union Africaine, qui a 2500 troupes sur place, allait renforcer sa présence pour atteindre 6000 troupes.

Share on Twitter    Share on Facebook