Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Mercredi 4 décembre 2013

Un leader du Hezbollah assassiné au Liban

Le commandant militaire Hassane Laqees, membre du Hezbollah, a été assassiné près de chez lui à Beyrouth, au Liban. Les détails de sa mort ne sont pas connus ; les media libanais indiquent qu’il a été assassiné dans un parking à proximité d’un appartement où il résidait ou travaillait. Le Hezbollah n’a pas communiqué sur la façon dont il a été tué, mais a accusé “l’ennemi israélien”. L’Etat hébreu a, lui, mis en cause les militants sunnites radicaux du Liban.

Le Hezbollah a apporté son soutien au gouvernement du président syrien Bachar el Assad dans la guerre civile syrienne, qui a eu des répercussions sur les équilibres politiques libanais. Selon les spécialistes, le fait que le Hezbollah accuse Israël plutôt que les sunnites libanais, puissants au sein du gouvernement à Beyrouth, marque leur volonté de ne pas attiser les tensions dans le pays.

Comme l’organisation chiite islamiste cultive une opacité sur son organisation et ses structures, on ignore à quel niveau de hiérarchie exactement se situait Hassane Laqees.

La nouvelle intervient alors que le leader du Hezbollah Hassan Nasrallah a accusé l’Arabie Saoudite d’être derrière les attentats à la bombe qui ont frappé l’ambassade d’Iran à Beyrouth le mois dernier.

LIBOR : L’UE impose une amende de €1,7mds

L’Union Européenne (U.E.) a sanctionné par une amende combinée de €1,7mds ($2,3mds) huit banques coupables d’avoir manoeuvré pour fausser les taux de référence du LIBOR (London interbank offered rate), l’index de référence des taux bancaires. Parmi les huit banques se trouvent des géants mondiaux, comme Citigroup, la Royal Bank of Scotland et la Deutsche Bank.

Cette sanction intervient alors que cinq des ces banques ont reconnu avoir manipulé le LIBOR et payé une amende combiné de $3mds aux régulateurs américains, britanniques et suisses. L’U.E. a conduit sa propre enquête et ne faisait pas partie des précédents arrangements.

Barclays et  UBS, qui ont alerté l’U.E., échappent à l’amende en échange de leur dénonciation.

Mali : Découverte d’un charnier

21 corps ont été découverts à Diago, à 20km au Nord de la capitale, Bamako. Le Ministre de la Justice a déclaré qu’il s’agissait “probablement” de corps de soldats loyaux au Président Amadou Toumani Toure (A.T.T.), renversé par un coup d’Etat en mars 2012. Le général qui a mené la rébellion, Amadou Sanogo, a été inculpé la semaine dernière pour “meurtres et assassinats”. Il accusait Toure de ne pas faire assez pour désarmer la rébellion touareg au Nord du pays. S’en était suivie une situation de chaos qui avait permis à des islamistes de prendre le contrôle du Nord du pays. Un mois après le coup d’Etat, au moins 23 soldats loyaux à A.T.T. – les bérets rouges – avaient disparu.

La découverte du charnier a été rendue possible par les révélations faites par des responsables militaires arrêtés la semaine dernière avec le Général Sanogo. L’identité des corps retrouvés doit encore être confirmée.

Nouveau système de surveillance des côtes au Portugal

Alors que le réseau de surveillance des frontières européennes Eurosur entre en vigueur aujourd’hui, le Portugal a annoncé la mise en place de son propre système pour contrôler ses 950 km de côtes. Eurosur doit fournir à 18 pays de l’Union Européenne (U.E.) et à la Norvège des informations en temps réel ; le Portugal, lui, met en place des caméras et des radars pour détecter l’entrée de navires dans ses zones maritimes.

20 radars et caméras vont être installées le long des côtes. Ils seront complétés de huit camions, eux aussi équipés de radars et de caméras. Le système central sera à Lisbonne, où 30 employés regarderont les images prises.

Le réseau, qui coûte €31m, aurait dû entrer en fonction en 2009, mais une série de problèmes a retardé sa mise en oeuvre : il y avait tantôt déjà des capteurs militaires installés à l’endroit convoité, tantôt des restrictions environnementales.

Share on Twitter    Share on Facebook