Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Jeudi 21 novembre 2013

L’Ukraine s’éloigne de l’UE

Les parlementaires ukrainiens ont adopté une loi rejetant la libération de la femme politique Ioulia Tymoshenko pour lui permettre de se rendre à l’étranger pour raisons médicales. Agée de 52 ans, Tymoshenko purge une peine de prison de sept ans à la suite d’une condamnation controversée pour corruption dans la signature d’un accord gazier. Elle souffre d’une douleur chronique dans le dos et a demandé à pouvoir être soignée en Allemagne.

Ce vote met à mal la possible signature d’un accord commercial de libre échange et d’un “accord d’association” en négociation avec l’Union Europenne (U.E.). La Russie s’y est fermement opposée en faisant pression sur Kiev. Moscou souhaite que l’Ukraine rejoigne l’union douanière formée par la Russie, le Kazakhstan et le Belarus, et présentée par le pouvoir russe comme le pendant de l’U.E. Cette dernière considère que la condamnation de Tymoshenko est politique.

Les parlementaires partisans de Tymoshenko accusent le Président ukrainien Viktor Yanukovych d’avoir oeuvré contre la signature de la loi pour la libération de son opposante politique, car il est contre la signature de l’accord commercial avec l’U.E. Les députés de son parti ont en effet voté contre la loi proposée.

Somalie : Deux journalistes arrêtés pour avoir dénoncé un viol

C’est la deuxième fois en un an que cela se produit en Somalie : une journaliste et l’un de ses collègues homme ont été arrêtés pour avoir dénoncé un viol perpétré contre la journaliste par deux autres de ses collègues masculins. La victime présumée travaille pour la station de radio Kasmo Voice of Women à Mogadishu. Elle a confié à un collègue avoir été violée sous la menace d’une arme par deux collègues de cette radio après avoir été contactée par téléphone pour venir aider l’un d’eux sans que la demande ait été précisée.

“L’un des hommes m’a menacée avec un pistolet and m’a emmenée de force dans la chambre. Les deux m’ont violée à plusieurs reprises, détruisant ma fierté et ma dignité”, a déclaré Fatuma Abdulkadir Hassan au media Shabelle dans une vidéo reprise par plusieurs media somaliens. Les deux hommes ne lui ont rendu la liberté que le lendemain matin.

La police a arrêté Hassan, ainsi que le journaliste Mohamed Bashir Hashi qui a réalisé son interview pour Shabelle et le directeur de Shabelle, qui a par la suite été libéré sous caution.

Le gouvernement a nié toute atteinte à la liberté de la presse. L’O.N.U. a demandé l’ouverture d’”une enquête digne de ce nom”, mais le gouvernement somalien – qui est par ailleurs soutenu par l’O.N.U. – a dit refuser de vouloir interférer avec la justice du pays.

Afghanistan : Débat sur un accord de sécurité avec les Etats-Unis

Alors que les anciens d’Afghanistan sont réunis dans la capitale, Kaboul, à l’occasion du Grand Conseil (Loya Jirga), pour décider de la présence de troupes américaines après le retrait de celles de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (O.T.A.N.) en 2014, le Président afghan Hamid Karzai a indiqué à ses compatriotes qu’un tel accord de sécurité ne devrait pas être signé avant la prochaine élection présidentielle, en avril, et reconnu qu’il y avait peu de confiance entre les deux pays. Selon une source citée par l’agence de presse Reuters, Karzai n’a pas l’intention de signer l’accord de sécurité avant d’être sûr qu’aucun pays ne s’immiscera dans le déroulement de l’élection l’an prochain. Mais l’actuel Président n’a pas expliqué comment il serait en mesure de signer l’accord après les élections présidentielles.

L’annonce faite risque de déplaire au plus haut point aux Etats-Unis, qui n’ont pas souhaité commenter. Sans la signature d’un tel accord, les Etats-Unis pourraient retirer leurs troupes avec celles de l’O.T.A.N., laissant ainsi le soin à l’armée afghane de lutter contre les Taliban.

Le Président américain Barack Obama a envoyé une lettre à son homologue afghan pour affirmer la volonté des Etats-Unis de respecter la souveraineté afghane. La lettre indique que les troupes américaines ne pénètreront pas dans les foyers afghans sauf en cas de “circonstances exceptionnelles”.

Birmanie : Rejet d’une résolution de l’ONU pour accorder la citoyenneté aux Rohingya

La Birmanie a rejeté une résolution de l’O.N.U. la pressant d’accorder la citoyenneté à la minorité musulmane Rohingya, la plus persécutée du monde, et accusé l’organisation internationale d’enfreindre sa souveraineté. “La citoyenneté ne sera pas accordée à ceux qui n’y ont pas droit selon la loi, quelle que soit l’entité qui fait pression sur nous”, a déclaré le porte-parole du gouvernement. “Il s’agit d’un droit souverain.”

Dans le pays à majorité bouddhiste, les attaques contre les Rohingya se sont multipliées depuis la fin des 49 ans de dictature militaire en mars 2011. Les violences dans l’Etat Rakhine notamment ont eu lieu l’an dernier en mars et octobre, laissant sans abri près de 140 000 personnes, des Rohingya principalement. Depuis, des dizaines de milliers de Rohingya ont tenté de fuir le pays pour trouver refuge, souvent en Malaysie, où dominent les musulmans. Le Bangladesh, où plusieurs ont voulu trouver refuge, leur a aussi dénié tout droit à la citoyenneté.

Share on Twitter    Share on Facebook