Our daily editions ended December 31, 2013.

We’re evaluating the lessons from the past eighteen months and the current Evening Edition model. Thank you for your support.

Wednesday, November 20, 2013

200 millions de personnes exposées à des déchets toxiques

Plus de 200 millions de personnes sont exposées dans le monde à des déchets toxiques qui posent des problèmes de santé similaires à ceux de la malaria ou de la tuberculose. L’étude émane du Blacksmith Institute et de Green Cross Suisse, qui appellent tous deux à plus d’efforts pour contrôler la pollution toxique et dénoncent une absence de quantification du problème.

L’enquête a été menée sur 3000 sites dans près de 49 pays. L’étude identifie la décharge d’Agbobloshie, au Ghana comme le lieu le plus toxique au monde. Près de 215 000 tonnes de biens électroniques usagers sont importés chaque année au Ghana, d’Europe de l’Ouest notamment, et la décharge génère 129 000 tonnes de déchets électroniques chaque année. L’étude prévient que les importations de déchets électriques et électroniques risquent de double au Ghana d’ici 2020.

Manifestations des travailleurs bulgares pour les salaires et l’emploi

Alors que le gouvernement dirigé par les socialistes est la cible de manifestations étudiantes qui dénoncent la corruption depuis son arrivée au pouvoir en mai, 4000 travailleurs bulgares manifestent aujourd’hui pour réclamer une augmentation de salaire de 10%, à l’appel du principal syndicat, le CITUB. Les manifestants demandent aussi une réforme des secteurs de la santé et de l’énergie, jugés inefficaces et régis par des pots-de-vin.

“Nous voulons voir l’économie tournée vers les problèmes des travailleurs. Nous voulons des salaires et des emplois décents. Si le gouvernement ne nous entend pas aujourd’hui, nous nous mettrons en grève”, a déclaré l’un des leaders du syndicat. Avec un salaire mensuel moyen de €400 ($550) et un chômage de 12%, une grande partie des Bulgares a des problèmes pour payer ses factures notamment en hiver.

Le principal parti d’opposition, GERB, dont le gouvernement est tombé en février face à des manifestations contre le prix de l’énergie et les salaires trop bas, nie être derrière l’organisation de cette manifestation.

Des soldats de RDC en procès pour viols et crimes de guerre

39 soldats comparaissent devant un tribunal en République Démocratique du Congo (R.D.C.) pour viols et crimes de guerre. Il s’agit de crimes commis contre près de 130 femmes et filles en novembre 2012 et pour lesquels l’O.N.U. avait menacé d’arrêté de financer les unités armées concernées si rien n’était fait. Les crimes se sont déroulés lorsque le mouvement rebelle M23 a pris la ville de Goma et que des soldats du gouvernement se sont réfugiés à Minova.

Parmi les prévenus figurent très peu de responsables de l’armée, et principalement des soldats à un faible niveau hiérarchique. L’un des principaux avocats des victimes, Sylvestre Bisimwa, s’en est étonné et a souligné que de nombreuses victimes ne reconnaissaient pas leur agresseur parmi les 39 prévenus. Il a indiqué à la BBC que 1014 victimes (hommes et femmes) avaient été identifiées à ce jour.

Reprise des négociations sur le nucléaire iranien

Les négociations entre les P5+1 (Etats-Unis, Russie, Royaume-Uni, Chine, France et Allemagne) et l’Iran ont repris aujourd’hui à Genève pour parvenir à un accord sur le nucléaire iranien. Russie et Royaume-Uni se disent confiants dans la possibilité de trouver un accord sous peu.

Le leader suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei a rappelé que l’Iran ne renoncerait pas à ses droits nucléaires et avait fixé des “lignes rouges” aux négociateurs, tout en affirmant que Téhéran souhaitait avoir des liens amicaux avec tous les pays. Il a également critiqué la France, qui s’était opposée à une précédente version de l’accord, pour s’être “agenouillé devant Israël”, des propos jugés inacceptables par Paris.

De son côté, le Premier Ministre israélien Benjamin Netanyahu s’est rendu à Moscou pour plaider en faveur d’une position plus ferme à l’égard de Téhéran, après avoir échoué à convaincre les Etats-Unis du danger que représente l’accord recherché.

Share on Twitter    Share on Facebook