Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Mardi 12 novembre 2013

Japon : débat houleux autour du nucléaire

Bien désireux de relancer les réacteurs nucléaires en berne et de vendre les technologies nucléaires nippones à l’étranger, Shinzo Abe, le chef du gouvernement fait face à de nombreuses critiques. Son principal détracteur n’est autre que Junichiro Koizumi, l’ancien premier ministre en poste de 2001 à 2006. Fervent défenseur d’une campagne anti-nucléaire, ce dernier a demandé au chef du gouvernement d’abandonner l’énergie nucléaire. “Si M. Abe décide maintenant, il y aura peu de parlementaires pour s’opposer à un tel plan, tandis que la population coopérera et que les intellectuels fourmilleront d’idées” a t-il déclaré devant 350 journalistes. Très populaire, Junichiro Koizumi, un ancien membre du parti libéral démocratique âgé de 71 ans s’est retiré de la politique en 2009 avant de virer de bord. Anciennement pro-nucléaire il s’est, avec trois autres leaders du parti, converti en 2011 suite au drame de Fukushima. Il est depuis un fervant défenseur de la dénucléarisation du pays. Selon divers sondages nippons, entre 54 et 60% des japonais se disent contre l’utilisation du nucléaire dans le pays.

Espagne : poursuite du mouvement de grève

Les employés du service de nettoyage des rues de la capitale Madrid entament leur deuxième semaine de grève. Lancée le 5 novembre à l’appel des syndicats, le mouvement est conduit pour la défense des emplois et des salaires des agents et des jardiniers. Plus de 6000 d’entre eux sont en grève. “Nous ne demandons pas plus d’argent ou plus de droits, nous demandons assez pour acheter notre pain” a expliqué un jeune agent gréviste de 22 ans à Reuters. Un plan social qui prévoie la suppression de 1135 emplois sur presque 7000 est à l’origine du mouvement de grève à durée illimitée. Le plan prévoie aussi une baisse des salaires pouvant atteindre jusqu’à 40%. Un jardinier gagne environ 900 euros et un agent de nettoyage 1050 euros, salaire qui pourrait atteindre 650 euros si le plan d’austérité est maintenu. Le taux de chômage dans le pays atteint les 26%. Alors que Madrid croule sous les déchets non collectés depuis deux semaines, les discussions entre syndicats et entreprises sont au point mort.

Philippines : entre désolation et pillages

Les secours s’organisent cinq jours après le passage du typhon Yolanda-Haiyan qui a ravagé les Philippines. Tacloban, capitale de la province de Leyte est la ville la plus touchée. Elle compte 220 000 âmes. Au total, 660 000 habitants ont perdu leurs maisons et 10 000 personnes seraient mortes selon un premier bilan. “Tout est détruit” selon Paul Kennedy, un général américain dépêché sur place avec 90 marines et deux avions de matériel. Le gouvernement a annoncé mardi la mise en place de check-points et d’un couvre-feu de 22h à 6h du matin pour prévenir les pillages. Selon le ministre de l’Intérieur, Mar Roxas, quatre véhicules blindés ont été déployés pour canaliser les flots de survivants affamés. Deux personnes, des rebelles présumés communistes qui ont attaqué un convoi de l’armée ont déjà été tuées par des militaires. Des tonnes de matériel et des hordes d’employés d’agences humanitaires sont en train d’arriver sur place. Les propositions d’aide proviennent, à ce jour, de près de 33 pays.

A l’autre bout du monde, en Somalie, au moins 100 personnes ont perdu la vie ce week-end suite au passage d’un cyclone. Le drame a eu lieu sur la côte de la région semi-autonome au Puntland.

Tibet : un moine s’immole par le feu

Tsering Gyal, 20 ans s’est immolé lundi à Guolou dans le nord-ouest de la Chine. Le jeune moine tibétain qui a mis le feu à ses vêtements est, selon Free Tibet, un groupe de défense des tibétains situé au Royaume-Uni, toujours en vie. C’est la police qui a éteint la torche humaine avant de conduire le moine à l’hôpital. Depuis 2009, environ 120 Tibétains sont morts des suites d’une immolation volontaire. Tsering Gyal a voulu protester contre l’autorité de Pékin sur la région autonome du Tibet. Chine pour qui, l’immolation par le feu n’est pas considéré comme un suicide mais un acte terroriste.

Share on Twitter    Share on Facebook