Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Jeudi 24 octobre 2013

Sommet européen : écoutes et immigration à l’ordre du jour

Le sommet européen qui commence à Bruxelles pour deux jours traitera surtout de l’espionnage pratiqué par les Etats-Unis et de l’immigration, suite au drame de Lampedusa. Ce sommet commence juste après que le gouvernement allemand ait annoncé que le téléphone portable de la chancelière, Angela Merkel, “pourrait être surveillé par les services américains“. Les Etats-Unis vont devoir rendre des comptes aux alliés sur les accusations d’espionnage de l’Agence de sécurité nationale (N.S.A) américaine. Ces dernières sont basées sur les déclarations de l’ex consultant de la N.S.A, Edward Snowden. Le sommet intervient également trois semaines, jour pour jour, après le naufrage d’une embarcation de migrants en direction de l’île de Lampedusa, coûtant la mort à environ 400 d’entre eux. Les dirigeants des pays du Sud de l’Europe – Italie, Espagne, Malte et Grèce -, régulièrement confrontés à l’arrivée de migrants qui fuient la misère de leur pays d’origine, demandent de l’aide à leurs partenaires européens. Ils souhaitent un renforcement de Frontex, l’Agence de surveillance des frontières européennes. Ils réclament également un nouveau système sophistiqué de contrôle en mer, ainsi qu’une “meilleure coopération” avec les pays d’origine et de transit des migrants, pour lutter notamment contre le trafic d’êtres humains.

Le Pakistan complice des frappes de drones américaines

Le Washington Post révèle que les autorités pakistanaises ont reçu, des années durant, des informations classifiées, sur les frappes de drones de la Central Intelligence Agency (C.I.A) dans leur pays. Le gouvernement dénonce pourtant régulièrement et publiquement les frappes américaines. Pas plus tard qu’hier, Nawaz Sharif, le Premier ministre pakistanais, a rencontré le président américain Barack Obama et lui a demandé d’arrêter les frappes de drones. Selon le Washington Post, entre 2007 et 2011, la C.I.A a préparé de nombreux documents à l’intention d’Islamabad. Entre autre, des cartes, des photos aériennes et des évaluations des frappes. En 2010, un document américain fait même état d’une une frappe effectuée “à la demande de votre gouvernement”. Un autre met en avant un travail conjoint pour débusquer une cible. Depuis 2004, entre 2 000 et 4 700 personnes, dont de centaines de civils, ont été tués par plus de 300 tirs d’aéronefs américains dans le Nord Ouest du Pakistan.

Corée du Nord : Pyongyang relâche six prisonniers sud-coréens

Pyongyang annonce la libération de six prisonniers sud-coréens. Ils seront accompagnés demain au village frontalier de Panmunjom, zone démilitarisée où fut signée l’armistice qui mit fin à la guerre de Corée le 27 juillet 1953. Le ministre sud-coréen de l’unification a seulement déclaré que les prisonniers avaient entre 27 et 62 ans, sans donner plus de détails sur leur identité. Il n’a pas non plus expliqué comment ils s’étaient retrouvés dans une telle situation ni combien de temps avait duré leur captivité. En février 2010, Pyongyang avait annoncé détenir quatre Sud-Coréens mais avait refusé de les relâcher ou même de divulguer leur identité. Cet actuel revirement est la preuve d’une bonne volonté qui s’inscrit dans un contexte de dégel encore fragile avec Séoul et Washington.

Portugal : la justice rouvre l’affaire “Maddie”

La justice portugaise a rouvert l’enquête sur la disparition de la fillette britannique, Madeleine McCann, disparue en 2007 au Portugal. À la demande du Royaume Uni, la police judiciaire souhaite reprendre la piste d’un enlèvement organisé par un réseau de pédophiles. Le 3 mai 2007, Madeleine McCann, 3 ans, avait disparu de la station balnéaire de Praïa da Luz, où elle était en vacances avec ses parents. Après 14 mois d’investigations controversées, où la police avait mis en examen les parents de la fillette avant de les blanchir, l’affaire a été classée. La réouverture du dossier devrait permettre de recueillir de nouveaux témoignages.

Venezuela : importation “massive” d’aliments

Le gouvernement vénézuélien a annoncé l’importation massive d’aliments dans les deux prochains mois dans l’espoir de lutter contre les pénuries et la pression inflationniste. Depuis l’arrivée au pouvoir de Nicolas Maduro, le dauphin d’Hugo Chavez, en avril dernier, le gouvernement peine à régler ces deux problèmes qui gâchent la vie des habitants de ce pays, premier exportateur de brut du continent. Selon la banque centrale, le taux de pénurie alimentaire était de plus de 21% en septembre. Les économistes estiment que cela est du au strict contrôle des échanges imposés depuis 2003 afin de freiner la fuite des capitaux. Le gouvernement, quant à lui, blâme un ennemi extérieur qui contrôlerait l’opposition et le patronnât. “Le président nous a demandé (d’acheter) plus d’aliments parce qu’on mène une guerre vicieuse à tout le pays, on s’empare des aliments pour les vendre ailleurs en contrebande ou on les stocke” pour spéculer, a affirmé Rafael Ramirez, le vice-président chargé des questions économiques. Selon le ministère de l’agriculture, le Venezuela importe 50% des aliments qu’il consomme.

 

Share on Twitter    Share on Facebook