Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Mercredi 23 octobre 2013

Iran : le survivant de la pendaison ne sera pas rependu

En Iran, le condamné à mort qui avait survécu à sa pendaison mi-octobre ne sera finalement pas rependu. La légalité d’une nouvelle pendaison avait été remise en cause par des juristes et des organisations internationales des droits de l’homme. “S’il survit, il ne serait pas opportun de le pendre de nouveau”, a déclaré le ministre Mostafa Pour-Mohammadi, cité par l’agence de presse Irna, sous-entendant qu’une nouvelle exécution serait néfaste à la réputation de l’Iran.
Alireza M, 37 ans, avait été condamné à mort pour trafic de drogue. Il était resté 12 minutes au bout de la corde, avant d’être déclaré mort par le médecin de la prison de Bojnourd. C’est un employé de la morgue qui s’est rendu compte qu’il respirait encore. Il a alors été transporté à l’hôpital, où il est actuellement dans le coma. Ses chances de survie sont très faibles.
L’Iran, avec la Chine, l’Arabie saoudite et les Etats-Unis, est l’un des pays qui compte le plus d’exécutions dans le monde.

Détroit en faillite : la justice entame les audiences

La justice américaine doit procéder à des audiences pour déterminer si la ville de Détroit peut être considérée en faillite.
Détroit, autrefois appelée “ l’arsenal de la démocratie“, comptait 1,8 millions d’habitants en 1980. Elle n’en a aujourd’hui plus que 700 000. Quelques 78 000 bâtiments sont abandonnés et l’électricité ne fonctionne qu’à hauteur de 40 %.
Cependant, selon la loi fédérale en vigueur, tous ces éléments ne sont pas suffisants pour déposer le dépôt de bilan. Les avocats de la municipalité doivent prouver que Détroit ne peut rembourser ses trop nombreux créanciers et qu’elle a besoin de la protection du régime des faillites pour gérer ses €13 md ($18 md) de dettes et de passifs divers. Selon la municipalité, la moitié de son passif représenterait les retraites et les prestations afférentes.
Le juge Steven Rhodes va rencontrer des associations de retraités, des fonds de pension et des syndicats opposés au dépôt de bilan de la ville. Ces derniers estiment que Kevyn Orr, l’administrateur judiciaire nommé par la municipalité, n’a pas assez négocié avec les créanciers. Ils souhaitent que Détroit joue sur les actifs dont elle dispose encore, tel le réseau d’égout et de distribution d’eau et le Detroit Institue of Arts.
Le juge devra trancher dans trois semaines. S’il déclare la ville de Détroit insolvable, il s’agira d’une faillite d’ampleur sans précédent dans l’histoire de la municipalité américaine.

Londres : Baptême du prince George en toute intimité

Le prince George, trois mois et demi et héritier du trône d’Angleterre a été baptisé. La cérémonie s’est déroulée en toute intimité, à la chapelle royale du palais Saint-James. Seuls 23 personnes y étaient conviées. Du côté du prince William, étaient présents la reine Elisabeth II, son mari, le prince Philip, le prince Charles, son épouse Camilla et le prince Harry. Du côté de Kate, ses parents, Carol et Michael Middleton et son frère et sa sœur, James et Pippa. Le prince Gorge était également entouré de ses sept parrains et marraines : Oliver Baker, que Kate et William ont connu à l’université de St Andrews, Emilia Jardine-Paterson, amie de Kate, Hugh Grosvenor, Jamie Lowther-Pinkerton, Julia Samuel, William van Cutsem et Zara Tindall, cousine du prince William.Comme le veut la tradition, l’enfant a été baptisé par l’archevêque de Cantorbéry, Justin Welby, chef spirituel des Anglicans. Pour immortaliser ce moment, William et Kate ont choisi le photographe des stars : Jason Bell. Des photos officielles du baptême seront bientôt diffusées. De quoi réjouir les nombreux admirateurs de la famille royale, qui se pressent depuis des heures devant le palais Saint-James.

Le Vatican limoge un “évêque de luxe”

Le Vatican a annoncé la suspension de Mgr Franz-Peter Tebartz-van Elst, le très dépensier évêque de Limburg (dans le sud-ouest de l’Allemagne), qui fait scandale dans son pays. “Le Saint Siège considère qu’il est opportun”, dans l’attente des résultats d’une enquête de l’Eglise allemande, d’autoriser Mgr Tebartz-van Elst à une période de séjour en dehors du diocèse”, indique le Vatican dans un communiqué. Celui surnommée par les médias “l’évêque de luxe” fait les gros titres des quotidiens allemands depuis plusieurs semaines. Il est accusé d’avoir essayé de dissimuler le coût exorbitant d’une nouvelle maison diocésaine qu’il a fait construire à Limburg (environ €30m, soit $42 m). Le pape François, qui tient à une Eglise humble, avait reçu jeudi dernier le président de la conférence épiscopale allemande, Mgr Robert Zollitsch, pour évoquer le sort de l’évêque de Limburg.

Share on Twitter    Share on Facebook