Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Mardi 22 octobre 2013

Des O.N.G accusent les Etats-Unis de crimes de guerre

Les organisations non gouvernementales (O.N.G) Amnesty International et Human Right Watch ont chacune publié un rapport accusant les Etats-Unis de violer les droits humains au Pakistan et au Yémen, au nom de la lutte contre Al-Quaïda. Amnesty International incrimine les Etats-Unis de crimes de guerre et d’exécutions extrajudiciaires dans le cadre de ses opérations dans le Nord Ouest du Pakistan. Selon l’organisation, dans neuf cas de frappes de drones entre janvier 2012 et août dernier, des civils inoffensifs auraient été pris pour cibles et trente d’entre eux seraient morts. Quant au rapport d’Human Right Watch, il déclare qu’entre 2009 et 2013, six attaques auraient été commises au Yémen, tuant 57 civils, dont une femme enceinte et deux enfants. Les deux organisations réclament plus de transparence de la part de l’administration Obama quant à la politique de tirs de drones. Elles demandent également l’indemnisation des familles des victimes.  La Maison-Blanche n’a pas souhaité commenter ces rapports. Le secret américain qui entoure les frappes de drones sera l’objet d’un débat, le 25 octobre aux Nations unies.

Les Amis de la Syrie réunis à Londres

Onze ministres occidentaux et arabes sont réunis à Londres afin de convaincre l’opposition syrienne d’assister à la conférence internationale de Genève (Suisse) qui aura lieu fin novembre sur la transition politique en Syrie. Il s’agit de mettre fin à un conflit qui a fait plus de 115 000 morts en un an et demi. Le Conseil national syrien (C.N.S), le groupe le plus important de la coalition de l’opposition, a déclaré qu’il n’assisterait pas à la conférence. Selon lui, un processus de transition démocratique ne peut s’engager tant que des civils syriens sont assiégés et affamés par l’armée. Il a également menacé de faire scission si la Coalition nationale syrienne se rendait à Genève. La Coalition n’a pas encore pris sa décision. L’éventuelle participation à cette conférence internationale de l’Iran, allié de Damas, est également débattue. À l’ouverture de la réunion, William Hague, le ministre des Affaires étrangères du Royaume-Uni, a déclaré que si les opposants “ ne participent pas au processus de paix, alors les Syriens ne pourront plus choisir qu’entre Assad et les extrémistes ”. ” Plus le conflit dure, plus il devient communautaire, et plus les extrémistes prennent le dessus. ”, a-t-il ajouté.

Italie : une proposition de loi pour protéger les migrants

Guisi Nicolini, le maire de l’île de Lampedusa et Luigi Manconi, président de la commission du sénat pour les droits de l’homme, ont présenté une proposition de loi sur les migrants pour le conseil européen. Cette proposition fait suite aux divers naufrages de bateaux de migrants vers Lampedusa, qui ont fait 550 morts ces derniers mois. Elle vise à convaincre les partenaires de l’Italie de la nécessité d’affronter, au plus vite, la question des migrants qui fuient leur pays en raison de guerre, de persécution ou de famine. La loi envisage de créer, en collaboration avec des associations humanitaires, des centres d’accueil pour les demandes de protection humanitaire dans les pays de départ des migrants, ou de passage. “À Lampedusa, nous regardons 
les gens en face. De Syrie, ne fuient que des familles. Je voudrais savoir quelle réponse on donne à 
ces parents qui cherchent à sauver leurs enfants ?”, avait déclaré Guisi Nicolini le 20 octobre, lors d’un entretien avec le quotidien français l’Humanité. Plus de 32 000 migrants en provenance d’Afrique et du Moyen Orient sont arrivés en Italie et à Malte depuis le début de l’année.

Le mariage gay autorisé dans la capitale australienne

Les couples gays et lesbiens peuvent désormais se marier sur le territoire de Canberra. La loi a été votée par l’assemblée législative du territoire de la capitale australienne, l’Australian Capital Territory (A.C.T). Jusque là, seules les unions civiles étaient autorisées. L’opposition a annoncé son intention de saisir l’état fédéral pour invalider la loi. “Je regrette que la menace du Commonwealth (l’Australie est toujours rattachée à la couronne britannique) plane au-dessus de cette loi, mais les couples qui se marieront le feront en connaissance de cause”, a déclaré, la Première ministre, Katy Gallagher, en présentant le texte. “Bien sûr cela crée quelque incertitude mais elle ne doit pas nous faire renoncer”, a-t-elle ajouté. Les premiers mariages gays devraient être promulgués en décembre sur le territoire de Canberra. Les couples homosexuels hors du territoire pourront venir y échanger leurs voeux.

Share on Twitter    Share on Facebook