Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Jeudi 17 octobre 2013

USA : Fin du shutdown ; le défaut de paiement évité

Le Congrès américain a adopté une mesure qui met fin à la fermeture du gouvernement fédéral et permet d’éviter le défaut de paiement en relevant le plafond de la dette. Au Sénat, contrôlé par les Démocrates, la mesure a été adoptée par 81 voix contre 18. A la Chambre des Représentants, où dominent les Républicains, par 285 voix contre 144.
Cette mesure, votée in extremis après des jours de tractation – le gouvernement fédéral est fermé depuis le 1er octobre -, ne sort que temporairement les Etats-Unis de la crise sur le budget et la dette. Le gouvernement se trouve doté d’un budget jusqu’au 15 janvier, et le plafond de la dette, relevé jusqu’au 7 février. Les Etats-Unis sont donc confrontés à un nouveau shutdown dès le début de l’année prochaine.
“Nous devons sortir de cette habitude que nous avons prise de gouverner par la crise”, a déclaré le Président américain Barack Obama.
Le groupe de Républicains extrémistes du Tea Party, derrière Ted Cruz, qui voulaient monnayer le retrait de l’Obamacare contre le vote du budget et le relèvement du plafond de la dette n’a pas obtenu gain de cause. Mais il a affirmé ne pas abandonner la partie.

Armes chimiques syriennes : Première impossiblité d’accès au site

Pour la première fois depuis le début de leur mission en Syrie, les inspecteurs de l’Organisation pour l’Interdiction des Armes Chimiques (O.I.A.C.) n’ont pas pu accéder à l’un des sites pour des raisons de sécurité.
Selon la résolution du Conseil de Sécurité des Nations Unies qui a permis le déploiement des équipes de l’O.I.A.C., les équipements de production d’armes chimiques doivent être détruits d’ici le 1er novembre, et les stocks doivent être dispersés d’ici la mi-2014.
Plusieurs incidents de sécurité ont eu lieu ces derniers jours : un tir de mortier est tombé non loin de l’hôtel où résident les équipes de l’O.I.A.C. à Damas, et une bombe a explosé à proximité de leurs voitures.

Des parlementaires britanniques dénoncent la timidité de leur gouvernement face au Sri Lanka

Le gouvernement britannique aurait dû “adopter une position plus ferme” à l’égard de son ancienne colonie : ce sont les mots employés par un groupe de parlementaires britanniques qui dénoncent la “timidité” de leur gouvernement vis-à-vis du Sri Lanka, un pays connu pour son piètre record en matière de droits humains.
En 2011, le gouvernement britannique s’était opposé à l’organisation au Sri Lanka d’un sommet des pays du Commonwealth, qui a lieu tous les deux ans, mais a soutenu la candidature du pays en 2013.
Le Sri Lanka est particulièrement critiqué pour sa dernière répression à l’encontre des Tigres Tamouls, en 2009, où, selon les Nations Unies, des dizaines de milliers de civils ont été tués. Le mois dernier, la Commissaire des Nations Unies aux droits humains, Navi Pillay, a mis en garde contre un pays qui glissait vers un régime autoritaire.
Le Premier Ministre canadien, Stephen Harper, a fait savoir qu’il ne se rendrait pas à cette rencontre. Le Premier Ministre britannique, David Cameron, a déclaré qu’il irait et soulèverait la question des droits humains.

Kenya : Des puces dans les cornes des rhino

Afin de lutter contre le braconnage et de protéger les rhinocéros, une espèce menacée, le gouvernement kenyan va placer des micro-puces dans les cornes de ces animaux. Le Kenya compte 1000 rhinocéros. L’ONG World Wildlife Fund a donné les micro-puces et cinq scanners pour un coût de $15 000. Mais trouver les rhinocéros pour poser les puces va coûter bien plus cher.
Le recours aux micro-puces doit permettre non seulement de lutter contre le braconnage, mais aussi de remonter les réseaux de trafic. Les cornes de rhinocéros et les défenses d’éléphant ont fait l’objet d’un intérêt renouvelé ces dernières années de la part des braconniers.

Share on Twitter    Share on Facebook