Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Jeudi 10 octobre 2013

L’Iran nie tout surplus d’uranium

Les négociations sur le nucléaire iranien doivent reprendre la semaine prochaine à Genève dans un contexte nouveau, dû à l’élection d’un Président, Hassan Rouhani, qui a affirmé vouloir trouver un accord d’ici trois à six mois.
Mais les soupçons sur la sincérité du discours tenu par l’Iran persistent. Dans une interview, le parlementaire iranien Ali Larijani a fait savoir que l’Iran avait un surplus d’uranium enrichi. Les pays du groupe P5+1 qui négocient avec l’Iran (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne) ont demandé à Téhéran d’arrêter l’enrichissement d’uranium à 20%. Larijani a suggéré dans l’interview que le surplus d’uranium enrichi pourrait servir d’élément dans les négociations avec les P5+1.
Le Parlement iranien a récusé les déclarations de Larijani, les qualifiant de “fausses et fondamentalement inexactes”.
Dans le même temps, un dissident iranien a indiqué qu’il avait des preuves que le gouvernement de son pays était en train de changer d’emplacement un centre de recherche sur le nucléaire militaire, afin d’éviter toute détection à quelques jours de la reprise des négociations.

Le PM libyen enlevé pendant six heures

Le Premier Ministre libyen, Ali Zeidan, a été capturé par d’anciens rebelles mécontents de l’enlèvement ce week-end par les Etats-Unis d’Abu Anas al-Liby, un Libyen soupçonné de liens avec al-Qaïda et accusé d’avoir participé aux attentats contre les ambassades américaines en Tanzanie et au Kenya en 1998.
Zeidan a été libéré indemne après six heures, mais sa capture illustre le désordre qui règne encore en Libye, deux ans après le renversement du dictateur Mouammar Kadhafi.
Bien que Zeidan ait marqué la distance de son gouvernement par rapport à l’enlèvement organisé samedi à Tripoli par les Américains, ses ravisseurs semblaient le tenir pour responsable de l’opération américaine.
Le gouvernement central libyen et les forces de sécurité luttent pour assurer l’ordre dans le pays, en partie contrôlé par des milices et des militants islamistes. La milice qui a enlevé Zeidan avait été recrutée par le gouvernement pour assurer l’ordre à Tripoli. Elle a déclaré avoir “arrêté” Zeidan après que le Secrétaire d’Etat américain, John Kerry, eut indiqué que la Libye avait joué un rôle dans l’enlèvement d’al-Liby.

Elections en Azerbaïdjan : Les résultats annoncés… avant le vote

Personne ne s’attendait à ce que les élections présidentielles en Azerbaïdjan soient démocratiques. L’actuel Président, Ilham Aliyev, a succédé à son père il y a dix ans, et a depuis pratiqué une politique d’intimidation des activistes et des journalistes.
L’annonce des résultats un jour entier avant la tenue des élections a néanmoins surpris tout le monde. La Commission Centrale Electorale, par l’intermédiaire d’une application pour smartphone, a annoncé une victoire à 72,76% des voix. Un résultat cohérent avec les précédentes victoires d’Aliyev, qui avait “obtenu” 76.84% des voix en 2003 et 87% en 2008. Le candidat de l’opposition, Jamil Hasanli, était annoncé avec 7,4% des voix.
Les résultats ont rapidement été retirés, et la version officielle est que le développeur a utilisé les résultats de 2008. Cette interprétation est pour le moins étrange puisque les noms des candidats qui apparaissaient étaient ceux de 2013.

Corée du Nord : Kim Jong-un assoit son autorité

L’annonce par les media officiels nord-coréens du limogeage du Général Kim Kyok-sik et de son remplacement par le Général Ri Yong-gil à la tête de l’armée nord-coréenne est le dernier signe envoyé par le dictateur Kim Jong-un de l’emprise qu’il assoit sur le pays. Kim Jong-un est arrivé au pouvoir en décembre 2011, en succédant à son père. Il s’est depuis employé à nommer de nouvelles personnalités aux postes à responsabilité, afin de s’assurer de leur loyauté directe à son égard. Depuis son arrivée au pouvoir, il a remplacé 44% des 219 postes à responsabilité dans l’armée, le parti et le gouvernement, a indiqué le Ministère sud-coréen de la Réunification.

Malala Yousafzaï obtient le prix Sakharov pour la liberté de penser

La Pakistanaise de 16 ans, Malala Yousafzaï, connue pour son combat pour l’éducation des filles, a obtenu le prix Sakharov pour la liberté de penser, décerné par le Parlement européen. Le prix Sakharov récompense des personnalités qui luttent contre l’intolérance, le fanatisme et l’oppression. Yousafzaï était devenue mondialement célèbre il y a un an, lorsqu’elle avait été la cible de tirs des Taliban. Gravement blessée, elle avait ensuite quitté le Pakistan pour le Royaume-Uni où elle vit toujours. A l’âge de 11 ans déjà, elle tenait un blog sur le site de la BBC où elle dénonçait les exactement commises par les Taliban (exécutions sommaires, flagellations, destruction des écoles de filles).
Les Taliban ont fait savoir à l’annonce du prix que Yousafzaï n’avait “rien fait” pour le mériter.
Yousafzaï est également en lice pour le prix Nobel de la paix. Les Verts du Parlement européen avait proposé que le prix Sakharov soit décerné à Edward Snowden, le lanceur d’alerte qui a rendu public l’étendue de la cybersurveillance qu’exerce sur les populations du monde entier l’Agence Nationale de Sécurité américaine (N.S.A.).

Share on Twitter    Share on Facebook