Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Lundi 16 septembre 2013

Syrie : France, UK et USA demandent une résolution “ferme”

Ce week-end, Russie et Etats-Unis sont parvenus à un accord sur la mise sous contrôle international des armes chimiques syriennes. Le régime du Président syrien Bachar el-Assad doit dévoiler son arsenal chimique d’ici une semaine, et l’éliminer d’ici mi-2014. Mais une incertitude demeure sur le contenu de la résolution du Conseil de Sécurité des Nations Unies (C.S.N.U.) encadrant cette mise sous contrôle.
La France, le Royaume-Uni et les Etats-Unis ont appelé de leurs voeux une résolution “ferme”, avec des “conséquences sérieuses”, en cas de violation. Les trois pays souhaitent toujours que cette résolution s’inscrive dans le cadre du chapitre 7 de la Charte des Nations Unies, qui prévoit une intervention militaire en cas de non respect de la résolution.
Le Ministre russe des Affaires étrangères, Sergeï Lavrov, fin négociateur et habitué des Nations Unies, a rappelé qu’une action rapide contre le régime de Damas révélait un “manque de compréhension” de l’accord sur les armes chimiques : “Le document final sur lequel nous nous sommes mis d’accord et qui comprend les principes directeurs de la mise en oeuvre et de nos obligations mutuelles ne mentionne pas [le chapitre 7]“, a-t-il déclaré.

Lawrence Summers retire sa candidature à la tête de la Fed

L’ancien Secrétaire d’Etat au Trésor et conseiller économique du Président américain Barack Obama durant son premier mandat, Lawrence Summers, a annoncé qu’il retirait sa candidature à la tête de la Banque centrale américaine, la Federal Reserve (Fed). L’actuel directeur de la Fed, Ben Bernanke quittera ses fonctions en janvier. Summers a invoqué la perspective d’une séance de confirmation “pleine d’acrimonie” qui “ne servirait pas les intérêts de la Réserve fédérale, du gouvernement, et finalement de la situation économique de la nation”.
Summers était, avec l’actuelle Vice-Présidente de la Fed, Janet Yellen, et l’ancien Vice-Président, Donald Kohn, l’un des trois candidats sérieusement considérés pour le poste. Il était le candidat favori d’Obama.
Mais Summers avait réuni contre sa candidature plusieurs Démocrates le considérant comme le symbole des dysfonctionnements de la dérégulation financière. Trois – sans doute quatre – des 12 Démocrates siégant dans le comité des affaires financières du Sénat (comprenant 22 membres), qui doit confirmer le candidat proposé par le Président avant l’examen de sa candidature par l’ensemble du Sénat, avaient annoncé leur intention de voter contre Summers.
L’épisode reflète les divisions qui continuent de traverser le camp démocrate sur la dérégulation financière.

Manifestations de l’opposition au Cambodge

Des milliers de personnes manifestent aujourd’hui au Cambodge pour dénoncer les résultats des élections législatives du 28 juillet. Une première manifestation a déjà eu lieu ce week-end, et a fait au moins un mort, selon un militant d’une ONG des droits humains, Adhoc. Selon ce militant, l’homme tué n’était même pas un manifestant, mais un résident furieux de ne pouvoir regagner sa maison, car le quartier était barricadé par la police. Le même militant, cité par l’agence d’information Reuters, mentionne cinq blessés à l’hôpital.
Un porte-parole de la police nationale a déclaré ignorer comment l’homme était mort, car la police utilise des gaz lacrymogènes, des bâtons et des grenades.
Le Parti du Sauvetage National du Cambodge (C.N.R.P.), principal parti d’opposition, qui a appelé à manifester samedi et dimanche, et estime s’être fait voler 2,3 millions de voix, a condamné l’usage de la violence par la police, et s’est aussi démarqué du “petit groupe d’opportunistes” qui ont semé le trouble. Il a rappelé son attachement à des manifestations pacifiques.
Le Parti du Peuple Cambodgien (C.P.P.), au pouvoir depuis 28 ans, a remporté 68 sièges aux dernières élections législatives, contre 55 pour le C.N.R.P., ce qui marque un net recul. Les manifestations actuelles sont l’un des plus grands défis auxquels doive faire face Hun Sen, qui dirige le pays d’une main de fer.

UE : “Nouvelle Donne” de €650m pour la Somalie

Lors d’une conférence à Bruxelles, l’Union Européenne a annoncé une “Nouvelle Donne” (“New Deal”) pour la Somalie avec le versement de €650m ($860m) pour la période 2013-2016. Cette somme doit être utilisée pour aider le pays à sortir de deux décennies de guerre civile, et servir au système de santé, à l’approvisionnement en eau, et à la reconstruction des infrastructures détruites par la guerre.
Union Européenne et Somalie se sont félicités de cet accord et estiment qu’il s’agit du moment opportun pour le mettre en oeuvre, avec un gouvernement et une situation sécuritaire relativement stabilisées. Le gouvernement du Président Hassan Sheikh Mohamud est le premier à être reconnu par les Etats-Unis depuis 20 ans. Il est encore contesté par les combattants islamistes al-Shabab, qui gardent la maîtrise d’une partie du Sud du pays.
Al-Shabab a déclaré à propos de cet accord : “C’est un peu comme les gaufres belges : sucré à l’extérieur, mais ça ne contient pas grand chose”. Le groupe a par ailleurs exprimé le souhait que l’argent ne parvienne pas à destination ou qu’il soit détourné à des fins de corruption.
Certains diplomates impliqués sur le dossier espéraient un montant d’au moins €750m ($1bn). Cette conférence fait suite à d’autres déjà organisées pour la Somalie, qui se sont accompagnées du versement de montants conséquents et de communiqués enthousiastes de la part des autorités européennes, mais n’ont pas eu d’impact significatif sur le développement du pays.

Share on Twitter    Share on Facebook