Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Mardi 3 septembre 2013

Tir d’un missile israélien pour tester un nouveau système de défense

Le Ministère de la Défense israélien a reconnu que l’armée avait tiré un missile Sparrow à 9h15 heure locale afin de tester un nouveau système de défense anti-missile. Il a indiqué que le test était positif. Ce tir intervient alors que les tensions dans la région sont au plus fort au moment où sont envisagées de possibles frappes aériennes par des pays occidentaux contre le régime de Bachar el-Assad.
Le tir a été détecté par des radars russes postés à Aramvir, près de la Mer Noire. Moscou a alerté sur le lancement de deux “objets” ballistiques en provenance de la Méditerranée centrale, vers l’Est. Selon une source syrienne s’adressant à la télévision libanaise, rien n’a été détecté de Syrie.
Israël prétend avoir réalisé un exercice conjoint avec les Etats-Unis, mais Washington a démenti le lancement d’un missile depuis ses navires positionnés en Méditerranée.

La France attribue au régime de Damas les attaques à l’arme chimique

Après le Royaume-Uni et les Etats-Unis, le Premier Ministre français, Jean-Marc Ayrault, a présenté hier soir les éléments dont dispose la France pour étayer l’idée que le régime du Président syrien, Bachar el-Assad, est responsable des attaques à l’arme chimique dans la banlieue Est de Damas, le 21 août. Selon l’ONG Médecins Sans Frontières, ces attaques ont fait au moins 355 morts. D’autres sources permettent d’évaluer le bilan à 1500 morts, selon le document diffusé par le gouvernement français.
“Outre le fait que les victimes ne portent pas de blessures corporelles, les symptômes agoniques sont (…) des convulsions généralisées, nausées, vomissements (…), signes cliniques cohérents avec une intoxication aux agents chimiques“, indique le document. Jugeant que l’attaque du 21 août est intégrée “dans une manoeuvre tactique cohérente” avec la doctrine d’emploi des forces syriennes, le gouvernement français souligne également que “l’opposition syrienne n’a pas les capacités de conduire une opération d’une telle ampleur”.
Le Ministère de la Défense met à disposition sur son site des vidéos qui étayent cette thèse.
Le gouvernement français s’est prononcé en faveur de frappes aériennes ciblées, mais l’opinion publique française reste réservée sur cette intervention, et plusieurs personnalités politiques appellent à un vote du Parlement, à l’instar du choix fait par les Britanniques et les Américains.
De leur côté, les services du renseignement extérieur allemand, le Bundesnachrichtendienst (B.D.N.), apportent un élément nouveau : ils disent avoir intercepté une conversation entre un membre haut placé du Hezbollah et l’ambassade iranienne. Selon le B.D.B., le responsable du Hezbollah a dit qu’Assad avait perdu le contrôle et ordonné une attaque à l’arme chimique.

Egypte : Fermeture de 4 chaînes de télévision proches des Frères musulmans

Un tribunal administratif du Caire a ordonné la fermeture de quatre chaînes de télévision jugées proches de la confrérie des Frères Musulmans, à laquelle appartient le Président déchu, Mohamed Morsi. La chaîne qatari Al-Jazira Mubasher Misr, mais aussi Ahrar 25, et deux chaînes islamistes, Al-Quds et Al-Yarmouk ont été définitivement fermées. Hier, la chaîne Al-Hafez avait subi le même sort pour “atteinte à l’unité nationale” et incitation à la haine contre les chrétiens.
Ces fermetures s’inscrivent dans la droite ligne de celles ordonnées après l’éviction de Morsi par l’armée, le 3 juillet. Hier, l’Egypte a expulsé trois journalistes étrangers travaillant pour Al Jazeera en anglais, arguant qu’ils ne disposaient pas des bonnes accréditations.
Al Jazeera dénonce une campagne menée contre elle.

Chine : Nouvelle accusation de corruption contre un haut responsable

L’un des plus hauts responsables économiques chinois, Jiang Jiemin, a été licencié de son poste de directeur de la Commission chargée de l’Administration et de la Supervision des Actifs détenus par l’Etat, une instance chargée de superviser les activités des 100 plus grandes entreprises étatiques chinoises. Il est accusé de “violations disciplinaires graves”, une expression utilisée pour dénoncer la corruption en Chine.
Depuis son arrivée au pouvoir comme Président du Parti Communiste en novembre et comme Président en mars, Xi Jinping a promis de s’attaquer à la corruption, considérée comme une menace pour la viabilité du parti. Selon les media d’Etat chinois, Jiang Jiemin est le premier des 205 membres du Comité Central du Parti Communiste à faire l’objet d’une enquête.
L’accusation de corruption dont il fait l’objet est liée à son rôle dans le “gang de Shengli”, un groupe de hauts responsables du secteur pétrolier chinois. Depuis 1972, Jiang a passé près de 20 ans à travailler au champ pétrolifère de Shenglil, le deuxième plus grand du pays, avant de prendre un poste de direction. Il a ensuite dirigé la China National Petroleum Corporation.

Un mur de glace contre les fuites de Fukushima

€357m ($470m) : c’est le montant annoncé par le gouvernement japonais pour ériger un mur de glace destiné à contenir les fuites d’eau qui s’échappent du site nucléaire de Fukushima. A travers un système de tuyaux contenant le liquide glacé, le sol entourant les bâtiments sera refroidi jusqu’à une profondeur de 30 mètres sous terre. Cette méthode a déjà été utilisée pour prévenir l’infiltration d’eau dans les tunnels et le métro, mais c’est la première fois qu’elle sera utilisée dans un tel environnement.
Après la fuite de plusieurs tonnes d’eau contaminée dans l’océan, le gouvernement japonais a remplacé l’entreprise TEPCO (Tokyo Electronic Power Company), propriétaire du site de Fukushima, dans la mise en oeuvre des mesures destinées à contenir les fuites.
L’annonce du mur de glace intervient alors que le Comité International Olympique doit annoncer dans quelques jours quelle ville – d’Istanbul, de Madrid ou de Tokyo – il retiendra pour les Jeux Olympiques de 2020.

Share on Twitter    Share on Facebook