Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Mardi 27 août 2013

Des pays occidentaux prêts à intervenir en Syrie hors du cadre de l’ONU

“L’opposition [syrienne] s’est vu dire en termes clairs qu’une action pour prévenir d’autres utilisations d’armes chimiques par le régime d’Assad pourrait avoir lieu dans les prochains jours, et qu’elle devrait continuer à se préparer pour les pourparlers de paix à Genève”, a confié à l’agence d’information Reuters, une source de l’opposition, à l’issue d’une réunion qui s’est tenue hier à Istanbul entre la Coalition Nationale Syrienne et les Amis de la Syrie.
De son côté, le Ministre américain de la Défense, Chuck Hagel, a indiqué que les forces américaines étaient “prêtes” à lancer une attaque en Syrie, si le Président Barack Obama choisissait d’en donner l’ordre. Le Secrétaire d’Etat américain, John Kerry, a, lui, déclaré que les preuves d’utilisation d’armes chimiques par le régime étaient “indéniables”. Il y a un an, Obama avait vu dans l’utilisation d’armes chimiques la “ligne rouge” qui justifierait une intervention de son pays dans la guerre civile syrienne qui dure depuis deux ans et demi.
Au Royaume-Uni, les parlementaires ont été rappelés pour discuter des options possibles pour répondre à l’utilisation d’armes chimiques par le régime syrien. Londres a précisé que les frappes en Syrie, si elles devaient avoir lieu, seraient “proportionnées” et auraient pour but de dissuader le régime d’y avoir recours. Les députés britanniques doivent voter une motion non contraignante, mais dont Cameron a précisé qu’elle serait suivie par le gouvernement.
La Chine et la Russie continuent à s’opposer à une intervention des Occidentaux en Syrie. Le Ministre syrien des Affaires étrangères, Walim Mouallem, qui nie l’utilisation d’armes chimiques par le régime, a déclaré que les Etats-Unis et leurs alliés utilisaient les armes chimiques comme un prétexte pour intervenir dans le conflit et que tout “acte d’agression” allait renforcer les éléments terroristes liés à al-Qaïda.
De son côté, la mission des inspecteurs des Nations Unies en Syrie, sur place pour enquêter sur l’utilisation d’armes chimiques sur le territoire syrien, a décidé de repousser d’un jour la reprise de ses travaux d’inspection pour des raisons de sécurité. Hier, le convoi a été attaqué par des snipers.

La Croatie risque des sanctions financières pour non application d’un mandat d’arrêt

Le dernier pays à avoir rejoint l’Union Européenne (U.E.) – la Croatie, le 1er juillet – se trouve en conflit avec la Commission Européenne et risque des sanctions financières pour refuser d’appliquer un mandat d’arrêt européen émis par l’Allemagne. Berlin demande à Zagreb de lui livrer Josip Perkovic, un ancien agent des services secrets yougoslaves soupçonné du meurtre d’un dissident croate en 1983.
Mais juste avant son adhésion, fin juin, la Croatie a adopté une loi qui prévoit que l’application des mandats d’arrêt européens n’est valable que pour les crimes commis après août 2002. La Commission Européenne, gardienne des traités européens, a mis en garde Zagreb contre l’expiration du délai de transposition de la législation sur les mandats d’arrêt européens. “Que la nouvelle législation croate ait été changée juste quelques jours avant l’adhésion du pays à l’U.E., pour contrevenir aux lois communautaires, n’est pas quelque chose que nous prenons à la légère”, a fait savoir le bureau de la Commissaire européenne en charge de la Justice, Viviane Reding.
Dans les sept prochaines années, la Croatie doit bénéficier de milliards d’euros de l’U.E. afin de moderniser ses infrastructures et ses institutions. Cet argent pourrait ne pas être versé dans sa totalié si la “lex Perkovic” n’est pas adoptée.
Lors des négociations d’adhésion, la justice était l’un des domaines où la Commission Européenne était la plus suspicieuse sur la situation en Croatie, demandant de multiples modifications pour garantir une meilleure efficacité dans la lutte contre la corruption et les abus de droit.

Raid israélien en Cisjordanie

Alors que les pourparlers entre Palestiniens et Israéliens ont repris le mois dernier à l’initiative des Etats-Unis, les premiers ont annoncé l’annulation d’une série de discussions prévue avec leurs homologues en raison d’un raid israélien mené contre le camp de réfugiés de Qalandiya, en Cisjordanie. Mais une porte-parole des Affaires étrangères américaines a annoncé que les discussions étaient maintenues. Le raid a fait trois morts, dont un travailleur des Nations Unies. Selon les Palestiniens, 15 personnes ont aussi été blessées, dont six gravement. “Un tel crime montre la nécessité d’une protection internationale urgente et efficace pour notre peuple”, a déclaré le Premier Ministre palestinien, Rami Hamdallah.
Selon un porte-parole de la police israélienne, le raid a été organisé pour arrêter une “personne soupçonnée de terrorisme”, mais 1500 Palestiniens ont créé une émeute et attaqué le convoi. On ignore si la police israélienne a finalement procédé à des arrestations.
La United Nations Relief and Works Agency for Palestine Refugees (U.N.R.W.A.) a condamné le meurtre de l’un de ses employés, un père de 34 ans, qui travaillait lorsqu’il a été abattu.
Les violences israéliennes en Cisjordanie se sont accrues depuis 2013 : les forces de l’Etat hébreu ont tué 14 Palestiniens, la plupart lors d’affrontements, contre trois à la même date en 2012.

France : Enquête préliminaire contre une maire refusant de marier des lesbiennes

Alors que près de 400 mariages homosexuels ont été célébrés depuis l’adoption de la loi autorisant le mariage entre couples de même sexe en France, la maire Front National (F.N., extrême-droite) de Bollène, Marie-Claude Bompard, a refusé, au nom de sa “conscience” de marier un couple de lesbiennes et de déléguer à un conseiller municipal ce pouvoir. Le parquet de Carpentras a ouvert une enquête préliminaire à son encontre. Le parquet s’appuie sur les articles 432-1 et 432-2 du Code Pénal, qui punit “le fait, par une personne dépositaire de l’autorité publique, agissant dans l’exercice de ses fonctions, de prendre des mesures destinées à faire échec à l’exécution de la loi”.

Share on Twitter    Share on Facebook