Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Jeudi 8 août 2013

L’Inde accuse ouvertement le Pakistan de la mort de ses 5 soldats

Pour la première fois, l’Inde a ouvertement accusé le Pakistan d’avoir tué dans une embuscade cinq de ses soldats, mardi.”Il est désormais clair que les troupes d’élite de l’armée pakistanaise ont été impliquées dans l’attaque” qui s’est déroulée dans la région du Cachemire, revendiquée par les deux pays. Le Ministre indien de la Défense, A.K. Antony a ajouté : “Cet incident aura des conséquences sur notre comportement sur la ligne de contrôle, et sur nos relations avec le Pakistan”, agitant ainsi la menace de représailles contre le voisin avec qui un cessez-le-feu a été signé en 2003.
Ce discours, tenu devant le Parlement indien, marque un tournant dans la position indienne sur la question : jusqu’à présent, les autorités de New Delhi avaient évité d’accuser directement le Pakistan. Celui-ci a toujours nié toute implication dans l’incident.
En Inde, le principal parti d’opposition, le Bharatiya Janata Party (B.J.P.), a accusé le gouvernement d’être trop indulgent avec Islamabad. Ces accusations sont formulées alors que des élections parlementaires sont prévues en mai prochain. La pression se fait de plus en plus forte pour que le Premier Ministre indien, Manmohan Singh, annule une rencontre prévue avec son homologue pakistanais en marge de l’Assemblée Générale des Nations Unies à New York en septembre. “Nous soutenons que jusqu’à ce que les auteurs des attentats du 26 novembre [à Bombay] et ceux impliqués cette semaine soient jugés, nous devrions refuser les pourparlers au plus haut niveau”, a déclaré le porte-parole du B.J.P., Prakash Javadekar.

Un parrain de la mafia arrêté au Royaume-Uni

Voilà plus de 20 ans que Domenico Rancadore est recherché par les autorités italiennes pour son implication dans la mafia sicilienne. Hier soir, la police britannique l’a arrêté à Uxbridge, avec un mandat d’arrêt européen émis en janvier 2012. En Italie, il a été condamné in absentia à sept ans de prison pour son implication dans des crimes entre 1987 et 1995. A la tête d’une agence de voyage à Londres, Rancadore, âgé de 64 ans, était connu pour avoir été à la tête d’une des “famillles” de Palerme, le Cosa Nostra.
Selon une voisine, il était connu sous le nom de Marc Skinner : “Je le connais très bien et il est l’un des meilleurs voisins qu’on puisse avoir”, a-t-elle dit. “Ils habitent ici depuis des années. J’ai vu leurs enfants grandir avec les miens. Je ne connais pas les tenants et aboutissants de leur histoire, mais ce sont les gens les plus agréables que vous puissiez rencontrer”, s’est-elle enthousiasmée.
L’opération d’arrestation est le fruit d’une coopération entre polices européennes.

Accord des partis politiques tchèques pour une dissolution du Parlement

Les partis politiques tchèques au Parlement sont sur le point de trouver un accord pour dissoudre la chambre basse la semaine prochaine afin d’organiser des élections anticipées en octobre, sans attendre mai, date prévue pour les prochaines élections. Depuis deux mois, la vie politique est bloquée par les dissensions entre le Président de droite, qui a choisi son ami, l’économiste Jiri Rusnok pour former le gouvernement en juin contre l’avis des parlementaires, et les partis de gauche – sociaux-démocrates et communistes.
Hier, Rusnok a perdu un vote de confiance devant le Parlement, ce qui a révélé les désaccords au sein de la coalition de centre-droit : le parti TOP09, membre de la coalition, a rejoint les partis de gauche pour demander des élections anticipées.
Les blocages politiques n’affectent pas actuellement les marchés financiers et la République tchèque continue de bénéficier des taux d’emprunt les plus bas dans l’Union Européenne, mais la population souhaite un gouvernement viable pour mener des politiques économiques durables et sortir le pays de la récession qu’il connaît depuis maintenant deux ans.

Lutte contre la surpopulation carcérale en Italie

Le Sénat italien a approuvé un décret-loi pour lutter contre la surpopulation carcérale. Les prisons italiennes sont parmi les plus surpeuplées d’Europe : certaines comptent 67 000 détenus pour 45 000 places. Les prisons sont parfois utilisées jusqu’à 250% de leur capacité, selon l’ONG de lutte pour les droits des prisonniers, Antigone. En janvier, la Cour Européenne des Droits Humains a ordonné à Rome de trouver une solution dans un délai d’un an, estimant qu’en raison de la surpopulation carcérale, les droits de sept détenus avaient été violés.
Selon le décret-loi adopté aujourd’hui, la détention préventive ne pourra être applicable que dans le cas de peines de prison encourues inférieures à cinq ans. Des mesures alternatives à la prison sont aussi prévues pour certains récidivistes.

Chine : les industries d’Etat sous les projecteurs des juges

La mine de charbon de Zhongshe et deux autres mines de la province de Shanxi, dans le Nord de la Chine, font l’objet d’accusations de corruption et de mauvaise gestion ; l’un des fleurons de l’industrie étatique chinoise, China Resources, se trouve ainsi sous le feu des critiques qui l’accusent d’avoir dépensé et peut-être partiellement détourné la somme astronomique de €1,2mds ($1,6mds) pour ces trois mines. C’est ce qui ressort de documents qui ont fuité d’un tribunal d’Hong Kong. Les entreprises d’Etat et leurs cadres dirigeants sont soupçonnés d’engloutir de l’argent public au détriment de politiques économiques de long terme. Les entreprises d’Etat en Chine sont à l’origine de 52% du P.I.B.

Share on Twitter    Share on Facebook