Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Mercredi 7 août 2013

Violent incendie à l’aéroport de Nairobi

Un violent incendie a ravagé l’aéroport de Nairobi, capitale du Kenya, obligeant le site à fermer, les passagers à être évacués et les vols annulés. Le feu, qui a pris à 4h30 heure locale, n’a apparemment fait aucune victime. Ses causes sont encore inconnues.
L’aéroport Jomo Kenyatta sert de point de passage à d’innombrables touristes voyageant en Afrique. Il accueille six millions de passagers par an (16 000 par jour), dessert 49 destinations dans 23 pays sur les cinq continents, et est aussi le principal point d’envoi de fleurs à l’étranger – 35% des fleurs envoyées en Union Européenne proviennent du Kenya. Aussi bien sur le plan de l’industrie du tourisme que sur celle des fleurs, l’incendie risque d’avoir un impact économique de taille.
Les unités de police et de pompiers kenyans étant sous-équipées, il a fallu faire appel à la Croix Rouge et à des services de sécurité privée, comme l’entreprise britannique G4S. Un témoin a confié à l’agence Associated Press avoir vu des soldats et des pompiers lutter contre l’incendie à coup de seaux d’eau. D’autres témoins ont décrit la scène comme chaotique et souligné le manque de prise en charge de l’accident par les autorités kenyannes.

Egypte : Les efforts de médiation diplomatique ont échoué

“Aujourd’hui marque la fin des efforts diplomatiques entamés il y a plus de dix jours”, a déclaré le Président égyptien par intérim, Adly Mansour. “L’Etat égyptien considère que les Frères musulmans sont pleinement responsables de l’échec de ces efforts [entrepris par des envoyés étrangers] et des possibles conséquences de cet échec.” C’est la première fois que les autorités égyptiennes prennent position sur les efforts de médiation. Depuis l’éviction du Président Mohamed Morsi le 3 juillet, plus de 250 personnes ont été tuées dans les affrontements entre pro- et anti-Morsi. L’Union Européenne, les Etats-Unis, le Qatar et les Emirats Arabes Unis ont envoyé des diplomates pour tenter de faire dialoguer les deux parties, les Frères musulmans d’un côté, soutiens de Morsi, et l’armée et le gouvernement par intérim de l’autre.
Le gouvernement par intérim a à plusieurs reprises demandé aux Frères musulmans de mettre fin à deux sits-in organisés dans les rues du Caire, sans effet. De leur côté, les diplomates étrangers ont souligné la nécessité du dialogue et leur condamnation de tout recours à la violence pour résoudre la crise politique. L’annonce faite par Mansour laisse l’avenir incertain.
L’Union Européenne a réagi en disant vouloir poursuivre ses efforts pour une médiation pacifique.

Birmanie : Libération de 68 enfants soldats

C’est le plus grand nombre d’enfants soldats libérés depuis la signature en juin d’un accord sur le sujet entre les Nations Unies et l’Etat birman. En septembre 2012, 42 enfants avaient été libérés, en février 2013, 24, et en juillet 2013, 42. Le nombre total d’enfants soldats libérés s’élève donc à 176. Parmi les 68 enfants libérés aujourd’hui se trouvent à la fois des enfants et de jeunes adultes recrutés alors qu’ils étaient encore mineurs. Ils ont été libérés au cours d’une cérémonie officielle.
Les Nations Unies voient dans la cérémonie de libération qui a eu lieu aujourd’hui une autre “étape positive” dans le respect par la Birmanie de ses engagements à mettre fin à l’utilisation des enfants soldats.
Le recrutement des enfants soldats en Birmanie a diminué, mais continue. On ignore aujourd’hui combien d’enfants soldats servent dans l’armée. Ils sont notamment employés pour détecter les mines.

Obama annule une rencontre avec Poutine

Un “manque de progrès” sur les sujets bilatéraux comme le contrôle des armes, les relations commerciales, le respect des droits humains ou les questions de sécurité : voilà les raisons invoquées par la Maison Blanche pour justifier de l’annulation d’une rencontre qui devait se tenir début septembre entre le Président américain, Barack Obama, et son homologue russe, Vladimir Poutine, avant le sommet du G-20 qui a lieu en Russie. La “décision décevante” de la Russie de donner temporairement asile au lanceur d’alerte américain, Edward Snowden, à l’origine des révélations sur la collaboration entre des entreprises privées et l’Agence Nationale de Sécurité (N.S.A.), “a aussi été un facteur”, a reconnu le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney. A la place, Obama se rendra en Suède, “un pays ami proche et partenaire” des Etats-Unis.
Invité du Tonight Show de Jay Leno mardi soir, Obama a reconnu sa déception devant la décision russe et souligné que les deux pays devaient travailler ensemble : “Parfois, ils [les Russes] reviennent à une mentalité de Guerre Froide. Ce que je leur répète sans cesse, aux Russes et au Président Poutine, c’est que tout cela, c’est du passé”, a commenté le Président américain en regrettant que, malgré l’absence de traité d’extradition, Moscou n’ait pas souhaité renvoyer Snowden aux Etats-Unis. Selon un sondage Washington Post-ABC News, les Américains sont plus favorables à une poursuite de Snowden depuis qu’il est arrivé à l’aéroport de Moscou : mi juin, seuls 43% des Américains étaient favorables à ce que Snowden soit poursuivi comme criminel pour avoir dévoilé des méthodes de renseignements américaines, un pourcentage qui s’élevait à 53% le mois dernier.
De son côté, le Sénateur russe, Ruslan Gattarov, a annoncé vouloir monter une campagne de soutien au travail de Snowden et rassembler des fonds grâce à un site internet.

Mobilisations la nuit pour la présidentielle au Mali

En raison du ramadan, les réunions politiques ont lieu à la nuit tombée chez les partisans des deux candidats arrivés en tête lors du premier tour de l’élection présidentielle au Mali, Ibrahim Boubacar Keïta et Soumaïla Cissé. En attendant que démarre la campagne officielle du second tour, une fois que la cour constitutionnelle aura proclamé les résultats, les deux camps mobilisent leurs électeurs de manière informelle : il faut donner un visage concret aux alliances qui auront lieu entre les partis, mais aussi, de façon très pratique, informer sur les façons d’éviter les bulletins nuls.

Share on Twitter    Share on Facebook