Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Lundi 29 juillet 2013

Ashton en visite en Egypte après le massacre de samedi

Samedi à l’aube, l’armée a tiré sur des partisans des Frères Musulmans (pro-Morsi) qui revenaient d’une veillée au lendemain d’une journée de manifestations des pro- et des anti-Morsi. Le Ministère de la Santé a estimé à 80 le nombre de morts. Il s’agit du massacre le plus meurtrier depuis le 8 juillet, où l’armée avait tué 50 Frères Musulmans qui campaient près des barraques où Morsi était supposé être détenu. Les Frères Musulmans ont annoncé une autre manifestation aujourd’hui dans la soirée.
En visite en Egypte, la cheffe de la diplomatie européenne, Catherine Ashton a rencontré le chef de l’armée, le General Abdel Fattah al-Sisi, l’homme derrière l’éviction du Président Mohammed Morsi, le 3 juillet, l’homme politique libéral, Mohamed ElBaradei et le Ministre des Affaires étrangères par intérim, Nabil Fahmy. Elle doit aussi rencontrer des membres du Parti de la Justice et de la Liberté, la branche politique des Frères Musulmans. Peu de détails ont émergé de ces rencontres. Ashton s’est déclarée en faveur “d’un processus de transition politique complètement inclusif”. Sa marge de manoeuvre est limitée. Si l’Union Européenne (U.E.) est le plus gros donateur d’aide civile à l’Egypte, un pays de 84 millions d’habitants, les Etats-Unis restent le principal donateur, avec €981mds ($1,3mds) d’aide annuelle.
Le chef de l’armée, Sisi, s’est imposé comme la nouvelle figure politique, attirant les projecteurs médiatiques et jetant le doute sur la volonté de l’armée de rendre à un gouvernement civil tous les pouvoirs, au terme d’un processus démocratique. Le gouvernement intérimaire aujourd’hui au pouvoir a été choisi par l’armée. Les massacres de samedi font craindre que l’armée ne veuille réduire à néant les Frères Musulmans, plongeant le pays dans une instabilité encore plus grande.

Retour des attentats meurtriers en Irak

17 explosions qui semblent avoir été coordonnées ont eu lieu en Irak dans le Sud et les quartiers de Baghdad dominés par les populations chiites. Les groupes militants, dont Al Qaïda, ont multiplié ces derniers mois les attaques contre le gouvernement dominé par les Chiites. Depuis le début de l’année, 4000 personnes ont été tuées selon l’ONG Iraq Body Count, dont 810 pour le seul mois de juillet. A Bagdhad, dans le quartier chiite de Sadr, un minibus s’est arrêté, le conducteur a fait monter des journaliers cherchant du travail avant de faire exploser une bombe.
“Je suis très préoccupé par le degré accru de violence et le danger que le pays soit à nouveau frappé par une vague de violences sectaires”, a déclaré l’envoyé spécial des Nations Unies en Irak, Gyorgy Busztin. Les violences ont atteint “un niveau record durant le mois du Ramadan”. La semaine dernière, des évasions dans les prisons d’Abu Ghraib et de Taji ont montré la difficulté pour les autorités irakiennes d’assurer la sécurité. “Les attaques qui ont eu lieu aujourd’hui sont très liées aux évasions survenues à Taji et Abu Ghraib, qui ont encouragé les groupes terroristes à lancer de plus amples attaques contre un groupe religieux particulier pour accroître la pression sur le gouvernement et saper le moral des forces de sécurité”, a déclaré à Reuters l’un de membres du comité de sécurité et de défense au Parlement.

Cambodge : L’opposition dénonce les résultats des législatives

L’opposition cambodgienne a réussi une percée lors des élections législatives qui se sont déroulées hier. Avec 55 sièges sur les 123 de l’assemblée, elle double presque le nombre de ses députés et entame pour la première fois sérieusement la mainmise du parti au pouvoir, le Parti du Peuple Cambodgien (P.C.C.), qui remporte 68 sièges.
Mais le Parti du sauvetage national – parti d’opposition – dénonce les irrégularités du scrutin et demande la mise en place d’une commission technique, composée de membres de deux partis et de personnalités de la société civile. Selon Sam Rainsy, dirigeant du Parti du sauvetage national, près de 15% des électeurs n’auraient pas pu exercer leur droit de vote. Le leader de l’opposition a souligné que le rapport de forces avait changé et que sa requête était non négociable.
Sam Rainsy est rentré au Cambodge une semaine avant les élections, après un exil de quatre ans en France ; il n’a pas pu se présenter et n’a même pas été autorisé à voter.

Au moins 39 morts dans un spectaculaire accident de car en Italie

C’est l’un des accidents de car les plus meurtriers en Europe, ces dernières années : arrivant à vive allure dans une pente, l’autocar a plongé par-dessus un viaduc et atterri dans un ravin, 30 mètres plus bas. Sur la cinquantaine de passagers transportés, 39 sont morts, et une dizaine ont été blessés. Le car transportait des touristes italiens de retour d’un pélerinage à Pietrelcina, la cité natale de Padre Pio, un prêtre italien canonisé en 2002 et très vénéré dans le sud de l’Italie.
Les causes de l’accident ne sont pas encore connues : des témoins ont évoqué un problème de freins, tandis que d’autres affirment qu’un pneu a éclaté. Le chauffeur du car est mort dans l’accident. Une dizaine de voitures au moins se sont trouvées impliquées dans le carambolage.

Un homme d’affaires jordanien lance une encyclopédie en ligne

L’homme d’affaire jordanien d’origine palestinienne, Talal Abu Ghazaleh, prévoit de lancer d’ici fin 2013 une nouvelle encyclopédie en ligne, en arabe : “nous voulons des informations correctes”, a expliqué le fondateur. En cherchant son nom sur internet, il s’est aperçu que le lieu de naissance qui lui était attribué était Tel Aviv, alors qu’il est né à Jaffa, la partie Sud de Tel Aviv et l’un des plus anciens ports de la Méditerranée orientale, occupé par Israël lors de la guerre de 1948.
Appelé Tagipedia, la nouvelle encyclopédie comprendra un million d’entrées. Contrairement à Wikipédia, il ne sera pas possible de proposer des modifications du contenu. Le projet est chiffré à €7,5m ($10m). Il s’agit de la 29e entreprise d’Abu Gazaleh qui a commencé à bâtir son empire commercial dans les années 1970. L’homme d’affaires a décidé de financer Tagipedia. “L’un des principes auquel nous sommes très attachés est qu’il n’y ait aucun biais politique, religieux ou personnel”, a-t-il déclaré.

Share on Twitter    Share on Facebook