Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Jeudi 25 juillet 2013

L’opposant tunisien Mohamed Brahmi assassiné

Mohamed Brahmi, membre du Mouvement pour le Peuple tunisien et membre de l’Assemblée constituante, chargée d’élaborer une nouvelle constitution, a été assassiné ce matin à Tunis. “On lui a tiré dessus, devant sa femme et ses enfants“, a précisé son parti politique. C’est le deuxième assassinat d’un dirigeant opposant politique : le 6 février, Chokri Belaid, qui appartenait au même parti, avait, lui aussi, été assassiné par balles en sortant de chez lui. L’assassinat de Belaid avait provoqué des manifestations et la démission du Premier Ministre, Hamadi Jebali, membre du parti au pouvoir Ennahda, dont Belaid était un détracteur virulent. Hier, un conseiller du Premier Ministre a annoncé que six personnes ayant participé à l’assassinat de Belaid avaient été identifiées. Il a précisé que les informations relatives à cet assassinat seraient révélées prochainement par le Ministre de l’Intérieur, Lotfi Ben Jeddou, sans indiquer de date. On ignore pour l’instant qui est derrière l’assassinat de Brahmi. Le Ministre de l’Intérieur avait accusé des “islamistes radicaux” de l’assassinat de Belaid.

Au moins 78 morts dans un accident de train en Galice

“Pour quelqu’un, comme moi, originaire de Saint-Jacques de Compostelle, croyez-moi, c’est le jour de la Saint-Jacques le plus triste qui soit”, a déclaré le Premier Ministre espagnol, Mariano Rajoy à propos d’un accident de train qui a causé la mort d’au moins 78 personnes, et blessé 140 autres personnes, dont 36 grièvement. Le train comptait 218 passagers à son bord. Venant de Madrid et se rendant à Ferrol, dans le Nord-Ouest du pays, il a déraillé à proximité de Saint-Jacques de Compostelle hier soir, à 20h41. Il s’agit de l’un des pires accidents de train de l’histoire espagnole depuis 1972, date à laquelle un accident en Andalousie avait fait plusieurs centaines de morts.
Les causes de l’accident restent à déterminer : selon l’agence Associated Press, le terrorisme a été exclu. Deux enquêtes ont été ouvertes, l’une, judiciaire, l’autre, de la commission des chemins de fer. D’après plusieurs media espagnols, l’un des conducteurs du train a indiqué que le virage avait été pris à 190 km/h, une vitesse plus de deux fois supérieure à celle autorisée sur ce tronçon, qui est de 80 km/h.
Rajoy a décrété trois jours de deuil national. L’accident s’est produit la veille du festival annuel de la ville, où des milliers de pélerins sont attendus : toutes les festivités ont été annulées.

L’opposition continue au Koweit à l’approche des législatives

La sixième élection législative depuis 2006 se déroule samedi au Koweit. Dans ce pays où le revenu par tête est l’un des plus élevés au monde, et le système politique, l’un des plus ouverts dans le Golfe Persique, il n’y a pas eu de “printemps arabe”, mais l’année 2012 a été marquée par de nombreuses mobilisations.
“Il y a deux ans et demi, on ne demandait pas un gouvernement élu, on n’y pensait même pas. On ne critiquait pas le Premier Ministre”, rappelle Meshal al-Zaidi, l’un des organisateurs des manifestations. “La ligne rouge évolue rapidement.” Les Koweitiens veulent aujourd’hui un gouvernement élu et la fin de l’interdiction des partis politiques. Aujourd’hui, même si une assemblée élue de 50 membres peut voter des lois et interroger les ministres, le pouvoir reste détenu par un monarque de 84 ans qui choisit le Premier Ministre, lequel nomme les ministres de son gouvernement où les principaux postes restent détenus par des membres de la dynastie al-Sabah, vieille de 250 ans.
Les opposants continuent à dénoncer la réforme du système électoral qui, en octobre, a prévu de réduire de quatre à un le nombre de voix par citoyen. Pour les opposants au régime, c’est une façon d’empêcher l’opposition d’acquérir une majorité à l’assemblée.
Mais, contrairement à décembre – date des précédentes législatives -, les élections de samedi ne devraient pas être boycottées aussi massivement. C’est aussi que l’opposition s’est divisée. L’un de ses leaders a choqué une partie de l’opinion en critiquant trop ouvertement l’émir, accusé d’exercer un “pouvoir autoritaire”. Le régime a également emprisonné bon nombre de manifestants. Et la chaleur alors que se déroule le Ramadan a aussi contribué à démobiliser les troupes.
Mais les opposants continuent à être actifs : plutôt que des manifestations dans les rues, ils organisent une veille et un suivi des activistes arrêtés. La volonté de changement reste réelle.

Bo Xilai formellement accusé de corruption

L’ancien dirigeant du Parti Communiste Chinois de Chongqin, Bo Xilai, a été formellement accusé de corruption, chantage et abus de pouvoir par les procureurs de Jinan, dans la province du Shandong. Il avait été démis de ses fonctions pour avoir tenté de couvrir le meurtre d’un diplomate britannique dont sa femme a été accusée. Bo est accusé d’avoir profité de son poste pour toucher des sommes d’argent “extrêmement conséquentes”. Comme c’est souvent le cas, il n’est pas jugé dans la province où il exerçait afin de ne pas bénéficier d’un traitement de faveur.
Le scandale Bo Xilai est l’un des plus sérieux qui ait ébranlé le monde politique chinois depuis des années. L’accusation formelle semble être le signe qu’un procès est imminent, même si aucune date n’a été annoncée.
Connu pour son engagement contre la criminalité et sa nostalgie pour les valeurs traditionnelles du communisme maoïste, Bo s’était aussi distingué de ses collègues politiciens par un style flamboyant et un amour des projecteurs, qui lui avait valu quelques ennemis.

La vengeresse en burqa, une série animée pakistanaise

Burka Avenger (la vengeresse en burqa), c’est le nom et la superhéroïne de la première série animée pakistanaise conçue par le chanteur pop Haroon. Son souhait était de créer un modèle pour contrer l’opposition des Taliban à l’éducation des filles. Dans la série, la superhéroïne est une maîtresse d’école dont le costume est une burqa (voile intégral) et qui se bat contre ses ennemis à coup de livres et de stylos. La série comprend 13 épisodes de 22 minutes chacun.

Share on Twitter    Share on Facebook