Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Mercredi 24 juillet 2013

Bulgarie : Les manifestants bloquent le Parlement

Pour le quarantième jour consécutif, les manifestations se poursuivent en Bulgarie. Hier soir, les manifestants rassemblés devant le Parlement à Sofia, la capitale, ont bloqué le bâtiment, empêchant des centaines de personnalités politiques et de journalistes de sortir. Les tensions se sont accrues à l’extérieur du Parlement, alors que les députés examinaient des modifications budgétaires : “Mafia !”, “Démission !”, ont scandé les manifestants. Les mobilisations ont commencé il y a près de cinq semaines à la suite de la nomination d’un magnat de la presse, Delyan Peevski, à la tête de l’agence nationale de sécurité. La nomination a par la suite été annulée par le Premier Ministre, mais la population a continué à manifester pour dénoncer la corruption de sa classe politique. Le gouvernement est arrivé au pouvoir après des élections anticipées en mai.

En visite en Bulgarie, la Commissaire européenne en charge de la Justice, Viviane Redding, avait exprimé son soutien aux manifestants : “Ici, à Sofia aujourd’hui, ma sympathie va aux citoyens bulgares qui protestent contre la corruption“, a-t-elle tweeté hier.

Egypte : Le chef de l’armée appelle à manifester vendredi

S’adressant à une promotion de cadets militaires, le Général Abdel-Fattah el-Sissi, chef de l’armée égyptienne, a appelé ses compatriotes à manifester en masse vendredi contre “la violence et le terrorisme” : que les Egyptiens “viennent me donner mandat et ordre de combattre la violence et le terrorisme potentiel“, a-t-il demandé. Depuis l’éviction de l’ancien Président, Mohamed Morsi, le 3 juillet, au moins 100 personnes ont été tuées dans les affrontements qui ont opposé partisans et détracteurs de l’homme politique. Ce matin, une bombe a explosé au Nord du Caire, faisant au moins un mort et 15 blessés. Sissi a précisé que son appel se voulait pacifique et qu’il restait fidèle à la feuille de route fixée par le gouvernement intérimaire d’Adly Mansour, qui prévoit l’organisation d’élections législatives d’ici six mois.

La confrérie des Frères Musulmans, à laquelle appartient Morsi, a dénoncé l’appel de Sissi : “Cela n’empêchera pas des millions de personnes de se rallier contre le coup d’Etat”, a-t-elle dit en référence à l’éviction de Morsi. Les Frères Musulmans ont également annoncé qu’ils boycotteraient les pourparlers de réconciliation nationale auxquels Mansour a de nouveau appelé. Ils accusent les autorités au pouvoir d’organiser des attentats ensuite imputés aux islamistes pour les décrédibiliser. Le parti salafiste ultra-conservateur, al-Nour, a lui aussi annoncé son intention de ne pas participer à ces rencontres.

Violences lors de la première marche des fiertés au Montenegro

Près de 200 contre-manifestants ont jeté des projectiles aux forces de police qui protégeaient la quarantaine de manifestants défilant pour les droits et la visibilité des homosexuel-le-s dans la ville de Budva, au Montenegro. Une dizaine de ces contre-manifestants ont été arrêtés, et plusieurs manifestants légèrement blessés. “Tuez les homos !”, “Pour un Montenegro en bonne santé !”, pouvait-on lire sur les panneaux des homophobes. “Voici le vrai visage du Montenegro”, a déclaré Zdravko Cimbaljevic, l’un des organisateurs de la marche et le premier à avoir fait son coming out dans ce pays des Balkans de 680 000 habitants. Le Montenegro a commencé l’an dernier les discussions pour rejoindre l’Union Européenne (U.E.) et espère être le prochain Etat membre, après la Croatie, entrée dans l’U.E. en juillet.

Sud-Soudan : Le gouvernement viré par le Président

Le Président du Sud-Soudan, Salva Kiir Mayardit, a renvoyé son Vice-Président, Riek Machar Teny, et tous ses ministres. Après cette annonce faite hier à la télévision et pour laquelle aucune raison claire n’a été donnée, l’armée et la police sud-soudanaises gardaient les bâtiments officiels et les media. La décision présidentielle met au jour les luttes de pouvoir au sein du parti dirigeant : depuis plusieurs mois, le bruit court que le Vice-Président Teny prévoit de se présenter aux élections présidentielles de 2015. Comme nombre de ministres évincés, il est membre du Mouvement de Libération du Peuple Soudanais, qui a mené à la création du pays par rapport au Soudan en juillet 2011 et que dirige le Président Kiir. Le mois dernier, celui-ci avait déjà renvoyé deux de ses ministres les plus influents, accusés de corruption. Bien que Kiir ait agi dans le cadre de son mandat constitutionnel, il s’agit là d’une lutte pour le pouvoir qui atteint une ampleur inégalée. Les ministres n’ont pas encore été remplacés. Le calme règne pour l’instant à Juba, mais les habitants, notamment les expatriés, sont invités à rester chez eux.

Dans le même temps, les rebelles au Darfour ont lancé une attaque contre le Soudan voisin. En avril déjà, le Mouvement pour la Justice et l’Egalité, l’un des principaux groupes rebelles du Darfour, avait lancé sa plus grande attaque contre Khartoum depuis 2008, provoquant un accroissement des tensions entre le Soudan et le Sud-Soudan. Le premier accuse le second de soutenir les rebelles – ce que Juba nie – et a menacé de fermer les deux oléoducs qui permettent l’acheminement du pétrole jusqu’à la Mer Rouge d’ici le 7 août si Juba continue de soutenir les insurgés. Les négociations de paix entamées entre les deux voisins en septembre dernier restent fragiles.

Vidéo virale d’une fille de 11 ans contre le mariage forcé

Une vidéo dans laquelle une jeune Yéménite de 11 ans, Nada al-Ahdal, explique avoir fui chez son oncle pour échapper à un mariage forcé arrangé par ses parents, a reçu plus de cinq millions de vues en deux jours dans sa version sous-titrée en anglais. La petite fille estime avoir réussi à “régler son problème” mais dénonce une situation dont beaucoup d’autres sont victimes et qui les pousse parfois au suicide. La vidéo a été relayée par de nombreuses chaînes d’information en arabe, mais certaines ont fait remarquer qu’elle avait été mise en ligne par le Middle East Media Research Institute (M.E.M.R.I.), un organisme basé à Washington, financé par un ancien agent des renseignements israélien et critiqué pour donner à voir une image systématiquement négative des pays musulmans.

Share on Twitter    Share on Facebook