Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Jeudi 18 juillet 2013

AFRIQUE DU SUD : HAPPY BIRTHDAY MR. PRESIDENT

C’est de son lit d’hôpital que l’ancien président sud-africain Nelson Mandela fête aujourd’hui ses 95 ans. Le pays retient toujours son souffle quant à l’état de santé du père de la nation hospitalisé à Pretoria depuis le 8 juin. Sa fille, Zindzi, annonçait mercredi que Mandela « se porte bien et qu’il sera bientôt rentré à la maison ». Alors que cette dernière évoque les  « progrès remarquables » de son père, le gouvernement parle quant à lui d’un « état critique mais stable ». L’O.N.U a fait de cette journée le « Nelson Mandela International Day » appelant les Sud-Africains à travailler main dans la main pour honorer le combat pour l’égalité mené par l’ex-président. Le pays s’apprête à célébrer l’évènement en grande pompe : concerts et animations sont prévus dans tout le pays. Bon nombre de Sud-Africains vont accorder 67 minutes de leur temps au service de la communauté : une minute pour chacune des 67 années que Mandela a consacré à la lutte contre l’Apartheid. Au-delà de son caractère symbolique, cet anniversaire ne manque pas de raviver les tensions au sein du clan de Mandela. Au début du mois, des membres de la famille ont fait appel à la justice pour demander le retour à Qunu, le village de Mandela, des dépouilles des enfants de ce dernier.

RUSSIE : L’OPPOSANT NAVALNY CONDAMNE A 5 ANS DE PRISON

« Allez, ne soyez pas triste sans moi. Et plus important, ne soyez pas résignés, le crapaud ne tombera pas tout seul du pipeline », tel est le dernier tweet envoyé par Alexeï Navalny avant de quitter le tribunal de Kirov, emmené par la police. L’avocat de 37 ans célèbre pour ses diatribes contre le parti au pouvoir et son blog dénonçant la corruption vient d’être condamné à 5 ans de détention. Séjour qu’il devra effectuer, s’il ne fait pas appel dans les dix jours, en colonie pénitentiaire. Alexeï Navalny a été reconnu coupable de détournement de fonds ($16m de roubles soit €377 000) au détriment d’une exploitation forestière à l’époque où il était conseiller d’un gouverneur de région. A ses cotés dans le box des accusés, l’entrepreneur Piotr Ofitserov  a été condamné à 4 ans de prison. Le régime de Moscou n’a pas perdu de temps pour expédier le procès de Navalny qui, la veille, s’était présenté comme candidat officiel à la mairie de Moscou. Selon un sondage mené par le centre Levada (ONG russe), 57 % des Moscovites estiment que ce procès relève de la vendetta politique. Alors que pour l’U.E. ce verdict pose de « sérieuses questions » sur l’état des lois en Russie, les États-Unis se disent « profondément désappointés ».

PAKISTAN : MALALA CONTRE LES TALIBANS

Dans une missive adressée à la jeune Malala Yousafzai devenue l’icône de la lutte contre les Talibans, Adnan Rashid un haut responsable du Tehrik-e-Taliban Pakistan (T.T.P.) explique pourquoi les Talibans ont tenté d’assassiner la jeune femme alors âgée de 15 ans. Blessée par balle à la tête et à l’épaule le 9 octobre 2012, l’attaque du bus scolaire dans lequel l’adolescente se trouvait avec deux autres élèves avait provoqué l’indignation aux quatre coins du globe. Malala réside depuis avec sa famille en Angleterre où elle a été soignée. Adnan Rashid exprime dans une lettre de plusieurs pages des regrets, pour ne pas avoir été capable de prévenir Malala de l’attaque fomentée contre elle, « j’aurai aimé que cela ne se produise pas » explique-il. Ce n’est pas son combat pour l’éducation que les Talibans souhaitaient anéantir mais la « calomnie ». « Ce n’est pas le combat pour l’éducation que tu mènes mais les campagnes de propagandes ». Même s’il refuse de condamner les faits, Adnan Rashid explique que les Talibans ne sont pas « contre l’éducation des hommes, femmes ou des filles ». Et l’auteur de conclure en demandant à Malala de « rentrer à la maison pour adopter les cultures pachtoune et islamique » en étudiant dans une madrassa (école coranique) pour pouvoir « utiliser son stylo pour l’Islam et la communauté musulmane ».

UK : LÉGALISATION DU MARIAGE GAY

La reine Élisabeth II vient de donner son consentement au projet de loi permettant le mariage de personnes du même sexe. Les couples homosexuels du Pays de Galles et d’Angleterre auront ainsi bientôt officiellement le droit de s’unir. Le tampon royal a été posé mercredi 17 juillet 2013 sur le projet de loi voté la veille par les législateurs. Initiée par le Premier Ministre David Cameron, l’initiative a été soutenue par l’opinion publique et les leaders des principaux partis politiques. L’opposition s’est cantonnée à quelques politiciens et figures religieuses ainsi qu’à « un très petit nombre de gens vigoureusement attachés à leurs positions » selon Steven Fielding, politologue à l’université de Nottingham. Alors que manifestations et joutes verbales ont tenu en haleine partisans et opposants français au mariage gay, le débat public a, en Angleterre, été plus calme. Selon un sondage YouGov réalisé pour le Sunday Times, 54% des anglais sont favorables au mariage homosexuel. « C’est un moment historique qui aura des répercussions dans la vie de nombreuses personnes » a annoncé Maria Miller, la ministre de l’Egalité, qui attend à présent la célébration du premier mariage prévu pour l’été prochain. Fermement opposée au projet de loi, l’Église d’Angleterre s’est retirée du débat.

Share on Twitter    Share on Facebook