Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Mercredi 10 juillet 2013

Arrestation des leaders des Frères Musulmans

Alors que lundi, 55 personnes proches des Frères Musulmans sont mortes dans un affrontement, à l’aube, entre partisans du mouvement islamiste et forces de l’ordre, le procureur égyptien a ordonné l’arrestation de leaders du mouvement des Frères Musulmans, auquel appartient le Président renversé mercredi dernier, Mohammed Morsi. Les Frères Musulmans accusent l’armée de “massacre”, tandis que celle-ci considère que ses troupes ont été provoquées par des “terroristes”. Pour les Frères Musulmans, ces arrestations sont un moyen pour l’armée de briser les mobilisations demandant le rétablissement de Morsi à son poste de Président. Mohamed Badie et d’autres figures de haut niveau du mouvement sont concernées.

Les arrestations interviennent alors qu’un Premier Ministre par intérim a été nommé, l’économiste Hazem el-Beblawi, 76 ans. Celui-ci a indiqué que son gouvernement était ouvert aux islamistes. On voit mal comment les Frères Musulmans, qui qualifient le gouvernement de “groupe fasciste”, accepterait. De son côté, le parti islamiste ultra-conservateur Nour, qui a dénoncé le “massacre” de lundi, a déclaré qu’il ne rejetait pas la nomination de Beblawi et voulait apporter sa contribution au gouvernement. Deuxième parti islamiste du pays, Nour est courtisé par les nouvelles autorités qui ont à coeur de montrer que les islamistes ne sont pas réprimés comme du temps de la dictature militaire.

UE : Projet de supervision bancaire dévoilé

Jusqu’à présent, les banques européennes en faillite étaient fermées par les Etats membres de l’Union Européenne. Avec le plan proposé par la Commission européenne, une instance unique en sera chargée. Et ce, afin d’éviter que ne se reproduise une crise bancaire à l’échelle mondiale. Cette instance s’inscrit dans un projet d’union bancaire plus large. Un mécanisme de résolution unique doit permettre à cette nouvelle autorité bancaire de fermer ou restructurer les banques en situation difficile. Un fonds de €55mds ($70,5mds) serait établi, constitué de prélèvements sur les banques.

Mais l’Allemagne s’y oppose : “Nous devons nous en tenir au cadre légal strict”, a déclaré le Ministre des Finances allemand, de peur de provoquer “une nouvelle incertitude sur les marchés”. Il estime que la mise en place d’un mécanisme de supervision bancaire implique l’adoption d’un nouveau traité, ce qui prendrait des années.

Pour ses critiques, ce mécanisme bancaire comporte le risque d’imposer aux gouvernements de fournir l’argent des contribuables pour renflouer les banques en faillite. Le Commissaire européen, Michel Barnier, porteur du projet, a averti de la nécessité de prévoir des garde-fous pour empêcher qu’un tel phénomène ne se produise.

Opposition face au nouveau gouvernement tchèque

La Présidente centre-droit du Parlement tchèque, Miroslava Nemcova, a manifesté son opposition au nouveau gouvernement nommé par le Président : “Je rejette le gouvernement dans son ensemble parce qu’il est passé outre le Parlement”, a-t-elle déclaré en refusant d’assister à la cérémonie d’intronisation. Le Président tchèque, Milos Zeman, élu en janvier lors de la première élection présidentielle directe, a nommé Jiri Rusnok Premier Ministre. Mais il est accusé par la majorité des parlementaires de vouloir confisquer le pouvoir et établir un régime semi-présidentiel, qualifié de “poutinesque” par le Ministre des Finances sortant.

Zeman est soupçonné d’avoir nommé un gouvernement, composé de 15 membres, dont 14 hommes, qu’il laissera en place malgré l’obligation qu’il a de nommer rapidement un autre Premier Ministre. Le précédent, Petr Necas, avait démissionné le mois dernier : l’un de ses proches collaborateurs avait été mis en cause dans un scandale de corruption et d’espionnage à l’encontre de la femme de Necas, alors que le couple divorçait.

Les trois anciens partis de la coalition gouvernementale de centre-droit, qui revendiquent 101 sièges dans une chambre basse qui en compte 200, veulent avoir leur mot à dire dans la formation du gouvernement. Ils pourraient de pas lui voter leur confiance – le vote doit intervenir dans les 30 jours. L’opposition de gauche au Président agite la même menace.

Ces tensions interviennent alors que la République tchèque connaît son 18e mois de récession. Elle bénéficie pourtant, parmi les pays d’Europe de l’Est, de l’une des notations les plus favorables de Standard&Poors (AA-) et son déficit public devrait, l’an prochain encore, être en-deçà de la limite de 3% imposée par les traités européens.

Deux étudiants inventent le savon anti-malaria

“C’est la preuve que les problèmes de l’Afrique peuvent être réglés par les Africains eux-mêmes” : voilà ce qu’a déclaré Gerard Niyondiko, 35 ans, l’un des inventeurs, avec Moctar Dembele, 22 ans, du savon anti-malaria.

Les deux hommes ont remporté le Grand Prix du Concours Mondial de l’Entreprenariat Social, une compétition imaginée par des étudiants en M.B.A. (Master of Business Affairs) de l’Université de Berkeley, en Californie. Ils empochent ainsi la somme de €19 500 ($25 000) pour réaliser leur projet après avoir battu 650 concurrents de près de 40 pays. A base de beurre de karité et d’huile essentielle de citronnelle, le savon inventé, Fasoap, laisse sur la peau un parfum dont l’effet sur les moustiques – qui transmettent la malaria – est répulsif, et qui prévient le développement des larves de moustiques.

“Nous avons cherché à concevoir un produit accessible et abordable pour la majorité de la population”, a expliqué Niyondiko. La malaria se développe surtout dans les pays les plus pauvres du monde. En 2010, sur les 660 000 morts dues à cette maladie, 90% ont eu lieu en Afrique sub-saharienne. A cela s’ajoute le coût que la malaria fait peser sur les économies nationales en grevant les budgets des ménages (coûts des traitements, du médecin, du transport à l’hôpital).

L’équipe travaille maintenant à l’optimisation du produit grâce à des tests cliniques. Il sera commercialisé sur le marché en 2015 au Burkina Faso, pays de l’un des inventeurs.

Share on Twitter    Share on Facebook