Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Lundi 8 juillet 2013

Egypte : Au moins 51 morts dans un affrontement

Alors que les manifestations pro- et anti-Morsi se poursuivent près d’une semaine après l’arrestation du Président Mohammed Morsi par l’armée, le 3 juillet, au moins 51 personnes sont mortes à proximité du Club des Gardes Présidentiels, où il semble que Morsi soit détenu, et près de 320 personnes ont été blessées. Les Frères Musulmans – mouvement auquel appartient le Président démis – et leurs partisans organisaient un sit-in près des barraquements lorsqu’on leur a tiré dessus. Ils accusent l’armée d’être responsable de ce “massacre” et d’être intervenue alors que les manifestants faisaient la prière à l’aube. Mais l’armée a récusé ces propos et attribué les tirs à un “groupe terroriste”. Les Frères Musulmans ont appelé la population à se soulever contre l’armée qu’ils accusent de “coup d’Etat” contre un dirigeant démocratiquement élu. De son côté, l’armée estime qu’elle n’a fait que répondre aux demandes du peuple, mécontent de la politique menée depuis un an par Morsi. Après l’affrontement de ce matin, le parti salafiste ultra-conservateur Nour a annoncé son retrait des négociations pour choisir un Premier Ministre de transition. Il avait initialement soutenu l’éviction de Morsi. L’annonce de ce retrait accroît encore la perspective d’une crise politique prolongée. Nour est le deuxième parti islamiste d’Egypte. L’armée a promis la tenue rapide d’élections, mais aucune date n’a encore été avancée. L’Iran a condamné l’éviction de Morsi, qualifiée d’”inacceptable”. Le Président par intérim, Adly Mansour, a appelé au calme.

Grèce-troïka : Accord sur la prochaine tranche d’aide

La Grèce et ses bailleurs internationaux – Commission Européenne, Banque Centrale Européenne et Fonds Monétaire International (F.M.I.), connus sous le nom de “troïka” – ont trouvé un accord pour permettre le versement de la prochaine tranche d’aide de €8,1mds ($10,4mds) dans le cadre du “plan de sauvetage financier” prévu à hauteur de €172mds ($221,3mds). L’accord porte entre autres sur l’une des questions les plus épineuses, la réduction du nombre de fonctionnaires : d’ici la fin de l’année, 25 000 employés du secteur public se verront affectés à un “plan de mobilité”, prévoyant soit leur licenciement, soit leur réaffectation. Le mois dernier, dans un effort pour répondre aux demandes de réduction des effectifs publics de la troïka, le Premier Ministre, Antonis Samaras, avait pris la décision de fermer l’audio-visuel public grec, E.R.T, provoquant une vague de manifestaitons dans le pays et le départ de l’un des membres de sa coalition, le parti de la Gauche Démocrate, D.I.MA.R., le laissant avec une très courte majorité de 4 voix au Parlement. Le F.M.I. a accru la pression sur la nécessité d’un accord ce mois-ci, au risque de suspendre sa participation. Les règles de l’institution internationale l’empêchent de débourser des fonds si un financement sur 12 mois n’est pas en place ; or le financement de l’Union Européenne sera épuisé en juillet 2014. A l’annonce de l’accord, plus de 6000 travailleurs municipaux et employés d’écoles publiques sont descendus dans la rue pour dénoncer l’annonce des suppressions d’emploi : “Reprenez votre mémorandum et dégagez !”, ont-ils crié.

Réouverture du parc de Gezi, symbole des manifestations en Turquie

Le gouverneur d’Istanbul, Huseyin Avni Mutlu, a annoncé la réouverture du parc de Gezi, point de départ et symbole des manifestations contre un projet de réaménagement urbain et la politique du Premier Ministre, Recep Tayyip Erdogan. Les manifestations avaient perdu en intensité fin juin, mais samedi, de nouveau, des manifestants qui voulaient occuper la place Taksim et le parc de Gezi, juste à côté, ont été réprimés par les policiers utilisant des canons à eau et des gaz lacrymogène. Mutlu s’est félicité devant les journalistes que l’objectif ait été atteint. Mais Taksim Solidarity, un groupe composé d’organisations politiques et d’organisations non-gouvernementales, a appelé à une manifestation aujourd’hui à 17 heures à Gezi. Quatre personnes ont été tuées dans les manifestations qui ont eu lieu dans tout le pays le mois dernier, et 7500 personnes ont été blessées. Le mois dernier, un tribunal a donné raison aux manifestants en annulant le projet de réaménagement urbain du parc. Erdogan avait promis de suivre la décision de la cour, mais le gouvernement peut toujours faire appel.

Les Femmes du Mur interdites d’accès au Mur des Lamentations

A Jérusalem, plusieurs milliers de Juifs ultra-orthodoxes ont empêché des femmes juives qui se battent pour un accès égal au Mur des Lamentations pour la prière de s’y rendre. Les militantes et partisans du groupe d’activistes Femmes du Mur ont été escortés à proximité du Mur des Lamentations “pour éviter les incidents”, a précisé un porte-parole de la police israélienne. Les activistes ont jugé qu’il s’agissait là d’un revers après la décision d’un tribunal en avril leur accordant le droit de prier avec un châle de prière que la tradition orthodoxe réserve aux seuls hommes. “C’est la première fois en 25 ans que nous n’avons pas pu atteindre l’emplacement du Mur”, a précisé une porte-parole des Femmes du Mur. “La police nous en a empêché, mais c’est notre droit d’être ici.” L’accès au Mur des Lamentations est depuis longtemps un sujet de tension entre une majorité de Juifs israéliens sécularisés et une minorité ultra-orthodoxe.

Share on Twitter    Share on Facebook