Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Jeudi 4 juillet 2013

Morsi démis ; Promesse de nouvelles élections

A l’expiration de l’ultimatum qu’elle lui avait fixé hier en fin de journée, l’armée a arrêté et placé en résidence surveillée le Président égyptien, Mohammed Morsi. D’autres collaborateurs du Président ont été arrêtés ainsi que des dirigeants des Frères Musulmans, le mouvement auquel appartient Morsi. Depuis plusieurs semaines, les manifestations se sont multipliées pour dénoncer l’absence de réelle politique économique et l’imposition de mesures conservatrices : “Il n’a pas réussi à répondre aux demandes du peuple”, a justifié l’armée. Elle a nommé Adli Mansour Président de la Cour Constitutionnelle égyptienne et l’a immédiatement intronisé comme Président par intérim. Mansour s’est engagé à “préserver le système de la République, respecter la Constitution et la loi, et préserver les intérêts du peuple.” Il a affirmé sa fidélité à “l’esprit de la révolution” qui a conduit à la chute d’Hosni Moubarak et déclaré vouloir “mettre un terme au culte du chef”. Mansour doit s’atteler à la préparation des prochaines élections, mais aucun calendrier n’a été fixé. Mohamed El Baradei, opposant de Morsi et ancien chef de l’agence nucléaire des Nations Unies, est pressenti comme Premier Ministre de transition. Morsi et les Frères Musulmans ont dénoncé un coup d’Etat militaire. Les pays occidentaux ont appelé au respect de la démocratie. Le Président syrien, Bachar el-Assad, a salué le départ de Morsi. Le Président américain, Barack Obama, s’est dit “profondément préoccupé” de la situation en Egypte, mais n’est pas allé jusqu’à qualifier l’intervention militaire de “coup d’Etat”, ce qui entraînerait la suspension des €1,2mds ($1,5mds) d’aide économique et militaire versée chaque année par Washington au Caire. Morsi a réaffirmé son refus de l’intervention militaire, et s’est dit prêt à ouvrir des négociations avec l’opposition avant la tenue d’élections législatives. Des manifestants se sont rassemblés hier soir et cette nuit dans les rues du Caire pour célébrer le départ de Morsi. La situation était calme aujourd’hui.

Accord des Etats-Unis sur des discussions sur la cybersurveillance

Les Etats-Unis ont donné leur accord à la tenue de discussions sur la cybersurveillance avec l’Union Européenne (U.E.). Alors que doivent s’ouvrir lundi les négociations entre les deux partenaires pour la signature du plus important accord de libre-échange, les relations se sont tendues à la publication d’un rapport indiquant que l’Agence de Sécurité Nationale (N.S.A.) américaine avait espionné des institutions européennes et les gouvernements de différents pays européens. Le détail de la proposition américaine de discussion n’a pas été dévoilé, mais la Lituanie, qui assure la Présidence tournante de l’U.E. a annoncé que le Ministre de la Justice américain, Eric Holder, avait envoyé une lettre indiquant une volonté de “clarté” et de “coopération” sur les révélations de cyberespionnage. Cette initiative de discussion est un geste de Washington : le Président français, François Hollande, avait appelé à la suspension des négociations de libre-échange tant que la question du cyberespionnage n’avait pas été abordée avec les Etats-Unis. Le quotidien français Le Monde a par ailleurs révélé l’existence d’un programme PRISM à la française : la Direction Générale de la Sécurité Extérieure (D.G.S.E.) collecte les signaux électromagnétiques émis par les ordinateurs et les téléphones en France et entre la France et l’étranger. Le but est d’intercepter les métadonnées – non le contenu des messages, mais les interlocuteurs – afin de reconstituer les réseaux qui existent.

Incident diplomatique entre la Somalie et le Kenya

La diffusion – apparemment par erreur – d’un télégramme diplomatique a révélé les dissensions entre le gouvernement somalien et les troupes kenyannes. Le télégramme accuse l’armée kenyanne d’avoir provoqué un affrontement ayant causé la mort d’au moins 65 personnes dans le port de Kismayo, en Somalie. Les troupes kenyannes font partie des forces de l’Union Africaine soutenues par les Nations Unies qui combattent les militants islamistes. Certains diplomates accusent le Kenya de vouloir créer un Etat tampon – Jubaland – en Somalie, dirigé par des politiciens locaux qui seraient sous son contrôle. Le Kenya n’a pas encore réagi à la publication du télégramme. Le télégramme émane des bureaux du Ministre des Affaires étrangères somalien, et est adressé à l’Union Africaine. Les contacts presse du Ministre ont été ajoutés par erreur à la liste des destinataires, selon un diplomate somalien cité par la BBC.

Inauguration de la plus grande ferme éolienne offshore au Royaume-Uni

Le Premier Ministre britannique, David Cameron, a inauguré la plus grande ferme éolienne britannique, dans l’estuaire de la Tamise, London Array. Les 175 turbines d’une capacité de 630 MW sont opérationnelles depuis avril. “C’est un grand jour pour le Royaume-Uni et une grande avancée pour les énergies renouvelables”, a déclaré Camron. “London Array montre qu’il est possible de construire des projets d’énergie renouvelable ici, au Royaume-Uni. Car lorsqu’il s’agit d’énergie propre, notre pays est celui qui investit le plus clairement.” Il s’agit du plus grand projet d’énergie renouvelable inauguré par Cameron depuis son arrivée au pouvoir en 2010. Sa valeur symbolique est très forte, étant donné l’opposition de certains conservateurs britanniques à ce type d’initiatives. L’industrie des énergies renouvelables a salué l’engagement de Cameron. Le président de l’ONG Greenpeace a également rendu hommage à Cameron, tout en soulignant la nécessité pour le gouvernement de s’engager plus activement pour la réduction des gaz à effet de serre.

Share on Twitter    Share on Facebook