Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Mercredi 3 juillet 2013

Portugal : Accroissement des coûts d’emprunt et crise politique

Les coûts d’emprunt des obligations à 10 ans du Portugal ont augmenté aujourd’hui de 8%, rappelant les pires moments de la crise économique traversée par le pays. Plus tôt cette semaine, la démission du Ministre des Finances et du Ministre des Affaires étrangères sur fond de dissension à propos des politiques d’austérité, a accru la pression sur le gouvernement de coalition : le Ministre des Finances, artisan du “plan de sauvegarde”, a déclaré n’avoir pas le soutien nécessaire pour la mise en place des mesures d’austérité. Le Portugal a fait l’objet d’un “plan de sauvegarde” avec un financement à hauteur de €78mds ($102mds), en échange de la mise en place de mesures d’austérité. Le Premier Ministre, Pedro Passos Coelho, a réaffirmé sa volonté de rester à la tête du pays, mais le soutien du Parti Populaire n’est plus certain : il est en effet dirigé par le Ministre des Affaires étrangères. La presse locale a annoncé la démission de deux autres ministres. Les manifestation se multiplient depuis quelques semaines au Portugal. La possibilité d’une instabilité gouvernementale accroît la crainte que le pays ne soit pas en mesure de répondre à ses obligations vis-à-vis de ses créditeurs internationaux, et ne doive faire l’objet d’un deuxième “plan de sauvegarde”.

Microphone à l’ambassade de l’Equateur à Londres

Un microphone a été trouvé dans le bureau de l’ambassadeur de l’Equateur, à Londres, lors d’un contrôle de sécurité de routine. La découverte a eu lieu le 16 juin, mais son annonce a été reportée pour ne pas interférer avec la visite du Ministre des Affaires étrangères, Ricardo Patino à Londres. Le fondateur de Wikileaks, l’Australien Julian Assange vit et travaille depuis plus d’un an dans une autre pièce de cette ambassade, pour éviter une extradition vers la Suède où il est accusé de viol et d’agression sexuelle par deux femmes, accusations qu’il récuse. Il craint, s’il n’est renvoyé en Suède, de n’être ensuite extradé aux Etats-Unis où il serait accusé de la fuite de milliers de câbles diplomatiques confidentiels. A propos de la découverte du microphone, Ricardo Patino, a déclaré : “Nous sommes désolés d’avoir à le dire, mais il s’agit d’un nouvel exemple de perte de sens éthique à un niveau international dans les relations entre gouvernements.” Le Ministère des Affaires étrangères britannique et le bureau du Premier Ministre, David Cameron, ont refusé de commenter cette annonce. Cette affaire d’espionnage surgit alors que l’affaire de la National Security Agency (N.S.A.) a accru les tensions au niveau international. La Bolivie a accusé des pays européens d’“acte d’agression” à son encontre pour avoir refusé au jet privé du Président de survoler leur espace aérien, au prétexte qu’il transportait Edward Snowden, à l’origine de la découverte du scandale de la N.S.A.

Réunion de crise de l’armée égyptienne

Le Président égyptien, Mohammed Morsi, s’est adressé hier soir au pays disant qu’il était prêt à donner sa vie pour défendre la Constitution et attribuant les soulèvements à la corruption et à des vestiges du régime d’Hosni Moubarak. De son côté, l’armée, qui a fixé un ultimatum à ce soir 16h30-17h à Morsi pour quitter le pouvoir, a déclaré “être prête à sacrifier son sang pour l’Egypte et son peuple, pour les défendre contre les terroristes, les radicaux et les fous.” L’ultimatum ne signifiera toutefois pas l’intervention militaire de l’armée, mais plutôt le début de discussions, selon une source militaire citée par l’agence d’information Reuters. Le plan proposé par l’armée comprend le départ du pouvoir de Morsi, la tenue de nouvelles élections et la dissolution du Parlement. Le Général Abdel Fattah al-Sisi, commandant en chef de l’armée, et ses principaux lieutenants se sont réunis et tentent de définir une feuille de route pour l’après-Morsi. Y participent aussi des dignitaires religieux et des figures de l’opposition, comme Mohamed El Baradei. Le Parti de la Justice et de la Liberté – la branche politique des Frères Musulmans – a refusé de participer à la réunion. L’un des porte-paroles des Frères Musulmans, le mouvement dont vient Morsi, a dénié à l’armée la légimité pour établir une feuille de route : “C’est la Constution qui prévoit la feuille de route, et le Président qui l’établit. Ce n’est pas le rôle de l’armée.” Les Frères Musulmans se disent ouverts à une solution, mais par l’intermédiaire des “représentants du peuple” et ont proposé d’accélérer la tenue d’élections législatives. Les manifestants continuent de se rassembler.

Rohani : “Facebook est un phénomène bienvenu”

Dans une interview accordée à l’hedbomadaire Chelcheragh prisé de la jeunesse et proche des réformateurs, le nouveau Président iranien, Hassan Rohani, a envoyé un message d’apaisement aux jeunes générations. A propos de Facebook, Rohani a déclaré qu’il s’agissait d’un phénomène “bienvenu” : “A l’âge de la révolution digitale, on ne peut vivre ou gouverner en quarantaine.” En mars, les autorités iraniennes avaient bloqué tous les réseaux VPN, ces réseaux virtuels privés qui échappaient au contrôle de l’Etat et étaient utilisés par les internautes pour contourner le filtrage mis en place par le régime. Concernant les tenues vestimentaires des femmes notamment, Rohani a déclaré : “Je suis contre ces actions, si une femme ou un homme ne se conforme pas à nos règles vestimentaires, leurs vertus ne devraient pas être remises en cause.” Il s’est aussi prononcé contre la ségrégation entre les hommes et les femmes, y compris dans les universités. Il s’est enfin élevé contre l’interdiction faite aux femmes d’aller assister à des matchs de football dans les stades, aux côtés des hommes.

La dernière décennie a été la plus chaude

L’agence de météorologie des Nations Unies a réalisé des mesures sur les précipitations et les températures, et juge que la dernière décennie (2001-2010) est la plus chaude depuis 1850, date du début des mesures. Le réchauffement climatique, qui s’est accéléré récemment, concerne aussi bien l’hémisphère Nord que Sud, et la surface de l’océan que celle de la terre. Entre 2001 et 2010, 370 000 personnes sont mortes des conséquences du réchauffement climatique (chaleur, froid, sécheresse, inondations, tempêtes), soit 20% de plus que pendant la décennie précédente (1991-2000).

Share on Twitter    Share on Facebook