Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Vendredi 28 juin 2013

Manifestations pro- et anti-Morsi en Egypte

Des manifestants partisans et opposants du Président égyptien, Mohammed Morsi, se sont emparés des rues du Caire, à l’approche de la date anniversaire de l’élection du Président, le 30 juin. La sécurité a été renforcée dans le pays ; jeudi soir, des affrontements dans le Nord ont fait un mort et plusieurs blessés. Les soutiens de Morsi ont entamé des mobilisations « à durée indéterminée », alors que les critiques du Président prévoient une grande manifestation dimanche, pour demander sa démission. Les Frères musulmans – auxquels appartient Morsi – et leurs alliés islamistes ont commencé à se rassembler près de la mosquée Rabaa al-Adawiya, dans la ville de Nasr. Ils mettent en avant la « légitimité » du Président. Mercredi soir, lors d’une intervention télévisée où il s’est adressé à la population, Morsi a souligné que les divisions risquaient de « paralyser » le pays et appelé au dialogue. Il a aussi averti les media de ne pas abuser de la liberté d’expression. Sa première année de présidence a été ponctuée de manifestations régulières, et a vu la situation économique se détériorer. La principale coalition d’opposition, le Front du Salut National, a rejeté l’offre de dialogue et maintenu son appel à des manifestations non violentes afin de « remettre la révolution du 25 janvier en selle », une référence au soulèvement populaire de janvier 2011 qui a chassé du pouvoir l’ancien Président, Hosni Moubarak. Des dignitaires religieux ont mis en garde contre le climat de guerre civile, et l’ONG Human Rights Watch s’est dite inquiète du climat qui prévaut.

Etats-Unis : Suspension des avantages commerciaux avec le Bangladesh

Le Président américain, Barack Obama, a annoncé la suspension des avantages commerciaux pour le Bangladesh : cette réponse symbolique est une façon de dénoncer les conditions dangereuses qui prévalent dans l’industrie textile du pays, et ont coûté la vie à plus de 1200 personnes l’an dernier, dans l’effondrement du Rana Plaza et l’incendie de Tazreen : le pays « ne prend pas les mesures nécessaires pour accorder aux travailleurs nationaux les droits qui sont internationalement reconnus », a déclaré Obama. Cette sanction américaine n’a pas d’effet direct sur les exportations textiles du Bangladesh vers les Etats-Unis, qui se chiffrent à plusieurs milliards de dollars mais ne sont pas exempts de droits de douane. Elle pèsera en revanche sur les exportations de tabac, d’équipement sportif, de porcelaine et de produits en plastique. Le président de l’AFL-CIO, l’un des principaux syndicats américains, voit dans cette décision un message important envoyé aux pays bénéficiant d’une exemption des droits de douane pour pénétrer le marché américain. « Il est temps pour l’industrie [textile] américaine de se montrer leader et de travailler avec ses homologues européens pour améliorer les exigences de sécurité à l’échelle mondiale », a pour sa part souligné le sénateur démocrate du New Jersey, Robert Menendez. Un tel geste de la part de l’Union Européenne (U.E.) aurait en revanche des effets plus directs, puisque les produits textiles bangladais sont exemptés de droits de douane pour entrer dans l’U.E.

Collaboration entre NYPD et la CIA après le 11 septembre

Un rapport américain rendu public pour la première fois expose l’ampleur de la collaboration entre la Central Intelligence Agency (C.I.A.) et la police de la ville de New York (N.Y.P.D.) – la plus grande unité de police du pays – après les attentats du 11 septembre 2001. Cette collaboration pourrait avoir permis à l’agence du renseignement extérieur de mener des opérations qui auraient, sinon, été illégales. Après le 11 septembre 2001, la C.I.A. a envoyé pendant dix ans quatre officiers à la N.Y.P.D. L’un d’eux, impliqué dans des opérations de surveillance sur le territoire américain, ne s’était vu fixer « aucune limite » à ses activités. Un autre a eu un accès « non filtré » à des rapports de police sans lien avec le renseignement extérieur. Ses détracteurs ont dénoncé « un encadrement législatif et une supervision de cette relation tout à fait insuffisantes ». Ils soupçonnent cette collaboration d’avoir conduit à une surveillance indue des musulmans de la ville de New York.

Manifestations d’Arabes israéliens contre la destruction d’une maison

1500 Arabes israéliens ont manifesté à Wadi Ara, au Nord de l’Etat hébreu, contre les démolitions d’habitations par le gouvernement. Ils ont bloqué une artère de circulation importante, provoquant de gros embouteillages, et jeté des pierres aux forces de police. Les policiers ont dispersé la foule avec du gaz lacrymogène et des grenades assourdissantes. Les manifestations ont été organisées après la démolition mercredi d’une maison dans le village de Barta’a, qui se trouve à cheval sur la Ligne verte et que le Ministre de l’Intérieur a jugée illégale. L’un des organisateurs des manifestations de Wadi Ara a dénoncé la violence policière : « Notre projet était de manifester sans engager d’affrontements, mais la police a répondu avec une violence exagérée. » Ces accusations ont été démenties par la police qui juge que ce sont les manifestants qui ont rompu l’accord. La maison démolie mercredi était construite sur un terrain privé, a déclaré son propriétaire. Elle avait été construite après de nombreuses tentatives – infructueuses – pour obtenir un permis de construire. « Aujourd’hui, je n’ai plus rien », a-t-il commenté. Il a accusé les autorités d’avoir démoli sa maison sans avoir prévenu.

Texter en toute sécurité

Les dangers d’une utilisation du téléphone portable au volant sont connus. Une nouvelle étude suggère que de plus en plus de gens finissent aux urgences pour avoir envoyé des textos… en marchant ! De 559 en 2004, ce chiffre est monté à 1506 en 2010. Les accidents peuvent donner lieu à des blessures minimes ou à des fractures. Les deux tiers des personnes concernées ont moins de 25 ans. « Je pense que les parents devraient apprendre à leurs enfants à envoyer des textos en toute sécurité (safe texting) », juge Jack L. Nasar, qui a coordonné l’étude. « De même qu’ils apprennent à regarder des deux côtés de la route avant de traverser, ils devraient apprendre à leurs enfants à s’arrêter lorsqu’ils envoient des textos. »

Share on Twitter    Share on Facebook