Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Mardi 25 juin 2013

Attentat contre le siège de la C.I.A. à Kaboul

Les Taliban ont organisé un attentat-suicide à Kaboul contre le palais présidentiel, le Ministère de la Défense et le siège de la Central Intelligence Agency (C.I.A.). Ils se sont déguisés en militaires de la F.I.A.S. (Force Internationale d’Assistance et de Sécurité) : les services de sécurité afghans ont décrit un convoi de deux véhicules portant les signes de la F.I.A.S. et des assaillants portant des uniformes de la force internationale. Les deux 4*4 ont explosé en plein centre de Kaboul, après une fusillade. Les troupes gouvernementales sont parvenues à maîtriser la situation, mais quatre personnes ont été tuées. Une autre attaque a eu lieu dans le Sud du pays, dans la province de Kandahar où une bombe a explosé au passage d’un véhicule, faisant neuf morts – huit femmes et un enfant qui se rendaient à des fiançailles. Ces attentats surviennent alors que les Taliban ont entamé des négociations à Doha, au Qatar, avec le gouvernement afghan et les Etats-Unis. Ceux-ci ont condamné les attentats. Ils ont essayé de maintenir la perspective des négociations malgré les dissensions la semaine dernière à propos de l’ouverture d’une représentation au Qatar par les Taliban. Les forces de sécurité afghanes ont déclaré à l’agence de presse Reuters qu’elles pensent que l’attaque a été menée par le réseau Haqqani, lié aux Taliban, et accusé d’avoir organisé des attaques d’envergure à Kaboul.

Abdication de l’émir du Qatar en faveur de son fils

L’émir du Qatar, le Cheikh Hamad bin Khalifa Al Thani, a abdiqué pour laisser son poste à son fils. Cette décision de quitter de son plein gré le pouvoir est une première dans l’histoire de la région. Lui-même était arrivé au pouvoir en 1995 par un coup d’Etat sanglant contre son père. Le Qatar contraste ainsi fortement avec l’Arabie Saoudite où les dirigeants d’une génération sont réticents à transmettre le pouvoir à la génération suivante. Cette transition est aussi remarquable car elle amène au pouvoir le plus jeune monarque de la région : le Cheikh Tamim bin Hamad Al Thani n’est âgé que de 33 ans ; il a été éduqué dans les écoles privées britanniques. La date de l’abdication est inattendue, mais Tamim bin Hamad est depuis une décennie l’héritier désigné ; il avait été nommé commandant adjoint des forces armées qatari. Le transfert de pouvoir n’entraînera vraisemblablement pas de changement politique majeur, mais le fils accordera sans doute plus d’importance aux questions intérieures qu’au rôle international du pays. La question de l’ampleur du soutien aux rebelles syriens contre le régime de Bachar el-Assad se posera notamment. Le Conseil National Syrien (C.N.S.), l’un des principaux groupes d’opposition institué, a salué cette transition qui « donne aux printemps arabes un élan supplémentaire ».

Tensions diplomatiques autour d’Edward Snowden

Le Ministre russe des Affaires étrangères, Sergei Lavrov, a annoncé que la Russie rejetait la demande d’extradition d’Edward Snowden, le citoyen américain à l’origine des révélations sur le programme de cyberspionnage PRISM, formulée par les Etats-Unis. « Nous considérons que les tentatives d’accuser la Russie de violer les lois américaines et même d’une forme de complot, qui s’accompagne en outre de menaces, sont absolument infondées et inacceptables », a déclaré Lavrov, qui a ajouté que Moscou n’avait « pas de relation avec Snowden ». Snowden a réservé un siège sur un vol Moscou-Quito en passant par La Havane, lundi, mais ne s’est pas présenté à l’embarquement. Le Ministre équatorien des Affaires étrangères, Ricardo Patino, a annoncé avoir reçu la demande d’asile politique de Snowden, mais déclaré ne pas savoir où il se trouvait. De son côté, la Chine a jugé « infondées et inacceptables » les déclarations américaines l’accusant d’avoir facilité la fuite de Snowden de Hong Kong.

Silvio Berlusconi condamné à sept ans de prison

L’ancien Premier Ministre italien, Silvio Berlusconi, a été condamné hier à sept de prison pour abus de pouvoir et relations sexuelles avec une prostituée mineure. Il se voit également interdire tout mandat public. Le mois dernier, Berlusconi avait déjà été condamné pour évasion fiscale et interdit de mandat public pour cinq ans. Dans l’affaire du Rubygate, du surnom de l’une des danseuses prostituées, Berlusconi est accusé d’avoir eu à 13 reprises des relations sexuelles avec Karima el Mahroug, une danseuse mineure, et d’avoir utilisé sa position de pouvoir pour la faire libérer de prison en mai 2010, alors qu’elle avait été condamnée pour vol. El Marhoug a déclaré n’avoir jamais eu de relation sexuelle avec Berlusconi et lui avoir menti à propos de son âge. Les procureurs ont utilisé les appels téléphoniques comme éléments de preuve. Berlusconi s’est toujours défendu d’avoir payé ses relations sexuelles. Il a accusé les procureurs de participer à un complot de gauchistes : « Le communisme est toujours le même en Italie », a-t-il déclaré. Sa coalition a remporté 30% des voix lors des élections législatives de février, et il reste un membre influent du gouvernement de coalition fragile, formé par Enrico Letta. Les possibilités de faire appel et l’âge de Berlusconi – 76 ans – rendent peu probable un séjour en prison.

Construction d’un parc à thème sur les rives du lac Baïkal

Appelé « Russie Sacrée », un parc à thème doit être construit sur les rives du lac Baïkal, là où se tenait autrefois une usine de papier très polluante. Le parc comprendra une réserve naturelle et un parc à thème, sur le modèle des parcs Disney. Le projet doit attirer deux millions de touristes par an. Il doit encore être approuvé par le Ministère des Ressources Naturelles cette année, et son achèvement est pressenti pour 2017. Le complexe sera financé par une banque détenue par l’Etat, la Vnesheconombank, mais le montant de l’investissement n’est pas encore connu. Le Premier Ministre, Dimitri Medvedev, a annoncé la création de 2500 emplois. Le gouvernement prévoit d’affecter €70m ($91,7m) au nettoyage environnemental du site et à la restauration de l’aire environnante, et €327m ($428) à la fermeture de l’usine. Depuis 2008, à la demande des autorités régionales, la production de pâte blanchie avait été suspendue et l’usine était devenue moins rentable. Selon les militants écologiques, qui se félicitent du remplacement de l’usine par un parc à thème, l’usine a produit 40 000 tonnes de déchets chimiques en 40 ans d’existence.

Share on Twitter    Share on Facebook