Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Jeudi 20 juin 2013

OMS : Une femme sur trois victime de violences

Un rapport publié par l’Organisation Mondiale de la Santé (O.M.S.) montre qu’une femme sur trois a subi des violences physiques ou sexuelles au cours de sa vie. La violence est très majoritairement le fait du partenaire. En cas de mort, 38% des femmes assassinées l’ont été sous les coups de leur partenaire. La violence contribue aussi fortement à la dépression et à divers problèmes de santé. La violence contre les femmes est « un problème de santé publique mondiale, qui a les proportions d’une épidémie », a indiqué la directrice de l’O.M.S., Margaret Chan. Le rapport souligne que la peur du stigmate empêche des nombreuses femmes de dénoncer les violences sexuelles qu’elles subissent. Il enjoint aussi aux responsables politiques de prendre « plus au sérieux » le problème, en fournissant une meilleure formation aux travailleurs de la santé.  L’O.M.S. a annoncé la mise en place de nouvelles lignes directrices d’ici fin juin.

ONU : Des enfants palestiniens torturés par Israël

Le comité des Nations Unies sur les droits des enfants accuse les forces israéliennes de maltraiter des enfants palestiniens, d’en torturer certains lorsqu’ils sont en détention, et d’en utiliser d’autres comme boucliers humains. Les enfants subissent aussi des interrogatoires en hébreu alors qu’ils ne comprennent pas la langue, et doivent signer des aveux en hébreu pour être relâchés. En mars déjà, un rapport de l’U.N.I.C.E.F., le fonds des Nations Unies pour l’enfance, accusait Israël de mauvais traitements à l’encontre des enfants palestiniens. L’Etat hébreu a réagi en minimisant les conclusions du rapport qu’il accuse de « recycler des vieilleries ». Le Comité onusien a reconnu que les préoccupations de sécurité d’Israël étaient légitimes et que, du côté des deux parties au conflit, des enfants avaient été blessés et tués, mais il a souligné que le nombre d’enfants palestiniens victimes était plus élevé. La plupart des enfants palestiniens arrêtés sont accusés d’avoir jeté des pierres, un offense qui peut entraîner jusqu’à 20 ans de prison. Le Comité a regretté qu’Israël « persiste à refuser » de répondre à ses demandes d’information sur la situation des enfants dans les territoires occupés. En dix ans, 7000 enfants palestiniens, âgés de 12 à 17 ans, parfois plus jeunes, ont été arrêtés, détenus et interrogés.

UE : Menace de sanctions contre Google sur le respect à la vie privée

Les autorités européennes en charge de la protection de la vie privée ont pour la première fois menacé de sanctionner Google par des amendes si le géant américain ne répond pas d’ici trois mois aux préoccupations de respect de la vie privée adressées par l’Union Européenne (U.E.). Celle-ci reproche à l’entreprise américaine de ne pas avoir dévoilé suffisamment précisément comment elle utilisait les données personnelles de ses utilisateurs d’une plate-forme de services à l’autre. La menace de sanction survient dans un contexte de préoccupation croissante lié à la surveillance imposée conjointement par les gouvernements et les entreprises privées sur les citoyens. Google risque une première amende de €150 000 ($198 000) et une seconde de €300 000 ($396 000) en cas d’inaction.

Démission du Premier Ministre palestinien

Le nouveau Premier Ministre palestinien, Rami Hamdallah, a présenté sa démission au Président de l’Autorité Palestinienne, Mahmoud Abbas. Il avait été nommé le 6 juin en remplacement de Salam Fayyad qui avait démissionné en avril à la suite d’un long différend avec Abbas, de rivalités entre responsables politiques du Fatah et de divergences sur les orientations économiques, après être resté six ans à son poste. Hamdallah était connu pour avoir été pendant 15 ans à la tête de l’Université Nationale al-Najah. La raison donnée à la démission d’Hamdallah – dont on ne sait pas encore si elle a été acceptée par Abbas – est « un différend à propos de ses pouvoirs ».

La barrière de corail au large de l’Australie bientôt menacée

Au large de l’Australie, la grande barrière de corail risque de disparaître si elle n’est pas mieux protégée. Elle est considérée par les Nations Unies comme un écosystème qui sera menacé à partir de juin 2014 à moins que le gouvernement australien ne prenne une série de mesures pour sa protection. Parmi les travaux qui menacent directement la barrière de corail figure la construction de terminaux d’exportation de charbon et de gaz. Le gouvernement a annoncé la mise à disposition de €152m ($200m) pour la continuation du programme de « sauvetage de la barrière de corail », destiné à réduire la quantité de produits chimiques déversés sur le site. Mais un comité a dénoncé le « manque de clarté » lié à l’évaluation de la qualité de l’eau. En attendant, le Guardian propose 16 photos pour parcourir en image ce site exceptionnel.

Share on Twitter    Share on Facebook