Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Lundi 3 juin 2013

Turquie : Poursuite de la répression policière contre les manifestations anti-gouvernementales

Pour le quatrième jour consécutif, des affrontements ont eu lieu en Turquie entre manifestants et policiers. Les manifestants se sont rassemblés pour la première fois sur la place Taksim, à Istanbul, jeudi, pour protester contre la destruction du parc de Gezi, qui doit être remplacé par un centre commercial. Le mouvement a depuis pris de l’ampleur : il s’est transformé en protestation contre le gouvernement et a gagné les autres villes du pays. La répression policière se poursuit : les forces de l’ordre ont utilisé une fois encore des gaz lacrymogènes et des canons à eau contre les manifestants. Le Premier Ministre, Recep Tayyip Erdogan, en visite au Maroc, a déclaré que les manifestations étaient organisées par des extrémistes et accusé le parti d’opposition, C.H.P. d’avoir « provoqué [s]es concitoyens innocents : ceux qui produisent l’information et voient dans ces événements le Printemps Turc ne connaissent pas la Turquie », a-t-il jugé. Les manifestants accusent le gouvernement d’être de plus en plus autoritaire, et de mener une politique réactionnaire, sexiste et homophobe. Ils craignent que le parti d’Erdogan, le Parti pour la Justice et le Développement (A.K.P.) ne cherche à imposer les valeurs de l’Islam conservateur au pays. Selon les chiffres officiels, plus de 1700 personnes ont été arrêtées au cours des manifestations qui se sont déroulées dans 67 villes du pays, mais nombre d’entre elles ont été relâchés.

Nouvelles craintes d’un cycle de violence dans les mines d’Afrique du Sud

Un délégué syndical membre de l’Union Nationale des Mineurs d’Afrique du Sud (N.U.M.) a été assassiné aujourd’hui à la mine de platine de Lonmin. Sa mort fait craindre le déclenchement d’un nouveau cycle de violence juste à côté de la ville de Marikana, à 120 km au Nord-Ouest de Johannesboug, où 34 mineurs avaient été tués par la police en août dernier, dans le massacre le plus sanglant depuis la fin de l’Apartheid en 1994. Ni le syndicat ni la police n’ont été en mesure d’indiquer les responsables de l’attaque. L’an dernier, plus de 50 personnes sont mortes au cours de violences opposant le syndicat traditionnel, N.U.M., à l’Association des Mineurs et du Syndicat de la Construction (A.M.C.U.). L’A.M.C.U. accuse la N.U.M. d’être trop proche de la direction et de n’être pas capable de défendre les intérêts des travailleurs, une accusation que la N.U.M. refuse. Ce gros syndicat est allié au parti actuellement au pouvoir en Afrique du Sud, le Congrès National Africain (A.N.C.). Son ancien Secrétaire Général, Cyril Ramaphosa, qui a aujourd’hui des responsabilités au sein de l’A.N.C., faisait partie du Conseil d’Administration de Lonmin au moment du massacre de Marikana. Il a depuis démissionné. Les tensions qui agitent le secteur minier sud-africain sapent la confiance des investisseurs. Le Président, Jacob Zuma, a demandé aux entreprises et aux travailleurs de trouver rapidement une solution à la crise qui frappe l’industrie.

Ouverture du procès de Bradley Manning

Le soldat Bradley Manning, accusé d’avoir transmis à Wikileaks 250 000 câbles diplomatiques et 500 000 rapports sur les opérations militaires américaines en Afghanistan et en Irak en 2009 et 2010, voit son procès s’ouvrir aujourd’hui, à Fort Meade, dans le Maryland. Il est jugé devant une cour militaire, et non au civil. Il a plaidé coupable de 10 des 22 chefs d’accusation qui pèsent contre lui, refusant le principal, celui d’avoir aidé l’ennemi. Agé de 25 ans, il risque 154 années d’emprisonnement. Arrêté en mai 2010 alors qu’il servait en Irak, il n’a jamais nié avoir transmis les documents. Lors d’une audience préliminaire, en février, il a déclaré avoir voulu faire advenir un débat public sur le rôle de la politique étrangère et militaire des Etats-Unis. Mais les procureurs considèrent que les fuites ont mis en danger la sécurité du pays. L’une des vidéos transmises montrait un hélicoptère Apache lors d’une attaque tuant une douzaine de personnes à Baghdad en 2007, dont un photographe de l’agence de presse Reuters : « L’aspect le plus effrayant de cette vidéo à mes yeux était le goût du sang qui semblait se dégager de l’équipe chargée de tuer », avait commenté Manning lors de l’audience préliminaire. Manning est perçu par certains comme un traître, par d’autres comme un héros.

119 morts dans l’incendie d’une usine de volailles en Chine

Un feu s’est déclenché dans une usine de volailles dans la province rurale de Jilin, en Chine, faisant au moins 119 morts. Le gouvernement dit avoir dépêché 500 pompiers et près de 300 médecins et infirmiers, et évacué 3000 personnes vivant dans les alentours par précaution. Le travail des secouristes a été compliqué par la structure intérieure complexe du bâtiment, et l’étroitesse des axes de sortie. Le nombre de personnes manquant à l’appel n’a pas pu être déterminé avec précision. Les citoyens chinois ont exprimé leur colère sur les réseaux sociaux : « Cet endroit n’a donc jamais fait l’objet d’une inspection par les services de sécurité ? », peut-on lire sur l’équivalent chinois de Twitter, Weibo. Les proches des victimes se sont rassemblés près du bâtiment pour demander l’ouverture d’une enquête dès que possible.

Métro : Un air respirable

Norman R. Pace, microbiologiste à l’Université du Colorado, à Boulder, s’est penché sur la composition de l’air dans le métro new-yorkais. Le but : déterminer ce qu’on y respire, et s’il y a de quoi s’inquiéter. L’étude doit aussi servir de piste sur les réactions à avoir en cas d’attaque bioterroriste, d’inondation et de tout autre catastrophe du même acabit. Pace et son équipe ont récolté deux m3 d’air, l’équivalent de ce qu’une personne respire chaque jour. Pour la comparaison, ils ont aussi prélevé l’air au-dessus du sol. Chaque échantillon contient près d’un million de bactéries. De façon surprenante, il reflète la qualité de l’air extérieur ! Il n’y a donc pas lieu de s’inquiéter outre mesure de l’air que l’on respire dans le métro – du moins à New York.

Share on Twitter    Share on Facebook