Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Vendredi 31 mai 2013

Nigéria : Découverte de matériel militaire du Hezbollah

Du matériel militaire appartenant au groupe chiite islamiste libanais du Hezbollah, a été découvert au Nigéria, dans la ville de Kano, au Nord, selon l’armée et l’agence de renseignement nigérianes. C’est la première fois que les autorités nigérianes accusent le Hezbollah d’avoir des intérêts dans le pays. Le matériel a été découvert enfoui dans le sable, dans l’entrepôt d’un Libanais absent au moment de la perquisition. L’arsenal découvert comprend des fusils, des armes anti-tank, des mines anti-tank et des grenades à propulsion. La ville de Kano compte une forte population libanaise. Depuis trois ans, le Nord-Est du pays a dû faire face à de nombreuses attaques du groupe islamiste Boko Haram – dont le nom signifie “l’éducation occidentale est interdite”. “Vous pouvez être sûrs que si un groupe comme ça [le Hezbollah] existe ici, il peut aussi appuyer les terroristes locaux dans leurs opérations”, a déclaré le directeur des services de sécurité de l’Etat à Kano.

Kirghizstan : Etat d’urgence après des affrontements sur une exploitation minière

Le Premier Ministre du Kirghizstan a décrété l’état d’urgence jusqu’au 10 juin dans une région du Nord du pays en proie à des manifestations contre la mine d’or de Kumtor. La police a utilisé du gaz lacrymogène contre les manifestants, et arrêté 92 d’entre eux. Plusieurs personnes ont été blessées. Les manifestants bloquent depuis mardi la route conduisant à la mine et s’en sont aussi pris à l’approvisionnement en électricité, demandant au gouvernement en rompre son contrat avec l’entreprise canadienne exploitante, Centerra. Ils veulent aussi que l’entreprise canadienne construise des routes, une école maternelle, leur garantisse des prêts à long terme et des emplois à la mine. L’exploitation minière aurifère est perçue comme vitale pour le développement économique du Kirghizstan. Mais comme dans de nombreux pays en voie de développement, l’exploitation minière par des entreprises étrangères soulève un certain nombre de questions : comment garantir que la population locale bénéficie des retombées positives de l’exploitation ? Comment garantir que l’entreprise assumera les conséquences en cas de catastrophe environnementale ? Comme la majorité des compagnies minières mondiales, Centerra est enregistrée à la bourse de Toronto. Le Canada offre une législation très favorable aux géants miniers. L’entreprise prétend être le plus gros contribuable du pays, mais une commission étatique formée en 2009 préconise une révision du contrat, jugé trop inégalitaire.

Manifestation contre la BCE et l’austérité à Francfort

2500 manifestants du mouvement Blockupy, créé en 2011 dans la mouvance des mouvements Occupy, ont manifesté contre la Banque Centrale Européenne (B.C.E.) et sa politique d’austérité. La manifestation s’est déroulée sans heurt : “Bloquer la B.C.E. : combattre le capitalisme et l’austérité”, “L’humanité avant le profit”, pouvait-on lire sur les pancartes des manifestants qui bloquaient les rues conduisant au quartier financier où se trouve l’institution européenne. Les banques étaient préparées et avaient fait en sorte que de nombreux employés travaillent de chez eux ou prennent un jour de congé. La B.C.E. souffre d’un manque de légitimité démocratique : alors qu’elle décide de la politique monétaire de la zone euro (17 pays), l’institution est complètement indépendante des institutions de l’Union Européenne. Cette indépendance, pensée pour garantir la stabilité de la politique monétaire de la zone, repose aussi sur l’illusion d’une possible expertise technique détachée des choix politiques sur les questions monétaires. L’an dernier, 20 000 personnes avaient manifesté à Francfort, la police avait arrêté des centaines de participants. Des manifestations contre l’austérité doivent se tenir demain un peu partout en Europe.

Racisme dans le football : Durcissement des sanctions

Réunie en congrès à l’île Maurice, la Fédération Internationale de Football Association (F.I.F.A.) a adopté à 294 voix contre une, une résolution destinée à durcir les sanctions contre les actes et les comportements racistes. Pour une infraction grave ou une récidive, la résolution prévoit des retraits de points ou des compétitions, voire des relégations. Pour une première infraction ou une infraction mineure, l’amende, l’avertissement ou le huis clos sont prévus. Des mesures devront aussi être prises contre les individus, avec une suspension de jeu pour cinq matchs. Selon le Président de la F.I.F.A, Sepp Blatter, les mesures annoncées “envoient un signal fort aux racistes qu’ils n’ont plus de beaux jours devant eux“. Il reconnaît cependant que davantage doit être fait, notamment “dans nos pays respectifs” : “Il faut une tolérance zéro et des sanctions partout”, a-t-il jugé. “Le football peut montrer la voix et faire la différence.” Le monde du football reste un univers non seulement raciste, mais aussi sexiste.

Les populations des montagnes, sources d’information sur l’évolution humaine

Les populations qui habitent dans des zones montagneuses intéressent les biologistes de l’évolution : elles semblent avoir développé des traits particuliers pour s’adapter au manque d’oxygène, ce qui rappelle le processus de “sélection naturelle” théorisé par Charles Darwin au XIXe siècle. A 3500 mètres d’altitude, chaque respiration n’apporte plus que 60% de l’oxygène qu’elle apporte au niveau de la mer. Les chercheurs ont recueilli l’ADN de différentes populations des zones montagneuses de la planète pour déterminer leur spécificité. Ces populations produisent parfois plus d’hémoglobine – la molécule qui transporte l’oxygène des poumons dans le sang -, elles ont aussi pu accroître leur taux de repos cardiaque. Ces transformations augmentent la présence d’oxygène dans le sang, mais ne lui font jamais retrouver son niveau antérieur. Ces évolutions s’observent bien sûr à l’échelle de plusieurs générations : les personnes dont les ancêtres ont vécu dans les montagnes sont ainsi avantagées par rapport à celles qui s’y rendent pour la première fois.

Share on Twitter    Share on Facebook