Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Jeudi 30 mai 2013

Syrie : Pas de participation de l’opposition syrienne à la Conférence internationale de Genève

“La Coalition Nationale Syrienne (C.N.S.) ne participera à aucune conférence internationale ou tout effort du même ordre tant que les milices iraniennes et le Hezbollah continueront à envahir la Syrie“, a déclaré le leader de la C.N.S., George Sabra à Istanbul, où l’opposition syrienne s’est réunie pour tenter de trouver une position commune à porter sur la scène internationale. Le porte-parole de la C.N.S., Khaled Saleh, a demandé que les Nations Unies et la Ligue Arabe interviennent pour mettre fin au siège de la ville de Qusayr, où les civils n’ont plus ni eau ni électricité, et dont il juge le Hezbollah libanais responsable. Selon la France, 3000 à 4000 combattants du Hezbollah opèrent aujourd’hui en Syrie, une présence condamnée par les Nations Unies. La Conférence de Genève a été lancée à l’initiative de la Russie – soutien du régime de Damas – et des Etats-Unis, qui tentent de faire prévaloir une solution diplomatique dans la guerre civile syrienne.

Birmanie : Accord de cessez-le-feu entre rebelles Kachin et gouvernement

Les rebelles de l’Etat Kachin et le gouvernement birman ont signé un cessez-le-feu pour mettre fin à deux ans de violences. Alors que l’Organisation pour l’Indépendance du Kachin a longtemps affirmé qu’un cessez-le-feu n’était pas assez, et qu’elle souhaitait le début de négociations sur l’indépendance du Kachin, elle semble accepter dans un premier temps une trêve. Les tensions avaient repris en 2011 après la fin d’une trêve de 17 ans. En décembre, la révélation de frappes aériennes perpétrées par le gouvernement contre les rebelles avait provoqué une condamnation de la communauté internationale. Les affrontements entre rebelles et troupes gouvernementales, de même que la politique discriminatoire à l’encontre des musulmans Rohingya ont quelque peu assombri ces derniers temps le bilan positif des changements survenus en Birmanie depuis la fin du régime militaire.

Salvador : Refus d’avortement pour une femme dont la santé est menacée

La Cour Suprême d’El Salvador a refusé qu’une femme dont la santé est menacée puisse avorter. Souffrant d’une défaillance du système rénal et d’une maladie des tissus (lupus), la jeune femme, âgée de 22 ans, est enceinte de 26 semaines. Le foetus souffre quant à lui d’une anencéphalie – absence totale ou partielle de cerveau. La plupart des êtres humains qui naissent avec cette pathologie meurent à la naissance ou peu après. Sur les cinq juges de la Cour Suprême, quatre ont voté contre l’avortement. Le juge ayant voté pour a précisé qu’il ne s’agissait pas d’une position de principe en faveur de l’interruption volontaire de grossesse. L’avortement est interdit au Salvador : les femmes qui y ont recours et les médecins qui le pratiquent sont passibles d’arrestation et de poursuites pénales.

Première greffe de coeur cet été

Le premier coeur artificiel et biologique sera greffé cet été :  il a été réalisé par le chirurgien Alain Carpentier, qui travaille dessus depuis une vingtaine d’années. Cette recherche a été financée grâce à un partenariat conclu il y a 15 ans avec la société de technologies aéronautiques et militaires, EADS-Matra, et réalisée avec l’entreprise Carmat, une PME qui a bénéficié d’un gros soutien financier de la part de l’organisme de subvention des PME, Oseo, qui a participé à hauteur de €33m ($43m). Il s’agit d’un coeur artificiel composé de matériaux biologiques qui reproduit les fonctions du coeur humain et permet au patient de retrouver une vie normale après la greffe. Le coût de ce coeur mécanique de 860 grammes est estimé à €160 000. Quatre centres médicaux dans quatre pays différents ont été choisis pour participer à l’opération (Slovénie, Pologne, Arabie Saoudite et Belgique). La première opération sera réalisée à l’étranger : en France, obtenir l’autorisation de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament pour réaliser des essais cliniques prend du temps.

 

Share on Twitter    Share on Facebook