Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Jeudi 23 mai 2013

Double attentat au Niger

Un double attentat a été perpétré au Niger, à Agadez, la deuxième plus grande ville du pays, située au Nord, et à Arlit. On dénombre pour l’instant 23 morts. Les attentats ont été revendiqués par le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao). A Agadez, l’attentat a été perpétré contre un camp militaire nigérien ; à Arlit, contre la mine d’uranium de Somaïr, exploitée par le groupe français Areva. « Nous avons attaqué la France, et le Niger pour sa coopération avec la France dans la guerre contre la charia », a déclaré le Mujao, en menaçant d’autres actions à venir. Le porte-parole du gouvernement nigérien a évoqué un attentat « terroriste », indiquant que le site de Somaïr et son matériel stratégique étaient « sérieusement touchés ». A Agadez, un assaillant a réussi à s’infiltrer dans une chambrée de la caserne, et une prise d’otages est en cours. Le Président français, François Hollande, a indiqué que Paris appuierait « tous les efforts » du Niger pour la « faire cesser ».

Meurtre « terroriste » d’un soldat britannique près de Londres

Un soldat britannique a été tué hier après-midi à Woolwich, dans la banlieue Sud-Est de Londres, où se trouve une base militaire. Deux hommes l’ont d’abord percuté en voiture ; ils sont ensuite descendus, l’un avec une arme à feu, l’autre avec une machette et se sont acharnés sur lui. Les suspects sont tous deux des citoyens britanniques d’origine nigériane. Les témoins ont indiqué que les deux hommes avaient invoqué le nom d’Allah en assassinant leur victime. Le Premier Ministre britannique, David Cameron, a déclaré que le meurtre était une attaque contre le Royaume-Uni et ses valeurs, mais aussi « une trahison de l’Islam ». Refusant d’établir un lien entre ce meurtre et la politique étrangère britannique, Cameron a précisé que le meurtre n’avait aucune justification, et qu’il était seulement imputable aux « esprits malades » qui l’avaient perpétré. Il a été recommandé aux soldats stationnés à Londres de ne pas sortir de leur base avec leur uniforme militaire. Des actes islamophobes contre des mosquées ont eu lieu dans la nuit, et des propos racistes ont été diffusés sur les réseaux sociaux à la suite de cet assassinat.

Israël-Palestine : Scepticisme face au processus de paix

Le Secrétaire d’Etat américain, John Kerry, en visite en Israël et dans les Territoires Palestiniens pour la quatrième fois en quatre mois, a reconnu qu’il y avait du scepticisme de part et d’autre face à la reprise des négociations. Celles-ci sont au point mort depuis 2010 en raison notamment de la colonisation israélienne en Cisjordanie, un territoire occupé par l’Etat hébreu depuis la Guerre des Six Jours de 1967. « Je connais suffisamment cette région pour savoir qu’il y a du scepticisme. Dans certaines zones, il y a du cynisme, pour des raisons qui sont compréhensibles. Il y a eu beaucoup de déception ces dernières années », a-t-il expliqué. Il a néanmoins réaffirmé la volonté de ténacité des Etats-Unis sur le dossier. La semaine dernière, Kerry a appelé le Premier Ministre israélien, Benjamin Netanyahu pour exprimer la préoccupation de Washington face à la décision de l’Etat hébreu d’autoriser quatre colonies israéliennes supplémentaires en Cisjordanie. En droit international, les colonies israéliennes sont illégales, mais Israël considère qu’il y a environ 120 colonies installées avec l’aval du gouvernement et des douzaines de colonies sans autorisation officielle. Netanyahu a affirmé la volonté de l’Etat hébreu de reprendre les négociations, en disant : « Là où il y a de la volonté, il y a un chemin », mais n’a fait aucun geste récemment à propos des colonies. Kerry doit aussi essayer de mettre en place une coopération économique avec les Palestiniens.

Quand avait lieu le sevrage chez les Néandertaliens ?

En étudiant les niveaux du composant chimique baryum dans la molaire fossilisée d’un enfant néandertalien, des scientifiques américains et australiens ont pour la première fois tiré des conclusions sur la date de sevrage des enfants à l’époque du Néandertal, il y a 30 000 ans. La molaire fossilisée suggère que la mère a nourri son enfant au sein pendant sept mois, puis que le lait maternel a continué à être une source d’alimentation, associé à un autre type de nourriture. Les conclusions des scientifiques reposent sur le niveau de baryum dans l’émail des dents qui augmente fortement pendant un an et deux mois, avant de chuter brutalement. Cette durée est proche des recommandations actuelles de l’Académie Américaine des Pédiatres, mais bien plus courte que ce qui se pratique dans certaines sociétés, où l’enfant est nourri au sein pendant deux ans et demi, ou chez les chimpanzés, où il est nourri au sein pendant plus de cinq ans. Les conclusions présentées dans la revue Nature ne font pas l’unanimité parmi les scientifiques, certains estimant que la conclusion, qui repose sur l’examen d’un seul spécimen, ne permet pas de généraliser à tous les Néandertaliens.

 

Share on Twitter    Share on Facebook