Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Mercredi 15 mai 2013

Etat d’urgence au Nigeria

Le Président nigérian, Goodluck Jonathan, a déclaré l’état d’urgence dans trois Etats du Nord-Est du pays, Borno, Adamawa et Yobe, en réponse aux attaques de militants du groupe islamiste Boko Haram. Les troupes gouvernementales se sont rendues dans ces Etats où le climat est maintenant tendu : « Il y a beaucoup d’appréhension à propos de l’état d’urgence », a déclaré un habitant cité par l’agence de presse Reuters. Les indices se multiplient selon lesquels les militants de Boko Haram contrôlent désormais un territoire étendu autour du lac Tchad. Ils utilisent les frontières avec le Cameroun, le Tchad et le Niger pour faire passer des armes et organiser des attaques. La semaine dernière, des douzaines de combattants de Boko Haram se sont attaqués à la ville de Bama (Etat de Borno) pour libérer plus de 100 prisonniers, faisanst 55 morts, principalement parmi la police et le personnel de sécurité.

Deux obus venus de Syrie s’abattent sur le plateau du Golan

Deux projectiles se sont abattus sur le plateau du Golan, occupé par Israël depuis 1967. Les obus sont tombés à proximité du mont Hermon, non loin de villages druzes où la population se sent toujours syrienne après 46 ans d’annexion israélienne. Les tirs n’ont fait ni victime ni dégât. On ignore encore s’ils sont le fait du régime du Président syrien, Bachar el-Assad, ou de la rébellion, et s’ils visaient intentionnellement ou non la partie du Golan contrôlée par Israël. L’Etat hébreu s’est pour l’instant contenté de confirmer l’incident, mais n’a pas riposté militairement. Ces derniers mois, il a à plusieurs reprises ouvert le feu en direction de la Syrie pour répliquer à des frappes comparables. Et depuis janvier, trois raids aériens ont visé des cibles syriennes : ces opérations n’ont pas été revendiquées par Israël. L’incident intervient alors que l’Assemblée Générale des Nations Unies (A.G.N.U.) doit se prononcer sur un projet de résolution condamnant les autorités syriennes et reconnaissant la Coalition Nationale Syrienne (C.N.S.) comme un élément-clé de la transition politique. La Russie est opposée à ce qu’une place si grande soit accordée à la C.N.S. et a déclaré que cela pourrait compliquer l’organisation d’une conférence de paix qu’elle doit organiser conjointement avec les Etats-Unis. De son côté, l’Armée Syrienne Libre a promis des sanctions après la diffusion d’une vidéo montrant un chef rebelle éviscérant un soldat du régime syrien.

Récession la plus longue dans la zone euro

Les chiffres de l’office statistique européen, Eurostat, parus aujourd’hui montrent que la zone euro (17 pays) connaît sa plus longue récession : l’activité économique s’est contractée pendant six trimestres consécutifs, entre le quatrième trimestre 2011 et le premier trimestre 2013. Au premier trimestre 2013, elle a perdu 0,2% contre 0,6% au trimestre précédent (Q4 2012). Les économies de la France et de l’Allemagne, qui à elles seules représentent la moitié du Produit Intérieur Brut (P.I.B.) de la zone euro, sont dans une mauvaise situation. « Ce qui semble indéniable, c’est que les Etats-membres de la zone euro sont sur la mauvaise voie », a déclaré un économiste d’une agence bancaire cité par le Guardian. « Les coûts de la « politique unique pour tous les Etats », choisie par la zone euro, apparaissent brutalement. » Ces résultats interviennent au lendemain de la publication par le Pew Research Center, basé à Washington, d’une étude montrant la désaffection des citoyens européens pour l’Union Européenne (27 pays), passant de 60% à 45%.

Afrique du Sud : Deuxième jour de grève à Lonmin

A Marikana, en Afrique du Sud, les mineurs de Lonmin ont entamé un deuxième jour de grève. La porte-parole de la compagnie minière, Sue Vey, a expliqué qu’aucun préavis de grève n’avait été déposé et que la grève était due à une rivalité entre deux syndicats. Les tensions entre le Syndicat de l’Association des Mineurs et de la Construction (A.M.C.U.) et le Syndicat National des Mineurs (N.U.M.) ont surgi en début d’année à la mine d’Impala : l’A.M.C.U. a recruté des milliers de membres du N.U.M., défiant ce syndicat qui dominait jusque là le secteur. Le week-end dernier, un leader de l’A.M.C.U., à l’origine de la percée de ce petit syndicat, a été assassiné par balle dans un bar. La police fait pour l’instant profile bas. En août dernier, 34 mineurs avaient été tués à Lonmin, dans le massacre le plus sanglant depuis la fin de l’Apartheid en 1994, lors de grèves sauvages pour demander une revalorisation des salaires des mineurs. Le syndicaliste assassiné était aussi l’un des témoins clés dans l’enquête sur Marikana, en cours actuellement. Ces événements interviennent alors que des négociations doivent s’ouvrir sur les salaires, sur fond de plans sociaux. Amplats, le numéro un mondial du platine, envisage de supprimer 6000 emplois dans la région.

Devenir invisible, pour les micro-ondes au moins

En utilisant une imprimante 3D, des chercheurs ont réussi à fabriquer un « costume » qui rend invisible. En polymère, il ressemble à un Frisbee. Les objets que l’on souhaite rendre invisibles doivent être placés à l’intérieur du disque. Le procédé ne marche pour l’instant que pour les micro-ondes, invisibles pour les êtres humains de toute façon. Mais à l’avenir, il pourrait être possible de développer une technologie qui marche pour d’autres longueurs d’ondes, dont la lumière visible à l’œil humain. De nombreux engins électroniques perçoivent les micro-ondes, donc la technologie d’invisibilisation pourrait trouver une application pratique rapidement, par exemple, lorsqu’il est indispensable d’avoir une vue claire du ciel, mais que certains bâtiments ou certaines structures projettent une ombre intempestive.

Share on Twitter    Share on Facebook