Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Mardi 14 mai 2013

Russie : Arrestation d’un diplomate américain accusé d’espionnage

Les services de sécurité russes ont arrêté un diplomate américain qu’ils accusent d’être un agent de la Central Intelligence Agency (C.I.A.), les renseignements extérieurs américains. Le troisième secrétaire de l’ambassade américaine à Moscou est accusé d’avoir essayé de recruter un membre des services spéciaux russes pour la C.I.A. Selon les services de sécurité russes, le diplomate a été pris « la main dans le sac », transportant « un équipement technique spécial, des instructions pour recruter un citoyen russe, une grande somme d’argent et des moyens pour faire changer la personne d’apparence ». Cet incident intervient alors que les relations entre Etats-Unis et Russie sont tendues en raison de la crise syrienne. L’ambassade américaine s’est refusée à tout commentaire. L’ambassadeur américain à Moscou, Michael McFaul, est convoqué par le Ministère russe des Affaires étrangères demain.

L’Agence de presse AP espionnée par l’administration américaine

En avril et mai 2012, les téléphones de plus de 20 journalistes de l’agence de presse Associated Press (A.P.) ont été mis sur écoute par le Ministère américain de la Justice. L’information a été portée à la connaissance d’A.P. par une lettre de l’administration américaine. La direction de l’agence dénonce « une intrusion massive et sans précédent » dans son fonctionnement et rappelle que les écoutes de l’administration américaine doivent être signifiées au préalable et ciblées. Les journalistes enquêtaient alors sur un attentat déjoué grâce à la coopération d’un agent double saoudien, travaillant pour le compte de la Central Intelligence Agency (C.I.A.), les renseignements extérieurs américains, et infiltré chez Al-Qaeda. Le projet terroriste avait pour but de faire exploser en plein vol un avion de ligne en direction des Etats-Unis pour marquer l’anniversaire de la mort d’Oussama Ben Laden, survenue le 2 mai 2011. A.P. avait sorti un article le 7 mai, alors que l’administration américaine cherchait à retarder la diffusion de cette information, qui contredisait ses affirmations selon lesquelles aucune menace ne planait sur le territoire américain. En informant A.P. de ces écoutes, même a posteriori, le Ministère de la Justice tente de rappeler qu’il est attentif au respect de la liberté de la presse. L’administration Obama pratique une politique agressive vis-à-vis des agents qui divulguent des informations de secret d’Etat.

Incertitude après l’attentat de Benghazi

Un attentat a frappé hier en fin de journée la ville de Benghazi, en Libye, symbole de la révolution qui a chassé du pouvoir Mouammar Kadhafi en octobre 2011. C’est la première fois depuis la révolution qu’un tel attentat est commis en plein jour et dans une rue peuplée. Il a fait au moins neuf morts ; de nombreux corps ont été apportés, déchiquetés, à l’hôpital, où ils doivent être reconstitués. Aucun groupe n’a revendiqué cet attentat qui ne porte, selon les renseignements libyens, aucun signe d’une action des groupes djihadistes. Ce serait un « suicide politique » pour ces groupes, estiment les renseignements, selon RFI. Le groupe Ansar al-Charia de Benghazi, soupçonné d’être impliqué dans l’attaque contre le consulat américain en septembre dernier, a nié toute responsabilité, et condamné l’acte qu’il juge criminel et contraire à la religion. Plusieurs hypothèses circulent : il pourrait s’agir de partisans de l’ancien régime, de réfugiés syriens, d’étrangers, ou d’un simple accident. La ville a récemment vu trois de ses commissariats être la cible d’attentats à la bombe. Plusieurs centaines de personnes ont manifesté hier en réclamant le départ des milices armées qu’elles tiennent pour responsables de l’insécurité croissante qui règne dans la ville.

Grève chez Amazon en Allemagne

Le géant américain, Amazon, doit faire face à la première grande grève de ses salariés, en Allemagne : environ 850 employés d’entrepôts dans deux villes allemandes, à Bad Hersfeld et Leipzig, se sont mis en grève pour demander une augmentation de salaire. Amazon soutient que ses employés dans les entrepôts doivent être considérés comme des travailleurs relevant du secteur logistique et se trouvent bien payés pour ce secteur, ce que nient les syndicats. Les pratiques managériales du géant américain font l’objet d’une attention croissante en Allemagne, où un documentaire vidéo diffusé cette année a mis en évidence les mauvais traitements auxquels sont soumis les travailleurs saisonniers de l’un de ces entrepôts. Le principal syndicat, Verdi, dénonce l’absence d’accord salarial : à Leipzig, le salaire horaire est de €9,30 ($12) alors qu’il est fixé par accord à €10,66 ($13.83) pour le reste du secteur ; à Bad Hersfeld, il est de €9,83 ($12.75) pour un taux horaire fixé dans le secteur à €12,18 ($15.8). Amazon compte huit entrepôts en Allemagne, qui emploient 5300 personnes. Selon le syndicat Verdi, 97% des employés ont voté la grève.

Le retour de la baleine grise

La nouvelle agite le monde de la biologie marine : une baleine grise a été vue au large des côtes de l’Equateur. Cette espèce du Pacifique Nord n’avait plus été vue dans l’Atlantique depuis le 18ème siècle, et elle n’a jamais été aperçue le long des côtés équatoriennes. La baleine grise avait été vue dans la Méditerranée en mai 2010, où elle était allée jusqu’à Israël. Aujourd’hui, la signification de sa réapparition reste sujette à caution : cette espèce, qui a longtemps été la proie des chasseurs, retrouve-t-elle la voie de ses anciennes routes migratoires ? Ou le réchauffement climatique modifie-t-il ses habitudes alimentaires, avec des conséquences pour l’instant inconnues ? Une chose est sûre, la photographie prise de la baleine montre qu’il ne s’agit pas du même animal que celui vu en Méditerranée. Mais les scientifiques ignorent quelle route elle a empruntée pour arriver près de l’Equateur.

Share on Twitter    Share on Facebook