Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Lundi 8 avril 2013

Violences lors de funérailles coptes au Caire

Au moins une personne est morte et plus de 80 personnes ont été blessées hier au Caire, après l’enterrement de quatre Coptes, dans un affrontement entre musulmans et chrétiens. La cathédrale copte a fait l’objet de jets de pierres et de bombes d’essence. La police a fait usage de gaz lacrymogène pour disperser les foules, mais les violences ont continué tard dans la nuit, et 11 policiers ont été blessés. La violence a commencé vendredi en fin de journée dans le quartier d’El Khusus, au Nord de la ville, où quatre chrétiens et un musulman ont été tués lors de tirs échangés entre les membres de deux communautés. Dimanche, les affrontements se sont déclenchés après que des Coptes en colère eurent appelé à se sacrifier pour la croix, et demandé le départ de l’actuel Président, membre des Frères musulmans, Mohamed Morsi. Celui-ci a condamné les attaques contre les Coptes, et affirmé que toute attaque contre la cathédrale était « comme une attaque personnelle contre [lui] », a rapporté l’agence d’Etat MENA. Les chrétiens se plaignent des attaques perpétrées contre leurs églises par des islamistes radicaux. Les principaux leaders musulmans ont condamné les violences qui ont eu lieu vendredi et qui, d’après un témoin, ont éclaté après qu’un enfant chrétien avait gribouillé sur le mur d’un institut religieux musulman.

Portugal : Annonce de nouvelles coupes budgétaires

Le Premier Ministre, Pedro Passos Coelho, a réaffirmé hier son intention de poursuivre les réformes d’austérité inscrites dans le programme de redressement des comptes de son pays. S’il n’y aura pas de nouveaux impôts, les citoyens portugais doivent s’attendre à de nouvelles coupes dans les dépenses des secteurs comme l’éducation, la sécurité sociale et la santé. Vendredi, la Cour Constitutionnelle portugaise a rejeté quatre des neuf mesures d’austérité inscrites au budget 2013 par le gouvernement, comme la réduction des salaires et des pensions de retraite des fonctionnaires. Cette décision prive l’Etat de €1,3mds ($1,2mds) de recettes. Le Portugal s’était donné pour objectif d’atteindre un déficit public de 5,5% du PIB en 2013. Après l’intervention de Coelho, la Commission Européenne a publié un communiqué de soutien au Premier Ministre, saluant sa volonté de maintenir la ligne de l’austérité. La décision de la Cour Constitutionnelle a ravivé les critiques de l’opposition : Antonio José Seguro, chef des socialistes, a appelé à la démission de Coelho et à la tenue de nouvelles élections législatives : « Ce gouvernement n’a plus ni autorité ni crédibilité. »

Afghanistan : 11 enfants tués par une frappe de l’OTAN

Au moins 11 enfants ont été tués par une frappe de l’OTAN dans la province de Kunar, dans l’Est de l’Afghanistan. La frappe a eu lieu dans le cadre d’une opération conjointe de l’OTAN avec l’armée afghane contre les combattants Taliban. Le Président afghan, Hamid Karzai, a « fermement condamné la frappe aérienne de la F.I.S.A. (Force Internationale d’Assistance à la Sécurité) » : « Tout en condamnant l’utilisation de civils comme boucliers par les Taliban, [le Président] dénonce tout type d’opération qui cause la mort de civils. » Il a ordonné l’ouverture d’une enquête. Au cours du raid, 20 Taliban ont également été tués. En plus des 11 enfants tués, six femmes ont été blessées. Un porte-parole de la F.I.S.A. a déclaré que l’OTAN rassemblait les informations pour déterminer ce qui s’était passé. Les civils tués dans des opérations de l’OTAN sont un sujet de tension de plus en plus palpable. Après la mort de 10 civils en février, Karzai avait interdit aux forces de sécurité afghanes de faire appel à des frappes de l’OTAN.

Présidentielles au Montenegro : Les deux camps revendiquent la victoire

Le Président sortant, Filip Vujanovic, et son opposant, Miodrag Lekic, ont tous les deux revendiqué la victoire à l’issue de l’élection présidentielle qui a eu lieu hier au Montenegro. En l’absence de toute instance indépendante de validation et de tout communiqué de la commission électorale, Vujanovic a affirmé avoir emporté 51,3% des voix, contre 48,7% pour Lekic, tandis que celui-ci a déclaré être en tête avec 50,5% des voix, contre 49,5% pour le Président sortant. La commission électorale a dit qu’elle se prononcerait dans les 48 heures. Vujanovic, qui est candidat à un troisième mandat de cinq ans, accuse Lekic d’être une menace pour le jeune Etat monténégrin, indépendant de la Serbie depuis 2006 à la suite d’un référendum. De son côté, Lekic, soutenu par les petits partis qui avaient fait campagne contre l’indépendance, nie toute mise en cause de l’indépendance du Montenegro, et accuse le parti de Vujanovic de monopoliser le pouvoir dans l’intérêt d’une élite corrompue. Mais le parti affirme que la situation au Montenegro en termes de corruption et de crime organisé n’est pas pire que dans le reste des Balkans. Le petit pays de 680 000 habitants est, après la Croatie, le prochain candidat à l’Union Européenne.

Le poète Pablo Neruda exhumé

Le poète chilien lauréat du prix Nobel de littérature doit être exhumé aujourd’hui, près de 40 ans après sa mort, en 1973. Il était décédé douze jours après le coup d’Etat de Pinochet. Selon son certificat de décès, il est mort d’un cancer de la prostate, mais son ancien assistant, Manuel Araya, soutient qu’il a été assassiné par injection à l’hôpital. « Ils ne voulaient pas que Neruda quitte le pays, donc ils l’ont tué », martèle-t-il. Le poète, connu pour ses engagements communistes, était sur le point de gagner le Mexique d’où il voulait mener la lutte contre la dictature militaire. Les médecins légistes qui examineront son corps vont chercher des traces de cancer dans ses os – un indice que son cancer était à un stade avancé, ce qui étaierait la thèse de la mort naturelle. Ils chercheront aussi des signes de toxines, qui donneraient du poids aux accusations d’Araya. « Le passage du temps rend notre tache difficile », a déclaré le médecin chargé de superviser l’exhumation. « Mais d’un autre côté, il y a eu des avancées technologiques. »

Share on Twitter    Share on Facebook