Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Jeudi 4 avril 2013

Offshore Leaks : L’évasion fiscale à grande échelle dévoilée

Au terme d’une enquête de 15 mois, 86 journalistes exerçant dans 46 pays ont mis au jour un réseau d’évasion fiscale, à partir de 2,5 millions de fichiers provenant des paradis fiscaux, mettant en cause 140 000 personnes. Coordonnée par le Consortium International des Journalistes d’Investigation (I.C.I.J.), l’enquête dévoile les méthodes utilisées pour tromper les autorités fiscales. Il s’agit de la plus grande fuite de données jamais enregistrée, 160 fois plus importante que les câbles du Département d’Etat publiés par Wikileaks. Parmi les personnes concernées se trouvent aussi bien des hommes politiques, que des revendeurs d’armes, des oligarques ou des financiers. Sont aussi mises en cause des banques mondiales, comme UBS ou la Deutsche Bank, accusées d’avoir œuvré pour fournir à leurs clients des sociétés-écran dans ces territoires. En 2012, une étude estimait entre €16 000mds ($21 000mds) et €25 000mds ($32 000mds) le montant total de l’argent caché dans les paradis fiscaux. En France, l’enquête révèle que Jean-Jacques Augier, l’ancien trésorier de campagne du Président François Hollande, est détenteur d’actions dans deux sociétés basées aux îles Caïmans. Il y a deux jours, l’ancien Ministre du Budget, Jérôme Cahuzac, a été mis en examen pour fraude fiscale.

Cisjordanie : Manifestations de milliers de Palestiniens

Des milliers de Palestiniens ont manifesté aujourd’hui à Hébron, en Cisjordanie, pour dénoncer la mort de deux manifestants Palestiniens tués lors d’affrontements avec Israël, et celle d’un troisième Palestinien, mort d’un cancer dans une prison israélienne. Depuis la bande de Gaza, des militants ont tiré une roquette qui a atterri dans le Sud de l’Etat hébreu sans faire de victime. La tension augmente à nouveau entre Palestiniens et Israéliens : en réponse aux tirs de roquette, l’Etat hébreu a lancé sa première frappe aérienne sur l’enclave palestinienne depuis la signature du cessez-le-feu en novembre dernier. Les pourparlers entre l’Autorité Palestinienne (A.P.) et Israël sont au point mort depuis plus de quatre ans : le Président de l’A.P., Mahmoud Abbas, refuse de revenir à la table des négociations tant qu’Israël continue à construire des colonies en Cisjordanie et dans Jérusalem-Est, dont l’Etat hébreu s’est emparé en 1967. Israël refuse de son côté de mettre fin à la construction de colonies et réclament la réouverture des négociations sans préconditions. Ces violences interviennent alors que le Secrétaire d’Etat américain, John Kerry, doit se rendre ce week-end dans la région pour trouver le moyen de rouvrir les pourparlers.

Corée du Nord : Les Etats-Unis prêts à déployer des missiles

La tension monte encore entre la Corée du Nord d’un côté, et son voisin du Sud et les Etats-Unis de l’autre : Washington a annoncé l’envoi de missiles de défense sur l’île de Guam, une entité territoriale américaine dans l’océan Pacifique, pour faire face à ce que le Secrétaire d’Etat américain à la Défense, Chuck Hagel, a qualifié de « danger clair et réel » de la part de Pyongyang. Si la rhétorique agressive de la Corée du Nord n’est pas nouvelle, elle a pris ces derniers jours une tournure plus virulente, accompagnée de manœuvres hostiles : Pyongyang a ainsi installé des missiles moyenne portée Musudan sur sa côte Est, sans que l’on sache s’il prévoit de les utiliser ou s’il s’agit d’une démonstration de force. Pour le deuxième jour consécutif, la Corée du Nord a bloqué l’accès au complexe industriel de Kaesong à la Corée du Sud, situé dans la zone démilitarisée et opéré conjointement par les deux Corées. Pyongyang a aussi menacé de lancer une attaque nucléaire sur les Etats-Unis. Ces menaces sont considérées comme rhétoriques, la Corée du Nord n’ayant pas les moyens de les mettre à exécution.

Connecticut (USA) : Adoption d’une loi sur le contrôle des armes à feu

La chambre basse du Connecticut, a approuvé par 105 voix contre 44 une législation sur le contrôle des armes à feu déjà approuvée par le Sénat de l’Etat hier. La loi, qui doit être signée par le Gouverneur, Dannel Malloy, a été saluée comme historique : elle doit permettre d’ajouter une centaine d’armes à la liste des armes d’assaut interdites, interdire les nouveaux chargeurs de plus de dix balles, et obliger à détenir un certificat d’éligibilité pour pouvoir acheter des armes à feu. Le Connecticut, où s’était déroulé le 14 décembre une fusillade à l’école primaire de Sandy Hook, faisant 26 morts dont 20 enfants, devient ainsi le troisième Etat, après celui de New York et du Colorado, à adopter des mesures si restrictives sur le contrôle des armes à feu, alors que le pays tout entier débat de la nécessité de contrôler les armes à feu.

Tallinn, Estonie : Transports publics gratuits pour les résidents

La capitale de l’Estonie, Tallinn, est devenue la première grande ville au monde à mettre en place un système de transport gratuit pour tous ses résidents. Lancée il y a trois mois, l’initiative est aujourd’hui considérée comme un succès par les responsables municipaux. Ses détracteurs y voient une mesure chère, populiste et destinée à rallier des voix pour les prochaines élections locales d’octobre 2013. Le maire, Edgar Savisaar, qui en a eu l’idée, souhaitait réduire la circulation et la pollution, et alléger les dépenses pour les habitants les plus pauvres. Il a baptisé le programme « 13e mois de salaire », faisant valoir qu’il permettrait aux familles d’économiser un mois de salaire. L’expérience, qui coûtera à la ville €12m ($16m) par an, a dépassé les attentes : le nombre de passagers des transports publics a augmenté de 10%, tandis que le nombre de voiture a baissé de 15%. Bien qu’il soit encore trop tôt pour en tirer des conclusions, le programme devrait accroître les recettes fiscales de la ville : il est en effet nécessaire de s’enregistrer comme résident pour pouvoir en bénéficier. Tallinn compte 40 000 résidents ; plus de 5000 nouveaux résidents ont été enregistrés depuis janvier 2013, contre 3600 les années précédentes.

Share on Twitter    Share on Facebook