Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Mercredi 27 mars 2013

BRICS : mettre en place une banque du développement

Les dirigeants des nations BRICS – Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud – sont réunis à Durban, en Afrique du Sud, pour discuter de la formation d’une banque de développement. Ce groupe, qui rassemble les nations qui connaissent un développement économique rapide, et refusent la politique proposée par la Banque Mondiale, cherche à mettre en place une banque de développement pour financer des projets d’infrascture dans tous les pays en développement. Cette banque serait la première institution officielle du groupe BRICS. Selon les rapports qui circulent, la banque aurait accès à un capital de €40mds ($50mds). Les nations BRICS représentent plus de 40% de la population mondiale et 17% du commerce mondial. De son côté, le Président syrien, Bachar el-Assad, a appelé les cinq nations à aider à mettre un terme à la guerre civile qui dure depuis deux ans.

Internet mondial : « La plus grosse attaque de l’Histoire »

L’internet mondial a connu sa plus grosse attaque cette semaine. Elle a été déclenchée à la suite d’un conflit entre un groupe de lutte anti-spam et une entreprise d’hébergement. Spamhaus aide les fournisseurs de service email à bloquer les spams par le biais d’une liste noire des serveurs connus pour relayer des spams. L’ONG y a récemment inscrit Cyberbunker, un hébergeur danois qui s’est dit prêt à héberger tous les contenus, sauf la pornographie enfantine et le terrorisme. Spamhaus ne doit pas être autorisé à décider « ce qui va et ne va pas sur internet », a déclaré le porte-parole de Cyberbunker. Selon Spamhaus, qui dit faire l’objet d’une attaque par déni de service depuis une semaine, Cyberbunker est derrière l’attaque massive, avec la coopération de « gangs criminels » d’Europe de l’Est et de Russie. Par un effet similaire à l’embouteillage, l’impact s’est fait sentir sur des services grand public d’utilisation massive, comme Netflix, et pourraient affecter les services bancaires et les emails. Cinq forces de police nationales mènent l’enquête. Pendant ce temps, un hacker solitaire s’est introduit dans des milliers de serveurs mais à des fins non malhonnêtes : il a réalisé une cartographie de l’utilisation quotidienne d’internet.

Destruction de l’East Side Gallery à Berlin

L’entreprise immobilière, Maik Uwe Hinkel, a détruit une partie historique du Mur de Berlin pour permettre l’accès à un luxueux complexe immobilier. Elle a prévu d’en détruite 22m. 250 policiers étaient déployés pour faire face aux manifestants qui dénoncent la destruction du site, vu comme un symbole de liberté. Appelée East Side Gallery, cette portion du Mur est la plus longue encore debout : elle longe la rivière Spree sur 1,3 km, et a été investie par des artistes graffeurs. Ceux-ci se sont appropriés l’espace dans les années 1990, pour y réaliser des œuvres de street art irrévérencieuses, comme ce baiser langoureux entre les dirigeants d’Allemagne de l’Est et de Russie. Depuis quelques années, le lieu est devenu le symbole de la gentrification de Berlin ; les spéculateurs immobiliers cherchent à construire des appartements le long de la rivière. L’entreprise a déclaré que les portions du Mur manquantes seraient remplacées une fois les constructions achevées. Le 1er mars, les démolisseurs avaient été contraints de reculer face aux manifestants en colère qui bloquaient le site.

Extradition d’Abu Qatada : Le gouvernement britannique perd en appel

La Ministre de l’Intérieur britannique, Theresa May, a perdu en appel contre le verdict empêchant l’extradition du prêcheur, Abu Qatada. « Le gouvernement reste déterminé à extrader Abu Qatada », a fait savoir le Ministère de l’Intérieur. Les juges ont pourtant estimé que le prêcheur pourrait ne pas bénéficier d’un procès équitable s’il était renvoyé en Jordanie. Dans son pays, l’homme a été condamné en 1999 à la prison à vie, mais ne fait face à aucune accusation au Royaume-Uni. Pas moins de six Ministres de l’Intérieur se sont penchés sur son cas. Au Royaume-Uni, il a été arrêté en 2002, libéré plusieurs fois sous caution et à nouveau arrêté pour avoir enfreint les conditions de cette libération. Le prêcheur peut maintenant faire appel devant une commission en charge des questions d’immigration pour être à nouveau libéré, car il est en prison en vertu de la législation sur l’immigration. Or cette loi ne peut lui être appliquée que si la probabilité qu’il puisse être extradé est réelle, une probabilité que la récente décision rend très faible. La décision rendue en appel sape toute la stratégie mise en place par Theresa May pour extrader Abu Qatada et donner ainsi satisfaction aux personnalités politiques les plus conservatrices.

Rio de Janeiro : Du surf adapté pour les personnes handicapées

A Rio de Janeiro, au Brésil, une ONG permet aux personnes qui ont un handicap physique d’aller dans l’eau. A Rio, le manque de passerelles et d’ascenseurs adaptés pour les personnes en situation de handicap, et plus généralement, le sous-équipement public pour les piétons peut laisser penser que l’accès à la plage n’est pas la priorité. Mais dans un pays qui compte 7500 km de côtes, la plage est un lieu de socialisation important. « Le goût de l’eau salé n’a pas de prix », déclare l’une des personnes bénéficiaires des services de l’ONG AdaptSurf. « C’est le goût de la liberté. » L’association a été créée en 2007 par Henrique Saraiva, lui-même partiellement handicapé. « L’eau est l’endroit où je peux oublier que j’ai un handicap. C’est l’endroit où je peux me sentir comme les autres. » L’ONG, qui propose des équipements de surf adaptés aux handicaps, est active les samedi et dimanche, selon la météo, et accueille chaque week-end plusieurs douzaines de personnes handicapées, certaines faisant même le trajet depuis la capitale, Brasilia, à plus de 1000 km. Des associations de ce type existent déjà en Australie ou en Californie, mais il s’agit d’une première au Brésil.

Share on Twitter    Share on Facebook