Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Mercredi 13 mars 2013

Turquie : Le PKK libère des personnalités officielles turques

Le Parti des Travailleurs du Kurdistan (P.K.K.) a libéré six soldats et deux personnalités officielles turques qu’il retenait prisonniers dans le Nord de l’Irak depuis plus d’un an. Il s’agit de la première étape concrète pour apaiser les tensions entre les rebelles kurdes et la Turquie. « Leur santé est très bonne et une équipe médicale les a examinés », a indiqué un militant du P.K.K., ajoutant « cette opération est la preuve que nous ne voulons pas la guerre ». Les négociations entre P.K.K. et Turquie pour mettre fin à un conflit qui a fait plus de 40 000 morts, ont commencé en octobre dernier. Le P.K.K. s’est engagé à mettre fin aux hostilités et à retirer ses combattants de Turquie en prélude au désarmement. La Turquie doit garantir plus de droits aux Kurdes au niveau constitutionnel. Le P.K.K. a pris les armes contre l’Etat en 1984. Ses premières demandes, séparatistes, ont évolué pour porter aujourd’hui sur le respect des droits des Kurdes et une autonomie relative.

US : Obama critique les cyberattaques chinoises

Lors d’une interview à ABC News, le Président américain, Barack Obama a indiqué que les Etats-Unis étaient engagés dans une « discussion musclée » avec la Chine sur les cyberattaques qu’ils lui imputent : « Il y a une grande différence entre la Chine pratiquant le cyberespionnage ou des cyberattaques et une guerre sur le terrain. Mais il est vrai que nous avons vu une augmentation des cyberattaques. Certaines sont soutenues par l’Etat. D’autres le sont simplement par des criminels. » Hier déjà, le Directeur du renseignement national américain, James Clapper, déclarait que les cyberattaques avaient remplacé le terrorisme comme principale menace contre la sécurité américaine. La Chine nie ces accusations, étayées depuis le 19 février par la publication d’une étude du groupe de sécurité américain, Mandiant, qui mettait directement en cause le gouvernement chinois.

Syrie : Un membre de la délégation européenne tué

Un membre de la délégation de l’Union Européenne (U.E.) en Syrie a été tué par un tir de rocket dans la banlieue de Damas, à Daraya. Ahmad Shihadeh habitait dans la région et a été tué alors qu’il portait secours aux habitants de Daraya. Selon un réseau local d’activistes, les comités locaux de coordination, et l’Observatoire Syrien des Droits Humains (O.S.D.H.), les forces gouvernementales bombardent la ville. L’U.E. a retiré son personnel international et fermé son bureau à Damas en décembre, mais le personnel syrien est resté sur place. Parallèlement, l’ONG britannique Save the Children a mis en garde contre le nombre croissant d’enfants recrutés par les groupes armés, du gouvernement et de l’opposition. Ils servent de porteurs de messages, mais aussi de combattants. Le Premier Ministre britannique, David Cameron, a indiqué que son pays pourrait à l’avenir poser son veto à toute reconduction de l’embargo contre la livraison d’armes à l’opposition syrienne, afin de permettre à son pays de livrer des armes aux rebelles syriens, ce qu’ils demandent depuis longtemps.
Syria

Arabie Saoudite : Exécution de 7 prisonniers

Sept Saoudiens, condamnés pour vol à main armé, ont été décapités à Abha, une ville du Sud de l’Arabie Saoudite. L’exécution intervient alors que leurs familles et des ONG des droits humains avaient demandé au roi de faire preuve de clémence. Ils avaient été arrêtés en 2006 et condamnés à mort en 2009. Les ONG des droits humains demandaient l’annulation de la sentence car ils étaient mineurs au moment des faits.  Les prisonniers s’étaient plaints d’avoir été victimes d’actes de torture. L’Arabie Saoudite a exécuté 23 prisonniers cette année dont les sept de ce matin. En 2012, le royaume avait exécuté 76 personnes, et 79 en 2011. Les ONG des droits humains dénoncent depuis longtemps les exécutions en Arabie Saoudite. L’Institut des Affaires du Golfe, qui a fait campagne pour la suspension de l’exécution, a indiqué dans une note au Haut Commissaire aux Droits Humains des Nations Unies que l’une des raisons de l’exécution de ces hommes est qu’ « ils viennent du Sud, une région très marginalisée par la monarchie saoudienne, qui les considère comme des citoyens de seconde classe. »

EDF abandonne les poursuites contre les activistes

L’entreprise énergétique française, EDF, a abandonné les poursuites contre un groupe de 21 activistes qui avaient occupé l’une de ses centrales pendant une semaine en octobre au Royaume-Uni. Le procès attirait une mauvaise réputation à EDF, accusé  de s’opposer aux manifestations pacifiques au Royaume-Uni après que les détails de l’accusation avaient été publiés par le quotidien britannique, The Guardian. Les activistes du groupe No Dash for Gas (« Pas de rush pour le gaz ») s’opposent à une nouvelle génération de centrales de gaz au Royaume-Uni. EDF leur réclamait €5,7m ($7,4m) en réparation. Les activistes ont salué « une défaite cinglante » pour l’entreprise. Mais EDF a indiqué avoir abandonné les charges en raison d’un accord qui lui semblait raisonnable avec les accusés qui ont tous plaidé coupables.  Comme plusieurs d’entre eux ont déjà été accusés de faits similaires, ils risquent d’être condamnés à des peines de prison, ce qui serait une première pour des activistes écologiques au Royaume-Uni.

Share on Twitter    Share on Facebook