Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Jeudi 21 février 2013

Au moins 11 morts dans une explosion en Inde

Deux explosions au moins se sont fait entendre en début d’après-midi à Hyderabad, une ville au Sud de l’Inde. Selon les dernières données disponibles, on compte au moins 11 morts et 50 blessés. Ces explosions interviennent moins de deux semaines après la pendaison d’un militant du Cachemire accusé d’avoir attaqué le Parlement en 2001. En juillet 2011, trois explosions quasi-simultanées avaient frappé Bombay, causant une vingtaine de morts et plus de cent blessés. Elles étaient le fait de militants islamistes, selon les autorités.

Mali : Gao en proie à la guerrilla islamiste

Les troupes maliennes affrontent des combattants islamistes à Gao, une ville du Nord Mali censée avoir été reprise par les troupes françaises et maliennes fin janvier. Les combats ont commencé durant la nuit où des incendies ont été reportés près des deux entrées principales au Nord de la ville. Ils se poursuivent près de la mairie. Le principal tribunal a été incendié. Selon une source de l’armée malienne, les islamistes, qui se sont réorganisés après avoir été chassés de la ville et adoptent des tactiques de guerrilla, sont entre 20 et 40. Début février, deux attentats-suicide s’étaient produits, indiquant que la guerre pourrait durer plus longtemps que ce que les autorités françaises avaient initialement annoncé. D’autres témoins font état de l’explosion d’une voiture près du camp militaire français dans la ville de Kidal, plus au Nord. La France a déclaré vouloir commencer le retrait de ses 4000 soldats le mois prochain, et souhaite que la mission sous contrôle africain se transforme en opération de maintien de la paix des Nations Unies.

Graham : « 4700 personnes tuées par les drones américains »

Le sénateur américain, Lindsey Graham, a avancé hier le chiffre de 4700 personnes tuées par les frappes des drones américains depuis une dizaine d’années. L’élu républicain de Caroline du Sud, qui est favorable à l’utilisation de ces appareils aériens sans conducteur, est le premier homme d’Etat à avancer un chiffre global. « Nous avons tué 4700 personnes », a indiqué Graham cité par le journal local, Easley Patch. « Parfois, on tue des innocents, et cela me fait horreur, mais nous sommes en guerre, et nous avons tué des gens haut placés dans Al Qaida. » Plusieurs organisations ont tenté d’évaluer le nombre de personnes tuées par les drones depuis 2004 : pour le Bureau of Investigative Journalism, basé à Londres, le nombre de morts au Pakistan, au Yémen et en Somalie se situe entre 3072 et 4756 personnes. La New America Foundation, à Washington, évalue à 350 le nombre de frappes depuis 2004, avec un nombre de morts entre 1963 et 3293, dont 261 à 305 civils. Graham s’est défendu d’avoir divulgué toute information classifiée. Selon l’administration Obama, les drones ne sont utilisés qu’en « dernier ressort », pour « des attaques ciblées » de personnes impossibles à capturer. Les opposants aux drones dénoncent des assassinats illégaux, qui ne sont supervisés ni par le Congrès ni par des tribunaux, et nourrissent un ressentiment contre les Etats-Unis dans les pays concernés.

Chute des marchés après la publication des commentaires de la Fed

Les marchés financiers ont connu une baisse significative aujourd’hui après la publication de l’intégralité de la dernière réunion de la banque centrale américaine, la Fed. Les mesures de stimulus pourraient accroître « les risques de futurs déséquilibres économiques et financiers », peut-on lire dans le compte-rendu. La banque centrale a par ailleurs décidé de maintenir son plan mensuel d’achat d’obligations de €64mds ($85mds), jusqu’à ce que le marché de l’emploi américain connaisse une amélioration : en achetant des obligations, la Fed maintient les taux d’intérêt peu élevés, ce qui facilite le crédit. Mais certains membres de la Fed redoutent que l’achat d’obligations n’augmente l’inflation et n’entraîne sur le marché des comportements préjudiciables à la stabilité. Dans le même temps, un index d’activité économique en Europe, l’indicateur Markit PMI (« purchasing managers’ index »), a baissé, passant de 48,6 en janvier, à 47,3 en février, indiquant que l’économie va continuer à se contracter, en France notamment où il atteint son plus bas niveau depuis quatre ans. En Allemagne, l’indice annonce une reprise de l’activité.

Etats-Unis : Etiquetage erroné des poissons

Alors que le scandale de la viande de cheval secoue l’Europe, une étude réalisée par une association américaine de protection des océans, Oceana, révèle que les poissons ne sont pas toujours ceux indiqués sur l’étiquette. Ainsi, sur les 120 échantillons étiquetés « vivaneau rouge », 28 poissons différents ont été trouvés, parmi lesquels 17 n’appartenaient même pas à la famille des vivaneaux. Selon l’étude, les restaurants de sushis sont les plus susceptibles d’être concernés, tandis que les grossistes sont les plus fiables. Selon le coordinateur de l’étude, une partie du problème trouve son origine dans l’immense diversité des poissons de l’océan, et le fait que nombre d’entre eux se ressemblent. Un tiers de 1215 poissons sélectionnés pour l’étude, entre 2010 et 2012, ont été mal étiquetés. Les magasins tendent à utiliser un nom qui augmente la probabilité d’achat du consommateur : les deux tiers des saumons « sauvages » se sont révélés être des saumons d’élevage de l’Atlantique. Oceana a été critiquée par des instances représentatives de l’industrie, comme le National Fisheries Institute, pour être trop militante et manquer de rigueur scientifique. L’association, qui ne prétend pas à l’exhaustivité scientifique, n’a pas été en mesure de déterminer à quel moment l’erreur d’étiquetage se produit, ni si elle vient d’une méconnaissance, ou d’une volonté de dissimulation.

Share on Twitter    Share on Facebook