Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Lundi 11 février 2013

Le gouvernement de coalition tunisien maintient le statu quo

Après avoir menacé de démissionner du gouvernement tunisien si les islamistes d’Ennahda continuent de refuser le départ de deux de leurs ministres, contestés depuis des mois par la rue, le Ministre de la Justice Noureddine B’hiri et le chef de la diplomatie Rafik Abdessalem, le Congrès de la République, le parti laïc de centre gauche du Président Moncef Marzouki, a annoncé un “gel” du départ de ses ministres pour “permettre davantage de discussions sur un gouvernement de coalition.” Leur retrait signifierait l’éclatement de la coalition au pouvoir. La tension politique s’est accrue en Tunisie la semaine dernière, après l’assassinat de l’opposant politique Chokri Belaïd, mercredi, qui a provoqué une série de manifestations. Le Premier Ministre, Hamadi Jebali, a annoncé la formation d’un gouvernement de technocrates, en lieu et place de l’actuel gouvernement de coalition, mais il a été désavoué par le parti Ennahda. L’assassinat de Belaïd a été imputé par sa famille aux islamistes d’Ennahda, ce que le parti a toujours démenti.

Mali : Contre-attaque islamiste à Gao

Les troupes maliennes procèdent à une fouille des maisons à Gao, à la recherche des militants islamistes qui seraient toujours cachés dans cette ville prise par les troupes françaises et maliennes il y a deux semaines, lors de leur reconquête du Nord du pays. Les islamistes semblent être revenus dans la ville en utilisant des bateaux en bois pour traverser le fleuve Niger. Vendredi et samedi, deux checkpoints ont été la cible d’attentats suicide revendiqués par le Mouvement pour l’Unicité et le Jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO). L’un des porte-parole du mouvement a déclaré samedi : « Nous nous consacrons à la perpétration d’attaques supplémentaires contre la France et ses alliés. » Dans la nuit de dimanche à lundi, la France a bombardé le commissariat où les islamistes sont soupçonnés d’avoir trouvé refuge. Paris a envoyé 4000 troupes au Mali le 11 janvier pour aider l’armée malienne à reprendre le contrôle du Nord du pays, dominé par des groupes islamistes et séparatistes depuis le coup d’Etat d’avril dernier.

Syrie : Pas de négociation du gouvernement avec les rebelles

Le Président de la Coalition Nationale Syrienne (C.N.S.), l’autorité politique de transition syrienne, créée en novembre 2012 et rassemblant différentes tendances de l’opposition au régime de l’actuel Président syrien, Bachar el-Assad, a déclaré que l’absence de réponse du régime à sa proposition de dialoguer avec lui envoyait un message « très négatif » au reste du monde. Moaz al-Khatib avait déclaré le mois dernier le dialogue possible à certaines conditions, prenant ainsi le contrepied de la position officielle du C.N.S. qui avait jusque là affirmé que les discussions avaient pour préalable le départ de Bachar el-Assad. Al-Khatib demandait la libération de 160 000 prisonniers politiques en échange de l’ouverture des discussions. Vendredi, le Ministre syrien de l’Information, Omran al-Zohbi, a affirmé que le gouvernement était près à discuter avec l’opposition, mais aucune suite n’a été donnée. Al-Khatib a renouvelé son offre de dialogue aujourd’hui.
Syria

Trafic d’armes en Somalie

Les diplomates chargés de surveiller le trafic d’armes en Somalie pour le Conseil de Sécurité des Nations Unies (C.S.N.U.) soulignent que des armes venues de l’Iran et du Yémen approvisionnent les militants islamistes d’al Shebab, en Somalie. Selon leurs observations, les armes entrent au Nord de la Somalie avant d’être acheminées vers les bastions d’al Shebab, au Sud. Les chaînes d’approvisionnement au Yémen reposent sur les réseaux somaliens. Les armes acheminées comprennent des engins explosifs improvisés, et des mitrailleuses kalachnikov. Le Yémen joue aussi désormais un rôle important pour les intérêts iraniens en Somalie. Les observateurs onusiens ont également trouvé en Somalie des armes de fabrication iranienne et nord-coréenne, ayant transité par la Libye. Parallèlement, le Secrétaire Général des N.U., Ban Ki-moon, a appelé à une levée de l’embargo des armes sur la Somalie pour aider le pays à reconstruire ses forces de sécurité. C’est aussi la position des Etats-Unis. L’embargo sur les armes prévaut depuis 21 ans. Mais la France, le Royaume-Uni ou l’Argentine sont favorables à un allègement progressif, de même que le groupe de surveillance du C.S.N.U.

Protection de la vie privée : Bruxelles contre les entreprises américaines

La Commissaire Européenne chargée de la Justice, Viviane Reding, a affirmé que l’Union Européenne (U.E.) était déterminée à ne pas céder aux demandes répétées des lobbyistes américains—travaillant pour de grands groupes comme Google ou Facebook—à infléchir la législation de protection des données européennes : « La protection de la vie privée est un droit fondamental en Europe, il est inscrit dans la Charte des Droits Fondamentaux. Même si cela n’est pas le cas dans le reste du monde, une chose est claire : si des entreprises souhaitent s’implanter sur le marché européen, elles doivent appliquer les normes européennes. » Cette position pourrait déclencher une bataille diplomatique entre Bruxelles et Washington, selon le Financial Times. Les Etats-Unis disent redouter que le projet de législation européenne n’étouffe l’innovation en raison des complications administratives entraînées. La Commission européenne a proposé l’an dernier que soient édictes des règles de protection de la vie privée communes aux 27 Etats membres de l’U.E.

Share on Twitter    Share on Facebook