Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Jeudi 7 février 2013

Tunisie : Intensification de la crise

Après l’assassinat de l’opposant Chokri Belaid hier, qui a déclenché de violentes protestations , le Premier Ministre tunisien, Hamadi Jebali, a proposé la dissolution du gouvernement et la formation d’un gouvernement de technocrates. Mais le parti au pouvoir, Ennahada, a rejeté cet appel, indiquant que Jebali n’avait « pas demandé l’opinion de son parti ». Les manifestations ont continué en Tunisie, dans la ville de Gafsa notamment où les manifestants ont célébré les funérailles symboliques de Belaid. Dans le même temps, juges et avocats ont lancé une grève de 2 jours en réponse à l’assassinat de mercredi. 4 partis d’opposition, dont celui de Belaid, ont annoncé qu’ils se retiraient de l’assemblée constituante pour dénoncer l’assassinat. Et le plus grand syndicat, l’Union Générale des Travailleurs Tunisiens, a appelé à une grève générale pour vendredi. Le meurtre de Belaid, une figure respectée de l’opposition, avocat des droits humains, fait ressortir au grand jour la crise politique, économique et sociale qui couve en Tunisie depuis plusieurs mois.

Iran-US : Khomeini rejette l’offre de discussion amércaine

L’ayathollah Ali Khomeini, le guide spirituel de la révolution islamique à Téhéran, a déclaré que son pays rejetait l’offre de discussions bilatérales faite par les Etats-Unis. Ce week-end, lors de la conférence pour la paix et la sécurité en Europe, le Vice-Président américain, Joe Biden, a proposé une discussion bilatérale, en marge des discussions internationales qui doivent reprendre le 26 février : « L’offre tient, mais elle doit être réelle et tangible, et il faut un agenda qui convienne [à l’Iran]. » Mais les Etats-Unis ont accentué leurs sanctions sur Téhéran hier, avec pour but de restreindre l’utilisation par le pays de l’argent du pétrole. Alors que le Ministre iranien des Affaires étrangères, Ali Akhbar Salehi, avait d’abord déclaré qu’il n’y avait « pas de ligne rouge », le guide suprême a, lui, affirmé que des négociations avec les Etats-Unis « ne résoudraient rien » : « Vous pointez une arme en direction de l’Iran en disant que vous voulez négocier. La nation iranienne ne se laissera pas intimider par des menaces. »

Palestine : Discussions entre Fatah et Hamas

Le Président du Hamas, Khaled Meshaal, a déclaré à la BBC que des pourparlers étaient en cours avec le Président de l’Autorité Palestinienne, Mahmoud Abbas, pour former un gouvernement d’union nationale. Depuis les élections législatives palestiniennes qui ont vu la victoire du Hamas, une organisation considérée comme terroriste par les Etats-Unis, Israël et l’Union Européenne, en 2006, et l’éviction du Fatah – le parti de feu Yasser Arafat – de la bande de Gaza, en 2007, Fatah et Hamas sont en froid. Les dissensions ont repoussé l’organisation d’élections. Mais depuis quelques mois, des signes de rapprochement se font sentir : « Nous redonnons vie à l’Organisation de Libération de la Palestine – l’OLP – et organisons des réunions jusqu’à ce qu’un nouvel conseil national et un comité exécutif soient élus », a déclaré Meshaal. En mai 2011, les deux mouvements avaient signé un accord de réconciliation, mais celui-ci n’avait pas été respecté. C’est surtout en novembre, lorsque le Hamas est parvenu à résister à l’offensive israélienne, puis lorsque Abbas a obtenu la reconnaissance de la Palestine comme Etat non membre des Nations Unies en décembre, que les deux organisations se sont rapprochées. Sur la situation syrienne, le Hamas, historiquement proche de Damas, a pris ses distances avec un régime en raison de leur gestion du conflit.

Incident russo-japonais

Deux avions russes sont brièvement entrés dans l’espace aérien japonais jeudi, près d’îles situées au Nord d’Hokkaido, les îles Kurile, que les deux pays se disputent. La Russie, qui réalise des manœuvres militaires au-dessus des îles convoitées à des fins d’entraînement, a nié toute intrusion. Le Premier Ministre conservateur japonais, Shinzo Abe, a affirmé son souhait de résoudre « ce dernier problème de taille qui subsiste entre la Russie et le Japon », en négociant pour signer un traité de paix. A l’inverse des îles Senkoku-Diaoyu, disputées en mer de Chine orientale entre le Japon et son voisin chinois, qui sont dans des eaux convoitées pour les ressources gazières, les îles Kurile sont d’abord un enjeu de fierté nationale : les Soviétiques s’en sont emparé à la fin de la Deuxième Guerre Mondiale. Depuis, le différend territorial pèse sur les relations nippo-russses.

L’ours polaire bientôt nourri par les humains ?

Pour empêcher les ours polaires qui vivent au Canada, en Alaska, au Groenland, en Norvège ou en Russie de venir rôder près des habitations lors des saisons sans glace de plus en plus longues, il faudra peut-être bientôt que les humains les nourrissent, qu’ils soient relogés plus au Nord, ou gardés un temps dans une enceinte. Ces scénarios sont parmi ceux envisagés par une équipe de 12 scientifiques qui préconisent des stratégies de gestion des populations d’ours polaires. Pour ces pays, dit l’article, il est temps de commencer à mettre en place une vraie politique pour sauver les quelque 25 000 ours qui y vivent. « Nous avons très bien traité l’aspect scientifique de ce problème, mais les politiques et la gestion datent du passé. On s’occupe toujours des ours polaires au Canada comme si rien n’avait changé », a commenté Andrew Derocher, l’un des auteurs de l’étude. Avec le réchauffement climatique, beaucoup d’ours ne pourront plus utiliser la banquise comme terrain de chasse. Ils devront passer plus de temps sur la terre ferme, où ils constituent une menace pour les humains.

Share on Twitter    Share on Facebook