Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Lundi 4 février 2013

Niger : Forces spéciales françaises ; Poursuite des frappes au Mali

Le Président du Niger, Mahamadou Issoufou, a confirmé que des forces spéciales françaises (une douzaine de réservistes) assuraient une protection renforcée de la mine d’uranium d’Arlit, depuis la récente crise des otages en Algérie, où 37 ressortissants étrangers avaient été tués. Le Niger est le 5e producteur mondial d’uranium. Areva y joue un rôle clé et tire l’essentiel de son uranium des mines d’Arlit et d’Imouraren C’est à Arlit que 5 Français avaient été kidnappés il y a trois ans. 4 sont toujours retenus en otage. Dans le même temps, les appareils français bombardent des bases rebelles au Nord du Mali, près de Tessalit, pour « détruire les bases et les dépôts de carburant des rebelles ». Le Ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, n’a pas précisé si les frappes étaient destinées à préparer un assaut au sol. La ville de Kidal reste contrôlée par le Mouvement National de Libération de l’Azawad (M.N.L.A.), bien que les troupes françaises et maliennes contrôlent l’aéroport. Selno Reuters, le M.N.L.A. a capturé 2 figures importantes du mouvement islamiste Ansar Dine près de la frontière algérienne.

Génocide rwandais : 2 ex-ministres acquittés

Le Tribunal Pénal International pour le Rwanda (T.P.I.R.) a acquitté en appel deux anciens ministres condamnés en première instance pour génocide, et ordonné leur libération immédiate. Justin Mugenzi et Prosper Mugiraneza, respectivement Ministre du Commerce et Ministre en charge des Fonctionnaires durant le génocide, avaient été condamnés à 30 ans de prison en 2011 pour complicité et incitation au génocide. 800 000 personnes, principalement des Tutsis et des Hutus modérés, avaient été tuées en 1994. Les deux anciens ministres avaient notamment été condamnés pour avoir été présents lorsque le Président par intérim, Théodore Sindikubwabo, avait ordonné de tuer des Tutsis. Le tribunal a jugé en appel que les deux hommes ne connaissaient pas à l’avance le contenu du discours de Sindikubwabo. Kigali sera sans doute très mécontent de ce verdict, notamment en ce qui concerne Mugiraneza, une figure influente du régime lors du génocide. Aujourd’hui dirigé par des Tutsis, le gouvernement accuse depuis longtemps le T.P.I.R. de lenteur et de coût excessif. Le Tribunal doit arrêter ses activités en 2014, une fois qu’il aura jugé 15 autres cas d’appel. Il a traité plus de 70 cas depuis sa mise en place par une résolution des Nations Unies en 1994.

Vietnam : 22 personnes condamnées à la prison pour tentative de renversement du gouvernement

Un tribunal vietnamien a condamné 22 personnes pour avoir monté une entreprise d’éco-tourisme accusée de dissimuler des activités politiques destinées à renverser le gouvernement. Le leader du mouvement a été condamné à la prison à vie. Les autres membres ont écopé de 10 à 17 années de prison, suivies de 5 années d’assignation à résidence. Les condamnés ont été accusés d’avoir écrit des documents visant à renverser le gouvernement. Leur avocat commis d’office a indiqué qu’ils plaidaient coupables. Cette condamnation intervient alors que le mois dernier, 14 autres militants avaient été condamnés sur des bases similaires. Plusieurs dizaines de personnes ont été condamnées à la prison au Vietnam depuis 2009, et le gouvernement de Hanoï a été accusé de répression : en décembre, les Etats-Unis ont annulé un cycle de dialogue sur les droits humains en raison de l’aggravation de la situation dans le pays. La semaine dernière, l’ONG Human Rights Watch a déclaré que le pays « supprimait systématiquement la liberté d’expression, d’association et de réunion, et persécutait ceux qui mettent en doute les politiques gouvernementales ». Selon le correspondant de la BBC à Bangkok, cette nouvelle condamnation, plus frappante encore que celle du mois dernier, indique un durcissement du régime.

Iran : Israël va « regretter son agression contre la Syrie »

En visite à Damas aujourd’hui, le chef du Conseil National de la Sécurité iranienne, Said Jalili, a dit qu’Israël allait regretter son « agression contre la Syrie ». Il a affirmé que, comme chef du mouvement des non-alignés, l’Iran ferait entendre la voix de la Syrie sur la scène internationale en réponse à cette attaque. Dimanche, le Ministre israélien de la Défense, Ehud Barak, a souligné que les frappes de son pays contre le complexe militaire syrien de Jamarya mercredi étaient la preuve que l’Etat hébreu était sérieux dans sa volonté de prévenir le transfert d’armes lourdes au Liban. Cette déclaration constitue la première ébauche d’une reconnaissance officielle de ces frappes, destinées, semble-t-il, à prévenir que des armes chimiques et conventionnelles syriennes ne tombent aux mains du Hezbollah et des rebelles syriens. Le Président syrien, Bachar el-Assad a accusé Israël de chercher à déstabiliser son pays et promis qu’il allait riposter. Dans le même temps, le Président de la Coalition Nationale Syrienne (C.N.S.), Moaz Alkhatib, s’est dissocié de la plupart des opposants en se disant prêt à dialoguer avec l’Iran et la Russie, avant le retrait d’Assad. Une première rencontre, samedi, n’a rien donné, mais a été saluée comme un signe positif par les deux pays.

 Production éolienne record en Espagne

Durant les trois derniers mois, les fermes éoliennes ont produit plus d’électricité en Espagne que toute autre source d’énergie (nucléaire et charbon). « Depuis le 1er novembre, l’éolien a été la première technologie dans le système énergétique du pays », a écrit l’association pour l’énergie éolienne, Red Electrica de Espana. Cela signifie que la production éolienne a représenté plus d’un quart de la production énergétique espagnole. Cette nouvelle intervient alors que l’Allemagne s’attend à une augmentation de la capacité de production éolienne grâce aux fermes offshore : le pays a pour objectif de tirer 40% de sa production d’électricité des énergies renouvelables d’ici 2020, contre 25% aujourd’hui.

Share on Twitter    Share on Facebook