Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Mercredi 30 janvier 2013

Drones de surveillance américains installés au Niger

« Le Niger a donné son feu vert à l’installation de drones de surveillance américains sur son territoire pour améliorer la collecte d’information sur les mouvements islamistes », a déclaré une source souhaitant restant anonyme à l’agence Reuters. Les drones – des appareils volants sans conducteur humain – pourraient être installés au Nord du Niger, près des frontières avec le Mali, l’Algérie et la Libye. La demande a été formulée par l’ambassadrice américaine au Niger, Bisa Williams, et immédiatement acceptée. Le Niger deviendra alors le 6e pays africain à avoir une base pour les drones, après le Maroc, le Sénégal, le Burkina Faso, l’Ouganda et Djibouti. Les Etats-Unis utilisent des drones comme technologie de frappe au Yémen ou au Pakistan. Les drones sont critiqués par la population locale : les frappes sont censées être précises, mais provoquent en réalité souvent la mort de civils. Depuis son arrivée au pouvoir, en 2008, le Président américain, Barack Obama, a renforcé l’usage de cette technologie qui permet de sauver les vies des soldats américains. Au Kenya, la réserve d’Ol Pejeta prévoit l’achat de drones de surveillance pour lutter contre le braconnage des rhinocéros.

Frappes israéliennes à la frontière syrienne

Les forces israéliennes ont attaqué une cible à la frontière libano-syrienne cette nuit : l’Etat hébreu se dit de plus en plus préoccupé par le sort des armes chimiques et conventionnelles syriennes. La cible et la localisation précises de l’attaque restent pour l’instant incertaines. L’armée libanaise a fait état d’une très forte présence israélienne au-dessus de son territoire durant la nuit. Ces derniers jours, différentes sources israéliennes ont exprimé la crainte que les armes syriennes conventionnelles et chimiques tombent aux mains des rebelles ou des combattants du Hezbollah basés au Liban. La Défense israélienne s’est pour l’instant refusée à tout commentaire. Pendant ce temps, la conférence des donateurs internationaux de la Syrie a promis une aide de $1,2mds (€880m) aux civils syriens. S’adressant hier au Conseil de Sécurité des Nations Unies, le médiateur international, Lakhdar Brahimi, a dénoncé des « niveaux d’horreur sans précédent ». Le Secrétaire général de O.N.U., Ban ki-Moon a, lui, appelé les parties au conflit à arrêter les violences « au nom de l’humanité ».

Pollution au Nigeria : Le pétrolier Shell acquitté

La compagnie pétrolière Shell a été acquittée par une cour néerlandaise de la plupart des charges dont elle était accusée au Nigeria, dans un cas de pollution du Delta du Niger par le pétrole. Des 5 accusations portées, 4 ont été rejetées par la cour. Pour la 5e, Shell devra payer une compensation dont le montant n’a pas encore été fixé. L’affaire était jugée aux Pays-Bas car la compagnie est enregistrée à la fois au Royaume-Uni et dans ce pays. 4 fermiers nigérians aidés de l’ONG internationale Les Amis de la Terre avaient porté plainte contre Shell. L’ONG n’a pas encore commenté. La directrice du programme Afrique d’Amnesty International a souligné de son côté qu’il fallait déjà saluer le fait que l’une des accusations ait été retenue, étant donné la difficulté qu’il y a à porter l’accusation dans des affaires de cette sorte. La cour a finalement conclu, comme le faisait valoir Shell, que la pollution avait été causée par des habitants qui essayaient de voler le pétrole des pipelines ; l’accusation mettait en cause la compagnie et sa négligence dans l’entretien des systèmes de sécurité. On s’attend à ce que les fermiers et les ONG fassent appel du verdict.

Eurozone : La confiance économique revient

La confiance dans l’économie de la zone euro, mesurée par un indicateur de la Commission Européenne, a augmenté plus que prévu en janvier, passant de 87,8 à 89,2. Les améliorations les plus fortes ont eu lieu en Allemagne, aux Pays-Bas et en Espagne. Mais d’autres données de la Banque Centrale Européenne (B.C.E.) montrent que les banques continuent à contrôler le crédit pour les entreprises et les ménages, ce qui constitue l’un des obstacles au retour de la croissance dans la zone. Cette situation entraînera probablement une attitude prudente de la B.C.E. vis-à-vis des taux d’intérêt : l’institution de Frankfort se réunit la semaine prochaine pour fixer ses taux directeurs. Aucun des 75 économistes interrogés par Reuters ne s’attend à ce que la B.C.E. change ses taux. Le Ministre adjoint aux Finances allemand, Steffen Kampeter, a déclaré à la BBC : « Le feu est sous contrôle. Je ne dirais pas que la crise est terminée, mais les indicateurs montrent que la situation s’est calmée (…) Nous devons faire en sorte qu’elle ne recommence pas. »

11 Septembre 2001 : Premières compensations pour les victimes

Le fonds pour les victimes du 11 Septembre a délivré ses premières compensations hier, à destination des 14 pompiers et d’un officier qui ont réagi le jour de l’attentat. Approuvé par le Congrès américain fin 2010, le Fonds comprend un budget de $2,8mds (€2mds), et doit expirer en octobre 2016. Les récompenses s’adressent à toutes les victimes, qui souffrent souvent de problèmes respiratoires – aucune n’a été identifiée comme ayant un cancer. Les premiers bénéficiaires n’ont reçu que 10% des montants prévus car le nombre de candidats est encore inconnu, mais pourrait s’élever à plusieurs milliers de personnes, ce qui entraînerait un montant de compensation total de $8,5mds (€6,3mds), bien au-delà du budget alloué. Pour être candidat, il faut avoir été parmi les premiers à avoir réagi, les volontaires, les employés ou les résidents qui se trouvaient dans le Sud de Manhattan quelques mois après l’attentat.

Share on Twitter    Share on Facebook