Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Mercredi 23 janvier 2013

Cameron : Référendum sur la sortie de l’UE en 2017

Dans un discours attendu depuis longtemps, le Premier Ministre britannique, David Cameron, a annoncé qu’il souhaitait redéfinir les relations de son pays avec l’Union Européenne (U.E.) : il veut remettre en cause l’un des principes fondateurs du Traité de Rome de 1957 qui appelle à une « union sans cesse plus étroite entre les peuples européens », mais n’a pas précisé quelles politiques il entendait ramener entre les mains des Britanniques.  Une fois redéfinie cette relation, Cameron a annoncé qu’aurait lieu en 2017, un référendum pour les Britanniques puissent dire s’ils veulent ou non rester dans l’U.E. Le Premier Ministre, qui s’est posé dans son discours en hérétique osant poser les bonnes questions, a déclaré qu’il ferait campagne pour le « oui » s’il réussissait à renégocier la position britannique, mais n’a pas précisé ce qu’il ferait en cas d’échec. Il a aussi déclaré qu’en cas de sortie de l’U.E., il s’agirait d’un aller-simple, et qu’il n’y aurait pas de retour possible. Différents ministres européens ont réagi à cette déclaration en mettant en garde le Royaume-Uni contre la vision d’une Europe « à la carte ». Le Ministre suédois des Affaires étrangères, Carl Bildt, a indiqué : « La flexibilité est séduisante, mais si l’on ouvre une Europe à 28 vitesses, au final, il n’y a tout simplement pas d’Europe. » Les Etats-Unis aussi avaient fait savoir la semaine dernière qu’ils préféraient voir les Britanniques dans l’U.E.

Législatives israéliennes : Netanyahu est sanctionné mais reste au pouvoir

La liste électorale formée par le Likoud de l’actuel Premier Ministre, Benjamin Netanyahu, et le parti de droite ultra-nationaliste, Israël Notre Maison, est arrivée en tête avec 31 sièges sur les 120 que compte la Knesset. La surprise est venue de la percée réalisée par le nouveau parti centriste, Il y a un Futur, mené par l’ancien journaliste de télévision, Yair Lapid, qui a remporté 19 sièges, au lieu des 11 sièges prévus par les sondages, se classant ainsi en deuxième position devant le Parti Travailliste. Lapid a précisé que quiconque voulait former une coalition avec son parti devrait tenir compte de deux éléments clé de son programme : la fin de l’exemption de service militaire pour les Juifs ultra-orthodoxes et la reprise des négociations avec les Palestiniens. Le parti d’extrême droite pro-colonisation, La Maison Juive, n’a finalement obtenu que 11 sièges, se classant en 4e position. La presse palestinienne s’est cependant montrée sceptique : dans son éditorial, le quotidien Al Quds, basé à Ramallah, en Cisjordanie, a mis en garde contre une coalition « cosmétique » qui donnerait le change au reste du monde sans arrêter la colonisation israélienne. Les résultats de l’élection d’hier s’expliquent entre autres par l’importance accordée par les électeurs aux questions économiques et sociales.

Inde : Appel à une réforme des lois sur le viol

Un mois après le viol collectif et le meurtre d’une étudiante de 23 ans à New Delhi qui a suscité la colère d’une grande partie de la population, une commission avance des propositions pour réformer les lois sur le viol. Composée de 3 membres sous la direction du juge de la Cour Supême JS Verma, la commission dit avoir reçu 80 000 contributions sur les possibles réformes. Parmi celles qui ont été soumises au Ministre de l’Intérieur aujourd’hui se trouvent l’élargissement de la définition d’une agression sexuelle, la mise en place de procédures accélérées dans les crimes contre les femmes, une meilleure évaluation des comportements policiers, un changement de culture par rapport aux agressions sexuelles et des peines plus lourdes contre les coupables. La commission recommande la prison à vie pour les auteurs de viols, mais pas la peine de mort, demandée par de nombreux manifestants. La juge Leila Seth, membre de la commission, a déclaré : « Il y a un biais institutionnel contre les groupes les plus faibles de la société », soulignant que, bien souvent, la police ne prend pas au sérieux les plaintes pour viol des victimes.

Népal : Affrontements entre partisans et opposants du Premier Ministre

Au moins 25 personnes ont trouvé la mort aujourd’hui dans des affrontements qui ont opposé les détracteurs du Premier Ministre maoïste, Baburam Bhattarai, à ses partisans. Des jets de pierre ont fusé. Des activistes de 7 partis d’opposition ont érigé des barricades dans la ville de Dailekh, à 300 km à l’Ouest de la capitale, Katmandou. Ils demandent le départ du Premier Ministre et la formation d’un gouvernement d’union nationale. La police est intervenue en utilisant des gaz lacrymogènes. C’est la première fois que les maoïstes et les partis d’opposition s’affrontent depuis la dissolution du Parlement, en mai, après qu’il avait échoué à rédiger une nouvelle Constitution. Après avoir organisé la lutte contre la monarchie, les maoïstes ont gagné les élections en 2008, 2 ans après la fin de la guerre civile qui a fait plus de 16 000 morts.

Konza City : la Silicon Valley de l’Afrique au Kenya

Le Président kényan, Mwai Kibaki, a lancé le chantier de la ville du futur, la ville technologique de Konza. Situé à 60 km au Sud-Est de la capitale,Nairobi, sur la route de Mombasa, Konza est un projet de €10,8mds ($14,5mds), qui doit permettre la création de 20 000 emplois dans le secteur technologique d’ici 2015, et plus de 200 000 emplois d’ici 2030. Il s’inscrit dans une initiative gouvernementale ambitieuse, Vision 2030, qui prévoit la modernisation des infrastructures négligées depuis 18 ans. Konza doit devenir la « Silicon Savannah » d’Afrique. Fait rare, le projet est soutenu par tous les partis politiques. Lors de l’inauguration de la construction, le Président kényan a salué un projet capable de « changer la donne » pour le développement du pays.

Share on Twitter    Share on Facebook