Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Jeudi 17 janvier 2013

EN COURS : Crise des otages en Algérie, au moins 34 otages tués

La situation évolue rapidement en Algérie où au moins 41 étrangers ont été pris en otage hier dans un complexe gazier. Le groupe islamiste qui a revendiqué l’opération dit agir en représailles contre l’autorisation donnée par l’Algérie à la France de survoler son espace aérien pour intervenir au Mali. Selon ce groupe, 34 otages et 15 kidnappeurs ont été tués lors d’une frappe de l’armée algérienne. De son côté, l’agence d’information algérienne APS a indiqué que l’armée avait libéré 4 otages étrangers. L’AFP indique que, selon des media algériens, 15 otages étrangers et 30 Algériens se seraient échappé, mais l’information n’a pu être confirmée par les autorités algériennes. Le groupe islamiste avait initialement revendiqué 41 otages étrangers et des douzaines d’Algériens faisant partie du personnel du complexe gazier. Selon les ravisseurs, 7 otages occidentaux détenus sur le site sont toujours en vie.

Boing 787 interdits de vol pour raisons de sécurité

En raison de problèmes techniques rencontrés par les appareils Boeing 787 (Dreamliners), l’Autorité Fédérale de l’Aviation américaine (F.A.A.) a ordonné l’arrêt temporaire de leur utilisation. Des vérifications de sécurité doivent être effectuées. Ces dernières semaines, des problèmes sont survenus : fuites d’essence, fenêtre de cockpit craquelée, problèmes de frein, câble électrique prenant feu, et surtout, problèmes de batterie. Mercredi, un Boeing de la compagnie japonaise All Nippon Airways (ANA), a dû atterrir en urgence en raison du mauvais fonctionnement de sa batterie. Toutes les compagnies aériennes utilisant des Dreamliners les ont désormais immobilisés au sol, sauf une compagnie éthiopienne dont on attend l’annonce.  La dernière immobilisation d’appareils pour raisons de sécurité par la F.A.A. remonte à 1979. Boeing, une entreprise américaine, a déclaré qu’elle soutenait la F.A.A. mais qu’elle avait confiance dans la fiabilité de ses appareils. Les immobilisations pour raisons de sécurité risquent de pousser les acheteurs à se tourner vers le concurrent du 787, l’Airbus A330. Boeing doit vendre 1100 Dreamliners durant la prochaine décennie pour atteindre son seuil de rentabilité.

Grèce : Vote sur la mauvaise gestion de la « liste Lagarde »

Les parlementaires grecs doivent voter tout à l’heure la possible ouverture d’une enquête criminelle contre deux anciens Premiers Ministres et Ministres des Finances dans leur traitement des données de l’évasion fiscale : en 2010, la France avait fourni au Ministre des Finances grec d’alors, George Papaconstantinou, une liste de 2000 comptes en banque détenus en Suisse par des citoyens grecs – la « liste Lagarde ». Aucune action n’avait été entreprise. Le mois dernier, Papaconstantinou a été accusé d’avoir retiré de la liste le nom de trois de ses proches qui auraient été mis en cause. Il a depuis été expulsé de son parti, le Parti Socialiste, et dément les accusations. Les trois autres hommes politiques qui pourraient être directement mis en cause ont aussi rejeté les accusations dont ils sont l’objet. Le Fonds Monétaire International (F.M.I.) a accepté hier de verser à la Grèce sa prochaine tranche d’aide de €3,24mds ($4,31mds) dans le cadre d’un plan de sauvegarde financier d’un montant de €240mds. Le Ministre des Finances grec, Yiannis Stournaras, a déclaré qu’il était trop tôt pour se réjouir de la décision du F.M.I.

Pakistan : les autorités refusent d’arrêter le Premier Ministre

Les responsables de l’institution de lutte contre la corruption au Pakistan, le Bureau National du suivi des Responsabilités, ont déclaré à la Cour Suprême aujourd’hui qu’ils ne pouvaient exécuter son ordre d’arrêter le Premier Ministre, Raja Pervez Ashraf. L’ordre d’arrestation émis mardi par la Cour Suprême s’inscrit dans le cadre d’une enquête d’un an qui met en cause Ashraf pour corruption lorsqu’il était ministre de l’Eau et de l’Energie entre 2008 et 2011. Le Président du Bureau National du suivi des Responsabilités a déclaré à la Cour Suprême que l’enquête contre Ashraf n’était pas assez étayée et qu’il avait besoin de plus de temps. Le ton est monté entre les deux institutions. L’ordre d’arrestation survient alors que doit être annoncée la date des élections législatives. Si Ashraf est écarté du pouvoir pour corruption, le Président Asif Ali Zardari n’aura vraisemblablement pas le temps de trouver et nommer un autre Premier Ministre. En juin dernier, l’affrontement entre le Président et le juge suprême, Iftikhar Muhammad Chaudhry, avait culminé dans le renvoi du Premier Ministre, Yousaf Raza Gilani, pour corruption. Pendant ce temps, le prêcheur Muhammad Tahir-ul Qadri, campe toujours malgré le mauvais temps, devant le Parlement à Islamabad, où il a réussi à rassembler près de 20 000 personnes. Il demande une révision du système électoral.

Invisible Tracck : des téléphones portables contre la déforestation en Amazonie

En Amazonie, les arbres sont équipés de téléphones portables pour lutter contre la déforestation illégale. Les petits appareils sont attachés aux arbres dans les zones protégées : lorsque l’arbre est coupé et que le bois est transporté, des alertes sont envoyées aux responsables de la lutte contre la déforestation illégale pour les avertir. Le bois doit se trouver à une trentaine de kilomètres d’un réseau téléphonique pour que les données de localisation puissent être transmises. Cette technologie, appelée Invisible Tracck, est proposée par une entreprise danoise de sécurité numérique, Gemalto. Les batteries des appareils posés sur les arbres ont une durée de vie d’un an et ont été adaptées au climat d’Amazonie. Cette méthode de surveillance permet de remplacer la surveillance par images satellite, difficile sur une zone qui, comme l’Amazonie, fait la taille des Etats-Unis.

Share on Twitter    Share on Facebook