Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Lundi 7 janvier 2013

Critiques des opposants et des occidentaux après le discours d’Assad

Pour la première fois depuis juin, le Président syrien, Bachar el-Assad, a adressé à son peuple un discours, hier, à l’Opéra de Damas. Indiquant qu’il ne rejetait pas le dialogue politique, Assad n’a cependant présenté aucune ouverture. Il a qualifié de « terroristes » et de « pantins » à la solde des pays occidentaux ses opposants, et affirmé qu’il ne négocierait « pas avec les serviteurs, seulement avec les maîtres ».  Le Vice-Président de la Coalition National Syrienne (C.N.S.), George Sabra, a déclaré que le plan de paix présenté comme le cœur du discours « ne méritait même pas d’être appelé une initiative ». Pour le Ministre des Affaires Etrangères turc, un régime opposé à celui d’Assad, « il ne fait que répéter ce qu’il a toujours dit (…) On dirait qu’il s’est enfermé dans une pièce et ne lit que les rapports que lui transmettent ses services de renseignement ». Pour le Département d’Etat américain, le discours d’Assad « n’est qu’une tentative supplémentaire de garder le pouvoir ». Les critiques ont souligné l’ironie du choix de l’Opéra pour un discours « sans lien avec les réalités de l’extérieur ». Depuis le début de la guerre civile, en mars 2011, 60 000 personnes ont trouvé la mort. Bachar el-Assad est arrivé à la tête de la Syrie en 2000, succédant son père Hafez el-Assad qui s’était emparé du pouvoir en 1970.

Belfast : Violences autour du drapeau de l’Union Jack

Les affrontements se poursuivent pour la 4e nuit consécutive entre forces de l’ordre et loyalistes à Belfast. La crise a éclaté le 3 décembre, lorsque le conseil municipal de la Belfast, capitale de la province britannique d’Irlande du Nord, a pris la décision de ne plus faire flotter en permanence l’Union Jack sur l’hôtel de ville et plusieurs bâtiments gouvernementaux : le drapeau britannique ne sera plus hissé que 17 jours par an. Cette mesure, qui met fin à une tradition vieille d’un siècle, a provoqué la colère des protestants loyalistes, partisans d’un maintien de l’Irlande du Nord dans le Royaume-Uni. Les violences se sont multipliées et ont repris de plus belle il y a 4 jours. 62 policiers ont été blessés et 96 personnes arrêtées, dont un « nombre significatif de jeunes ». Le chef de la police en Irlande du Nord, Matt Baggott, a déclaré : « Des membres chevronnés de l’Ulster Volunteer Force (UVF) de l’Est de Belfast ont, comme individus, orchestré une partie de cette violence. C’est inadmissible. » Ses propos indiquent qu’il n’y a pas d’approbation collective des violences par l’organisation loyaliste paramilitaire d’Irlande du Nord. Ces affrontements surviennent alors que l’Irlande du Nord s’efforce de faire bonne figure pour attirer les investisseurs étrangers.

Obama choisit Brennan à la CIA et Chuck Hagel à la Défense

Le Président américain, Barack Obama, doit annoncer tout à l’heure la nomination de John O. Brennan à la tête de la C.I.A., l’agence de renseignements américaine. Il y a deux mois, le Général David H. Petraeus démissionnait de la C.I.A. à la suite d’une affaire d’adultère. Durant son premier mandat, Brennan a conseillé Obama sur le contre-terrorisme, supervisant notamment l’utilisation des frappes ciblées par les drones américains au Pakistan, au Yémen et en Somalie. Il a aussi joué un rôle déterminant dans la mort de Ben Laden. En 2009, Obama avait déjà considéré Brennan pour la C.I.A., mais celui-ci était critiqué par les organisations des droits humains : comme membre haut placé de la C.I.A. sous l’ancien Président, George W. Bush, Brennan n’avait pas été capable de mettre un coup d’arrêt à la torture utilisée dans la guerre contre le terrorisme. Son rôle ces 4 dernières années a relégué ces critiques au second plan. Barack Obama doit également annoncer le choix de Chuck Hagel, un Républicain du Nebraska, à la Défense. Les deux candidats doivent être confirmés par le Sénat américain, au terme d’auditions. La confirmation d’Hagel pourrait être difficile : il est critiqué par son camp même, pour ses positions trop conciliantes vis-à-vis de l’Iran, et ses critiques trop dures à l’égard d’Israël.

Banques : Règles de Bâle III allégées pour éviter une crise du crédit

Le Comité de Bâle, qui définit les règles applicables aux banques dans le cadre de la réforme du secteur dite Bâle III, a assoupli les règles de liquidités hier. Il a élargi la définition du ratio de couverture de liquidités, qui doit permettre aux établissements bancaires de faire face à une période de crise aiguë pendant 30 jours. La base des actifs qui pourront entrer en compte inclut désormais des obligations, des actions et certains types d’emprunts hypothécaires (et non plus seulement les liquidités et les emprunts d’Etat). Le calendrier d’application a été rééchelonné : le ratio entrera en vigueur le 1er janvier 2015, mais à cette date, les banques ne devront réunir que 60% des montants initialement requis. Le matelas de liquidités pourra être graduellement augmenté pour atteindre 100% à l’horizon 2019. Les valeurs bancaires européennes évoluaient en forte hausse ce matin pour saluer ces annonces.

Calamar géant filmé pour la première fois dans son habitat naturel

Une équipe d’océanographes japonais dit avoir filmé pour la première fois un calamar géant dans son environnement naturel, à 900 mètres sous le niveau de la mer, dans le Pacifique Nord. Les images sont le fruit d’années de recherche, notamment pour identifier les habitats naturels des calamars géants. Le prédateur, très rapide, a longtemps échappé aux humains, d’autant plus que son habitat naturel dans les profondeurs de l’océan, est une zone trouble, qui contient peu d’oxygène. Les images de l’invertébré de 3 mètres de long doivent être diffusées sur la chaîne Discovery Channel aux Etats-Unis le 27 janvier.

Share on Twitter    Share on Facebook