Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Mardi 27 novembre 2012

L’O.C.D.E. Met en Garde contre la Crise de la Dette et le Mur Budgétaire

Dans ses Perspectives Economiques, publiées aujourd’hui, l’Organisation de Coopération et de Développement Economiques (O.C.D.E.) revoit ses prévisions de croissance à la baisse : dans les 34 pays industrialisés membres de l’organisation, la croissance globale en 2013 devrait être de 1,4%, et non plus 2,2%, selon les chiffres donnés en mai. Elle a désigné la crise de la dette dans l’Union Européenne et le mur budgétaire (“fiscal cliff”) aux Etats-Unis, comme les deux plus grandes menaces pour l’équilibre économique mondial. L’organisation recommande une politique monétaire plus souple passant par une réduction des taux d’intérêt, notamment dans la zone euro, au Japon, en Chine et en Inde. A la suite de récentes prises de position du Fonds Monétaire International (F.M.I.), qui met en garde contre les effets de politiques d’austérité sur la croissance, l’O.C.D.E. souligne également les effets amplificateurs de l’austérité sur l’économie, en particulier lorsque ces mesures sont appliquées sans réelle coordination par plusieurs pays en même temps, comme c’est le cas dans la zone euro. Parallèlement, le Portugal a adopté aujourd’hui un budget de rigueur pour 2013 malgré les manifestations d’opposition qui se sont déroulées.

Euro-zone et F.M.I. D’Accord sur la Grèce

Les ministres des finances de la zone euro et le Fonds Monétaire International (F.M.I.) se sont mis d’accord sur les modalités de déblocage d’une nouvelle tranche d’aide de €43,7mds ($56,5mds), attendue depuis plusieurs mois par la Grèce. Le versement se fera en 4 fois : un premier paiement en décembre comprendra €23,8mds d’aide aux banques, et €10,6mds d’aide budgétaire. Les mesures retenues sont le rachat de la dette grecque par le fonds de sauvetage européen, un abaissement des taux d’intérêt et une redirection du surplus monétaire de la Banque Centrale Européenne vers la Grèce. Le Ministre des Finances allemand, Wolfgang Schaüble, a maintenu son opposition à un effacement partiel de la dette grecque, pour des raisons légales, a-t-il dit. Les marchés financiers ont bien réagi à l’annonce de l’accord. La question de savoir si la dette grecque peut redevenir viable sans un effacement partiel reste en suspens. Un calcul publié hier par Peter Spiegel, du Financial Times, suggère que non. Le leader de Syriza, le parti de gauche, a déclaré : “Il ne s’agit pas d’un accord viable à long terme.”

Manifestations en Egypte contre Morsi

Les mobilisations se poursuivent en Egypte après l’élargissement de ses pouvoirs par le Président, Mohamed Morsi, jeudi soir. Au Caire, les Frères Musulmans, mouvance à laquelle appartient Morsi, ont repoussé hier une manifestation de soutien afin d’éviter un affrontement avec les opposants du Président. Ceux-ci campent pour certains place Tahrir, symbole de la révolution de 2011. “Nous resterons [ici] tant que Morsi n’aura pas retiré sa déclaration”, a indiqué à l’AFP un groupe de campeurs. Le décret – appelé “déclaration constitutionnelle” – interdit à toute autorité de révoquer les décisions présidentielles, passées et à venir. Il interdit également aux juges de dissoudre l’assemblée constituante actuellement réunie, et dominée par les Frères Musulmans.  Morsi a refusé de faire marche arrière à la suite d’une rencontre avec le Conseil Juridique Suprême, la plus haute instance juridique en Egypte. Au cours des 5 derniers jours, une personne a été tuée, et plusieurs centaines blessées. Le sénateur américain, John McCain, ancien candidat à l’élection présidentielle de 2008, a appelé le Président, Barack Obama, à faire pression sur l’Egypte en menaçant de suspendre l’aide financière versée annuellement.

Prélèvements sur les Restes de Yasser Arafat

Les restes de Yasser Arafat, mort en 2004 dans un hôpital de la région parisienne et enterré à la Muqaata, le quartier général de l’Autorité Palestinienne à Ramallah, ont été exhumés aujourd’hui dans le cadre d’un prélèvement, pour déterminer s’il a été assassiné. Cette accusation avait été portée après que des taux anormalement élevés de polonium – une substance radioactive – avaient été retrouvés sur ses effets personnels. 20 échantillons, prélevés sur les os, vont être transmis à différentes équipes scientifiques internationales. “Nous avons demandé à ce qu’ils soient testés pour tous les poisons, pas seulement pour le polonium”, a déclaré l’un des anciens médecins de Yasser Arafat, Abdullah Bashir. L’Autorité Palestinienne a promis la plus grande transparence dans l’investigation, mais a tenu les journalistes à l’écart de l’opération qui a duré une dizaine d’heures. Les résultats ne seront pas dévoilés avant 4 mois, délai nécessaire pour juger de la présence de polonium 210. Si des traces d’empoisonnement sont trouvées, l’Autorité Palestinienne prévoit de se tourner vers la Cour Pénale Internationale.

Allemagne : 25% d’Energies Renouvelables en 2012

L’Allemagne poursuit sa politique en faveur des énergies renouvelables : celles-ci représentent désormais 25% de l’énergie produite outre-Rhin, contre 20% six mois plus tôt. Les émissions de CO2 ont diminué de 2,4% depuis 2010. L’objectif de Berlin est que les énergies renouvelabes représentent 35% de sa production énergétique d’ici 2020 et 80% d’ici 2050. Après l’accident nucléaire de Fukushima, en mars 2011, l’Allemagne a décidé de réduire encore sa part de nucléaire : 8 des 17 centrales ont été fermées l’an dernier. Le choix des énergies renouvelables a été critiqué car il fait augmenter le prix pour les foyers allemands. Il augmente aussi la dépendance au charbon, source majeure de CO2. “Si de nouvelles centrales [à charbon] sont construites aujourd’hui, elles dureront entre 40 et 50 ans, et poseront problème plus tard”, souligne Jan Burck, membre de l’ONG Greenwatch. Les objectifs de l’Allemagne en matière d’énergies renouveables restent plus ambitieux que ceux de l’Union Européenne.

Share on Twitter    Share on Facebook